Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

lundi 18 juin 2018

Fadosi continue ici

Billet d'accueil

pour accéder au contenu complet des articles présentés en résumé il suffit de cliquer sur le titre de l'article ou le lien Plus d'infos » 
Profitez des instants de la vie :
le temps s'écoule à sa cadence,
trop vite ou trop lentement,
sans retour possible
Pourquoi Fadosi ?

dimanche 17 juin 2018

Rien n'efface et ne s'oublie

C’était à l'été 2014 et j'exhumais de mes brouillons des textes jamais publiés, soit inachevés ou par oubli ... ou par pudeur. Ou parce que ce n'était pas le bon moment. Le brouillon était daté du 07/06/2011 15:35. La date prévue de publication n'avait pas été choisie au hasard.
Le 7 juin 1976,  j'étais clouée au lit** dans le noir, incapable d'accompagner à l'hôpital maman et mes frères et sœurs pour un dernier adieu à notre père.

cueillette du tilleul avant séchage
Un père, un phare, un modèle
Un homme assagi
Mon père

C'était le 7 juin 1976. Il est parti entouré des siens, sans moi.

Dans quelques jours, on commencerait à parler de canicule

confection d'une flèche pour un de
ses petits enfants
J'écrivais en mettant en ligne ce brouillon en 2014 Clic --->
"Aujourd'hui, nul motif de le sortir ce jour plutôt qu'un autre. En faudrait-il un ?"

Aujourd'hui c'est la fête des pères* et si je pense à lui, ce jour est toujours l'occasion d'y penser encore plus, avec l'émotion apaisée de tant d'années depuis.

Comme il a manqué à mes enfants, mon père !


* Origine(s) de la fête des pères sur wikipedia
** Endométriose Evidemment à l'époque, ceci n'avait pas de nom. Est-ce parce que ma mère et certaines de mes soeurs en souffraient et peut-être sa sœur ? Contrairement aux croyances de l'époque et au mépris de l'opinion sur cette infirmité largement répandue des femmes, mon père et ma mère avaient toujours pris au sérieux ces crises et me choyaient avec douceur, désolés de leur impuissance.



samedi 16 juin 2018

Souvenirs, souvenirs ...

Pour le Nid des mots de ABC
Prochain thème à publier chez vous le samedi 16 juin :
Écrire le texte de votre choix, comportant les mots suivants :

Clown, corps, mime,objet, masque, musique, voix, en extérieur

ABC

Souvenirs, souvenirs ...

J'ai, à l'occasion de jeux d'écriture, évoqué plusieurs fois mon parrain, le clown Rogerly. C'est une chance pour moi d'avoir vu mes vacances ensoleillées de son sourire.
On dit souvent que dans la vraie vie les clowns sont tristes. Ce n'était pas son cas, même s'il était aussi un monsieur tout à fait sage et sérieux quand les circonstances le demandaient.
Ce n'était pas non plus un vieux gamin qui faisait toujours le pitre. Il avait simplement la grâce de rendre plus léger l'air ambiant.
L'été c'était la campagne, les parties de croquet ou de jokary en extérieur, les tours de magie dont il gardait jalousement les secrets à l'intérieur les jours de pluie.
Son sourire n'était pas un masque, non. Une politesse plutôt. Malgré sa déception de ne plus pouvoir jouer de la musique après son accident de métro. Un virage pris un peu vite l'avait déséquilibré et, son corps projeté en avant, il en avait eu plusieurs doigts cassés.
Je l'avais pourtant entendu faire chanter les verres de cristal lors de repas de famille. Il les préparait en les remplissant plus ou moins et en les testant à l'oreille. Ensuite il tirait de ces objets improvisés en instrument soigneusement étalonné un chant étrange et beau comme la voix des sirènes.
Et comme La petite sirène était un de mes contes préférés, il pouvait alors se faire mime pour le plus grand plaisir des convives, en attendant les gâteaux dont il n'aurait pas perdu une miette.

 

vendredi 15 juin 2018

La lessive

Pour la page 114 de l'Herbier de poésie

J'aime cette image colorée sentant bon la lessive du quotidien quand elle peut sécher au grand air. C'était le temps des vacances . Le point d'ancrage familial parmi d'autres escapades.
Quand de retour de camping rustique, nous faisions une grande lessive.
Quand l'un ou l'une avertissait des premières gouttes, quelques mains se hâtaient de décrocher le linge humide jusqu'à la prochaine éclaircie.
Temps heureux où les voisins ne s'offusquaient pas de ces étendages et qui faisaient le charme des villes du sud même sur les cartes postales.
En regardant cette image plus attentivement, j'imagine d'autres campeurs, qui n'ont pas choisi, faisant sécher leurs vêtements sur des branches faute d'un hâbitat moins précaire, et qui, coûte que coûte, préservent leur dignité dans ce souci de propreté.
Et cette image en appelle d'autres, faites de joyeuses randonnées sur les sentiers du monde, ou d'errances résolues et terrifiées sur les chemins de l'exode.
Et soudain j'ai envie d'écouter Exodus de Bob Marlay.

©Jeanne Fadosi, mercredi 13 juin 2018
pour l'herbier de poésies 114
à découvrir le vendredi 15 juin
avec les autres brins sur la page 114 de L'Herbier

Ça sèche - photo Adamante D
Exodus de Bob Marley, paroles
Exodus poème du Xe siècle
Exode -wikipedia
Exodus - wikipedia : page d'homonymies

lundi 11 juin 2018

Croqueurs en vacances

Tangage ou envie de croisières exotiques ?
La Coquille des Croqueurs de mots prend cette année ses quartiers d'été dès ce mois de juin en souhaitant à notre capitaines Dômi de retrouver tous ses abattis et son équilibre sur le plancher des vaches (c'est juste une expression) et que tout le monde profitera de cette pause pour faire le plein d'une vie aussi sereine et joyeuse que possible.


Et vogue la galère le navire

J'ai des pensées terrifiées et impuissantes pour ces naufragés de la mer et les humanitaires qui viennent à leur secours de plus en plus difficilement.



vendredi 8 juin 2018

Je ne sais qui je suis

Pour la page 113 de l'Herbier de poésies

Pas d'image mais un message vieux de cent ans :

« Qui es-tu, lecteur, toi qui, dans cent ans, liras mes vers ?
Je ne puis t’envoyer une seule fleur de cette couronne printanière, ni un seul rayon d’or de ce lointain nuage.
Ouvre tes portes et regarde au loin.
Dans ton jardin en fleurs, cueille les souvenirs parfumés des fleurs fanées d’il y a cent ans.
Puisses-tu sentir, dans la joie de ton cœur, la joie vivante qui, un matin de printemps, chanta, lançant sa voix joyeuse par-delà cent années. »
Rabindranath Tagore
« Le jardinier d’amour et la Jeune Lune » Gallimard
dernier poème du jardinier d’amour.


Je ne sais qui je suis, chaque jour je deviens ce que les évènements impriment de caresses ou de blessures.
Aujourd'hui, dans mon jardin sans fleurs, les pivoines dégarnies alourdissent leur fruit, le fuchsia feuille à feuille renait des morsures du froid de l'hiver et la lavande en bouton attend la fin des orages. Mais au bord de la rue, les pensées de l'automne font toujours la fête.
Sais-tu brahmane d'un autre temps qu'il y a quelques jours, sans connaître tes vers, je contemplais le doux tapis de pétales roses en les reliant à celles des fleurs fanées depuis si longtemps dans la ronde du temps.
Pouvais-tu deviner qu'en un geste, un fragment de seconde, je pourrais en capturer l'image sans avoir à les calligraphier soigneusement de longs moments ?
Que sa vision sur un écran de téléphone provoquerait le sourire malgré notre peine de nous retrouver en un lieu joyeux où la dernière fois nous étions une de plus ?
Qui suis-je ?
Et Toi, poète qui interpelle le lecteur de l'avenir, désignais tu l'humain  et l'humaine lisant ? Imaginais-tu une lectrice ? Savais-tu deviner l'immuable et les métamorphoses du monde ?
J'ai beau ouvrir en grand la porte de mon coeur, je peine à imaginer le devenir de ces mots que je trace en écho, tous ces mots envoyés sur la Toile planétaire, les fleurs des pivoines sans le chant des oiseaux.

©Jeanne Fadosi, jeudi 31  mai 2018
pour l'herbier de poésies 113
à découvrir le vendredi 8 juin
avec les autres brins sur la page 113 de L'Herbier


Varanasi-Benares mars 2018

jeudi 7 juin 2018

Avis aux lecteurs, Rabelais

Asfree à la barre du défi n°206 des CROQUEURS DE MOTS nous a proposé pour les jeudis poésies d'alterner l'un jeudi sur la liberté, l'autre jeudi laissé au libre choix du croqueur.

En marge, quelques liens vers quelques uns de mes poèmes où j'évoque une idée de liberté :
Vivre ! (15 décembre 2016, au moment de la chute d'Alep) ; Ruptures (26 mai 2016, pour un peu d'humour) ; Cri (14 avril 2016, mis en ligne le 27 octobre 2017)

Nous avions, après un cours de français sur Rabelais de seconde qui nous avait bien plu, pris la liberté de faire des derniers vers notre devise et de l'afficher en calicot au dessus du tableau de notre classe. oui, à l'époque c'était les professeurs qui changeaient de classe et non les élèves, sauf pour les cours de physique et chimie qui nécessitaient du matériel spécial.
C'était en 1966 et notre initiative n'avait pas été du goût de notre professeur qui l'avait prise pour une impertinence. Je vous passe les détails sur les sanctions pour mater notre élan de liberté. Comme quoi le sens de l'humour et de l'ironie pourtant disséqué en littérature n'était pas partagé.

Avis aux lecteurs


Amis lecteurs, qui ce livre lisez,
Despouillez vous de toute affection; 
Et, le lisant, ne vous scandalisez:
Il ne contient mal ne infection.
Vray est qu'icy peu de perfection
Vous apprendrez, si non en cas de rire;
Aultre argument ne peut mon cueur elire,
Voyant le dueil qui vous mine et consomme :
Mieulx est de ris que de larmes escripre,
Pour ce que ris* est le propre de l'homme.
Rabelais, Gargantua, 1534


*ris comprendre rire, même si Rabelais avait sans doute en arrière pensée un jeu de mots avec les ris de l'homme.

Bon, faut-il vraiment le traduire en français moderne ?
On y perdra les rimes et le sel ...

Amis lecteurs, qui ce livre lisez,
Despouillez vous de toute affection; 
Et, le lisant, ne vous scandalisez:
Il ne contient mal ni infection.
Vrai est qu'ici peu de perfection
Vous apprendrez, si non en cas de rire;
Autre argument ne peut mon coeur élire,
Voyant le deuil qui vous mine et consumme :
Mieulx est de ris que de larmes écrire,
Pour ce que ris* est le propre de l'homme.

Ce n'est pas encore assez moderne ?
Pourtant même la première mouture a été bien modernisée :



J'ai choisi cette illustration de Gargantua en révolutionnaire des années 1790, pour, corpulence mise à part, le côté Don quichottesque que je lui trouve et pour faire hommage au film de Terry Gilliam qui a enfin pu sortir sur les écrans L'homme qui tua Don Quichotte, après des années de péripéties, mésaventures et catastrophes.

François Rabelais, 1483 ou 1494 - 1553, écrivain français de la Renaissance
Gargantua, deuxième roman de Rabelais après Pantagruel
Terry Gilliam, 1940 -, cinéaste
L'homme qui tua Don Quichotte, film de 2018
Don Quichotte, roman (1605 et 1615) de Cervantès, (écrivain espagnol, 1547 - 1616),  le livre espagnol sans doute le plus célèbre mondialement

lundi 4 juin 2018

Défi n°206, lettre sur la route des oiseaux migrateurs

Asfree à la barre du défi n°206 des CROQUEURS DE MOTS nous présente Arlette l'héroïne d'un roman épistolaire pour introduire sa proposition :
Et vous, pouvez-vous imaginer qu’un personnage fictif rencontré à travers un roman ou un film vous écrive ? A moins que ce soit vous qui ayez quelque chose à lui dire ?
Chère Jeanne,
Je te sais attachée aux animaux et en particulier à la cane si bien chantée par le vieux Georges. Brassens, pas Sand (sans S). encore qu'elle aussi savait décrire les oiseaux de ses marais. Et je te sais sensible à la beauté des vols des oies cendrées quand il t'arrive, de moins en moins souvent, d'en être alertée par leur cri à leur passage au dessus de ta province.
Si je t'écris aujourd'hui, c'est que je suis terriblement inquiète pour mes congénères survivants de la traversée d'un vingtième siècle.
Ce début de vingt-et-unième siècle les désorientent déjà à cause des perturbations environnementales mais les humains avaient fait des efforts en en faisant une des espèces protégées.
Mais voilà, dans votre pays, l'on s'aprête, en l'inscrivant dans le marbre de la loi, à prolonger l'autorisation de la chasse aux oies cendrées au mois de février alors que La date officielle de fin de chasse aux oies sauvages est actuellement fixée au 31 janvier, conformément à une directive européenne de protection des oiseaux migrateurs pour respecter leur période de reproduction.
Je sais que beaucoup des écoliers actuels s'intéressent plus aux héros de la guerre des étoiles et aux pokemon qu'aux livres de ton enfance. Les enfants actuels, même ceux qui ont vu les dernières adaptations en français à la télévision, savent-ils que c'est d'abord un livre merveilleux à lire ?
J'ai bien peur qu'il devienne avec ces nouvelles inquiétantes un roman de pure fiction avec de purs oiseaux de légende.

Signée, l'une des oies sauvages du fabuleux roman de Selma Lagerhöf 

Ohara Koson, oies sauvages, 1910
Hokusai, Oies sauvages
Le Merveilleux Voyage de Nils Holgerson à travers la Suède, de Selma Lagerhöf, roman pour la jeunesse 1906-1907
De nombreuses adaptations en ont été faites, au cinéma, en dessin animé, à la télévision en téléfilm ou par épisodes, la plus récente en D
Ohara Koson, 1877 - 1945, artiste japonais spécialiste des scènes de nature
Hokusai, ~1760 - ~1849, artiste japonais à l'origine du japonisme des artistes occidentaux tels Monet, Van Gogh, Gauguin, sisley, auteur de la célèbre Vague.
Autres dessins et estampes d'oies sauvages sur cette page de Estampes Shin-hanga

générique de la version française par épisodes chanté par Marie Myriam

Edvin Öhrströms Den store hvide (1953)
détails Clic
Quelques précisions en lien que je n'avais pas pu mettre au moment de la programmation et  après lecture des premiers commentaires :
LPO (Ligue pour la Protection) du 26 janvier 2017 : Ségolène Royal, alors ministre de l'écologie déclare verbalement la non poursuite des chasseurs les jours suivant le 31 janvier.
LPO du 29 janvier 2017 : le Conseil d'Etat confirme que la chasse aux oies doit fermer au 31 janvier

jeudi 31 mai 2018

Il y a des mots ... , Paul Eluard, Gabriel Péri, extrait

Asfree à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°206 s'inspire de son pseudo ("free" comme liberté et pas comme fournisseur d'accès) pour utiliser le mot liberté comme fil conducteur des jeudis poésies.

En premier lieu pour celles et ceux qui manquent de temps, cet extrait  que j'aprécie tant que je l'ai recopié sur un marque page.

Gabriel Péri, de Paul Eluard

Asfree à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°206 s'inspire de son pseudo ("free" comme liberté et pas comme fournisseur d'accès) pour utiliser le mot liberté comme fil conducteur des jeudis poésies.
Comme le plus souvent je préfère partager avec vous des poèmes choisis, il est tentant de vous proposer le poème sans doute le plus célèbre de Paul Eluard. Je préfère rééditer celui qu'il a consacré à Gabriel Péri, lâchement arrêté par la police française et fusillé par la gestapo allemande au Mont Valérien en décembre 1941.

Ces vers font plus que jamais écho à la fois à nos familiers et notre époque à la dérive tout en étant intemporels

lundi 28 mai 2018

Défi n°206 des Croqueurs de mots ! Après la pause, embarquement chez Asfree

Eh oui, après une pause demandée par Dômi, la feuille de route du défi n°206 des CROQUEURS DE MOTS est affiché sur le blog d'Asfree 18, fleur de flocons. Je vous laisse la découvrir sur place :
 Clic --->

dimanche 27 mai 2018

Aujourd'hui c'est la fête des mères

Réédition de mon billet de l'an dernier : il a coulé beaucoup d'eau sous les ponts. Il y a des frémissements concernant la condition féminine, pas forcément sous le focus de la maternité encore que les Irlandaises et les Irlandais ont vendredi fait un grand premier pas en faveur d'une maternité heureuse en votant à plus des 2/3 pour l'abolition de l'interdiction de l'IVG inscrite dans leur constitution.
Aujourd'hui c'est donc la fête des mères

lundi 21 mai 2018

Relais Info Coquille

Sic Dômi sur le blog de la communauté des CROQUEURS DE MOTS Clic --->  :

Ohé Matelôts!!!

En parcourant le tableau, il reste Pimprenelle et Astree18
pour prendre la barre de la Coquille.
Mais aurez-vous le courage et l’envie de vous y mettre?

samedi 19 mai 2018

Je n'ai plus de larmes

Pour Le nid des mots :
Thème du mois de mai à publier chez vous le samedi 19 mai :
trois expressions, trois petits textes en vers ou en prose :
- Le cœur sur la main, - Prendre ses jambes à son cou, - Tomber dans les pommes.

vendredi 18 mai 2018

Gestes

Pour la page 111 de l'Herbier de poésies
parution de la page111 sur l'Herbier reportée au vendredi 18 mai Clic --->
Je remonte donc ma participation parue vendredi dernier
Du méthane fuse, enflammé, symptôme d'une décomposition organique. Des archéologues, dépêchés en urgence découvrent un site funéraire de femme noble étonnamment conservé. Parmi les objets, une bannière de soie, peut-être le voyage que devra suivre son âme. L'autre étoffe évoque des postures d'une gymnastique millénaire.

jeudi 17 mai 2018

Le soir de l'aube et de la terre, de Jeanne Fadosi

Jazzy à la barre du défi n°205 des CROQUEURS DE MOTS nous emmène dans le futur de créatures étranges et Pour le deuxième jeudi poésie le  17 mai : thème l’infini ou l’environnement en chanson ou en poème  ou thème  libre.

Je vous emmène dans un florilège de chansons écologiques dans l'article précédent et voici ici la réédition d'un poème que j'avais écrit avant de bloguer et qui fut l'un des premiers que j'ai partagé sur mon premier blog. Vous pouvez le retrouver ainsi que le contexte sur laremisedefadosi Clic --->

Respire, de Mickey 3D

Jazzy à la barre du défi n°205 des CROQUEURS DE MOTS nous emmène dans le futur de créatures étranges et Pour le deuxième jeudi poésie le  17 mai : thème l’infini ou l’environnement en chanson ou en poème  ou thème  libre.

lundi 14 mai 2018

Défi n°205 Araneomorphea

Jazzy à la barre du défi n°205 des CROQUEURS DE MOTS nous emmène dans le futur de créatures étranges avec en prime la consigne (je cherche un synonyme pour ce mot vous allez vite comprendre pourquoi) supplémentaire d'éliminer toute lettre G du vocabulaire utilisé pour réondre à ce défi.

- Tiens bonjour toi ! Tu tombes bien, j'ai une dissertation à faire pour lundi pour les CROQUEURS DE MOTS. Tu voudrais bien m'aider ?

jeudi 10 mai 2018

Les Djinns, de Victor Hugo

Jazzy à la barre du défi n°205 des CROQUEURS DE MOTS nous emmène dans le futur de créatures étranges et pour ce premier jeudi poésies nous propose comme thème le fantastique ou thème libre.
L'occasion de montrer la grande liberté stylistique du jeune Victor Hugo (il n'a dans les 25-28 ans) quand sa plume suit le Djinns dans la nuit.
pour écouter le poème Clic --->

Les Djinns

dimanche 6 mai 2018

Connexion internet anarch... et prochain défi des CROQUEURS DE MOTS

C'est la révolte des connexions si ce n'est celle des objets connectés ...
Galère depuis ce matin que d'utiliser tous ces objets qui nous relient à distance ... et comme c'est moi qui aie boudé les écrans et les claviers ces jours derniers inutile de vous préciser que je ne vais pas rattraper mon retard en cette fin d'après-midi où l'envie me prend de vivre en akène ...

vendredi 4 mai 2018

Poésie insoumise ?

Pour la page 110, l'Herbier de poésies propose d'écrire un haïbun sur la poésie insoumise.
J'aurais eu beaucoup à dire (écrire ?) sur cette injonction paradoxale. Le haïbun, réputé difficile, est à la fois rigoureusement codifié et d'une grande exigence. J'en ai pourtant tenté l'écriture plutôt que de suivre mon premier élan porté à une dissertation sans doute ennuyeuse ou de ne pas suivre la consigne.

jeudi 3 mai 2018

Tout ça parce qu'au Bois de Chaville, de Pierre Destailles et Claude Rolland

03 mai 2018  : Poésie du deuxième jeudi : « Joli Muguet du mois  de mai »
Telle est la proposition de notre capitaine de quinzaine Zaza pour le troisième rendez-vosu du défi n° 204 des CROQUEURS DE MOTS

Tout Ca Parc' Qu'au Bois De Chaville

Ce jour-là au bois d'Chaville
Y'avait du muguet

lundi 30 avril 2018

Défi n°204 : Vous avez dit Robert ?

Zaza à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°204 nous propose :
Nous fêterons la Saint Robert !  A vous de nous parler des Roberts célèbres ou non, du petit Robert, de la ville de Robert, des roberts, que sais-je encore… !!! En prose ou en rime, et surtout de tenter de nous faire sourire.

vendredi 27 avril 2018

Une histoire du monde

Pour la page 109 de l'Herbier de poésies

Une histoire du Monde

A la manière d'Aimé Césaire, vienne l'euplecte** noir d'ébène au fondement d'or ou de soleil chanter l'histoire de son continent. Vienne l'oiseau chanter l'histoire du monde et pas seulement celle des humains.

jeudi 26 avril 2018

"La carte du printemps est toujours à refaire", de Aimé Césaire

Après une petite pause pour mer houleuse, c'est Zaza qui prend la barre des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°204 avec "le Printemps" en fil rouge pour le premier jeudi poésie.

Printemps, renouveau
prime temps des primevères
juste après l'hiver

vendredi 20 avril 2018

Fêlure

Pour la page 108 de l'Herbier de poésies, sur l'image de la page 104

Fêlures
Je me noie dans cette mer et ce ciel qui ne font qu'un, dans cette couleur de joyau et de colère.

vendredi 13 avril 2018

Au sablier du temps

En marge de la page 108 de l'Herbier de poésies qui est reportée à vendredi prochain
En prolongement du billet précédent En ce temps barbare qui est le nôtre ...

jeudi 12 avril 2018

En ce temps barbare qui est le nôtre ...

Le coeur et la tête lourdes de pensées et de sentiments contradictoires en ce jour funeste qui me projette cinquante ans en arrière

Temps subi, temps agi

"Nous devons nous-mêmes - en retrait du règne et de la gloire, dans
la brèche ouverte entre le passé et le futur - devenir des lucioles et
reformer par là une communauté du désir, une communauté de lueurs
émises, de danses malgré tout, de pensées à transmettre."
Georges Didi-Huberman, 
mis en exergue par Patrick Chamoiseau,
Frères migrants, Seuil, mai 2017
Contre la barbarie


J'avais repris ce chapeau en exergue de mes réflexions éditées le 17 juin 2017, le mois du signe double des gémeaux.

lundi 9 avril 2018

Oyez les Croqueurs de mots ! Pause défi !

Dômi nous demande une petite pause et en passant sur le blog de Jazzy, j'ai vu par l'absence de feuille de route que son appel a été entendu.


"Ohé Matelôts !!!
Je me permets ce petit passage pour vous demander si vous voyez un inconvénient
à ce que je propose une pause pour cette prochaine quinzaine.

dimanche 8 avril 2018

Paysage intérieur

Semaine rude depuis le vendredi 30 mars. Je n'ai pas eu la tête ni le coeur à écouter et écrire pour rendre ma copie au jour et à l'heure pour le nid des mots de Abécé, ... quand trop, c'est trop ...

vendredi 6 avril 2018

jeudi 5 avril 2018

.... ... ., de Jeanne Fadosi

Pour le jeudi poésie du 5 avril du défi n°203 des CROQUEURS DE MOTS, Laura nous suggère :

Poésie, chanson ou autre sur  Les paysages, ceux que vous aimez ou pas,

J'utilise rarement mes propres écrits pour ces partages poétiques. Pourtant, allez savoir, j'ai envie de rééditer ces mosaïques de paysages que m'avait inspiré un défi piloté par Lilou et devant intégrer huit éléments.

lundi 2 avril 2018

Défi n°203 : des livres en partage

"En tant que professeur-documentaliste et usagère de bibliothèque,
 j’aimerais que vous me parliez d’un CDI (Centre de Documentation et d’Information où je travaille)
pour ceux à qui ça parle (dans mon lycée, je n’avais qu’une bibliothèque) ,
d’une bibliothèque ou de tout autre paysage livresque
(librairie, chez vous etc.) où vous vous sentez bien… ou pas"
telle est la proposition de Laura Vanel-Coytte pour le défi n°203 des CROQUEURS DE MOTS où elle est à la manoeuvre.

Une proposition qui a suscité des tonnes de questions et m'a fait noircir plusieurs pages de brouillon, partir dans toutes les directions, pour en revenir à jeter pêle-mêle des mots échappés des livres :

jeudi 29 mars 2018

La leçon de lecture, de Jean Aicard

Laura Vanel-Coytte à la manoeuvre pour le défi n°203 des CROQUEURS DE MOTS nous propose sa partici "passion" en faisant appel à notre appétit livresque et pour ce premier jeudi poésies, 
Poésie ou chanson ou autre sur les livres tels que vous les vivez… ou pas

mercredi 28 mars 2018

Calliope, l'amie des mots

Pour le dernier prénom de la saison de la Cour de récré, Calliope, la bien nommée, grande amoureuse des mots jolis, s'est arrêtée à la Charité sur Loire, dans le département de la Nièvre, ville de lisières, villes de frontières* ...

dimanche 25 mars 2018

De l'heure d'hiver à l'heure d'été


Nouvelle édition mise à jour

Et nous revoilà une fois de plus à  l'heure d'été ! Le dernier dimanche de mars, depuis 1976, nous avançons les montres et les horloges d'une heure.
Depuis 2002, le changement d'heure est défini de manière homogène dans toute l'Union européenne.

jeudi 22 mars 2018

La rose et le réséda, de Louis Aragon

 Luciole est à la barre pour orchestrer le défi n°202 des CROQUEURS DE MOTS et nous faire danser sur un air de tango. Le premier jeudi poésie a célébré les quatre éléments. Ce deuxième jeudi nous interpelle sur "La relation à l'autre".

Il serait trop long de vous dérouler les associations de pensées qui m'ont conduit comme une évidence à ce poème de Louis Aragon, lundi matin en descendant l'escalier au réveil.

mercredi 21 mars 2018

Chafoine et Romanella

Me voilà revenue sur Internet et pour mon petit tour de France avec les prénoms de la Cour de récré de JB nous allons faire aujourd'hui le grand écart entre les montagnes du Haut Jura et les côteaux du Bordelais, entre le doubs et la Gironde.

lundi 19 mars 2018

Défi n°202 : et puis on danse

"Le tango est une pensée triste qui se danse"

Je ne connais pas Enrique Santos Discépolo dont la citation sert de point de départ à Luciole pour orchestrer le défi n°202 des CROQUEURS DE MOTS. J'avais presque promis d'être aux rendez-vous de cette semaine après mess petits soucis techniques.

jeudi 15 mars 2018

Quelques nouvelles ...

aux plumes de l'Herbier de poésies

Je savais mon ordinateur très fatigué après une dizaine d'années de bons et loyaux services et j'ai pris quelques précautions de sauvegardes, mais il m'a planté sans signes avant coureurs au beau milieu de la piste de danse. D'où mon silence de la semaine dernière et cette semaine.

jeudi 8 mars 2018

J'aime pas l'hiver, de Pierre Vassiliu

Pour le second jeudi poésie du défi n°201 des CROQUEURS DE MOTS, Dômi nous propose « J’aime pas l’hiver ». Sait-elle que c'est le titre d'un chanson de Pierre Vassiliu de 1970, plus confidentielle que certaines autres de ses chansons célèbres, un poète et chanteur rare et qui je le crains risque de tomber dans l'oubli tant il était discret déjà du temps de sa célébrité.
Vu la photo du petit chat de Dômi, je pense que oui elle y a pensé. Alors nous serons au moins deux à penser à lui.

mercredi 7 mars 2018

Lancelot le matelot de Camelot

Ou devrais-je écrire Camaret, au risque de m'attirer les foudres des autres Bretons devenus "Grands" par quelques truchements de la Grande et de la Petite Histoire. Tant pis, j'ose vous emmener dans ma tournée des prénoms du mercredi dans le Finistère en Bretagne, sur les traces de ce grand oeuvre écrit, réécrit autour des Chevaliers de la Table Ronde et de la légende du Roi Arthur.

lundi 5 mars 2018

Défi n°201 lumière d'hiver

Voilà ce que Dômi à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour ce défi n°201 gelé nous propose :
« Quand Paris s’enrhume, l’Europe prend froid »
Je vous demande de vous exprimer comme vous l’entendez ….En imaginant un texte drôle ou pasPoétique ou pasEn vers ou en prose.

vendredi 2 mars 2018

Finisterre

Pour la page 102 de  l'Herbier de poésies, un nouvel essai de conte en haïbun   sur un cliché de Susy S
Elle n'ira pas plus loin. Cette plage est celle où d'un désir elle est devenue promesse. C'est une très vieille dame maintenant et le continuum bleu océan lui évoque le bleu France qu'elle ne connaîtra plus et le bleu horizon de ce père qu'elle n'a pas connu.

mercredi 28 février 2018

Pablo de Millau et Richelaine la châtelaine du lac

Je reprends mon tour de France des prénoms en repassant par l'Aveyron pour faire étape en bordure, dans l'Hérault et pourquoi pas près de Lac des Rives, sur le plateau du Larzac.

mardi 27 février 2018

Oyez les Croqueurs de mots gelés ! Défi n°201 annoncé chez Dômi

Eh oui, sans nouvelle de Luciole prise dans les glaces de l'hiver ou happée par le travail que procure les vacances des jeunots, c'est notre Amirâle Dômi qui nous propose la feuille de route du défi n°201 des CROQUEURS DE MOTS

jeudi 22 février 2018

Plus de neiges aux prés ..., de Leconte de Lisle

Andrée aux manettes du défi n°200 des CROQUEURS DE MOTS suggère :
pour le deuxième jeudi en poésie, j'ai pris 2018 - 200 = 1818. Je vous suggère de choisir un texte d'un poète du dix neuvième siècle (Victor Hugo, Lamartine, Georges Sand ....) ou un  poème sur l'hiver. Je vous propose celui-ci qui cumule, l'hiver, le XIX siècle et même un poète né en 1818 ... et s'il est si triste c'est que je l'ai programmé un mercredi matin de février (clic --->) et (clic---> lien valide demain vendredi)

mercredi 21 février 2018

Le coeur en berne

Une petite pause chagrin dans mon tour de France des prénoms, Pablo fera étape avec Richelaine mercredi prochain
et l'envie de penser en off à un autre prénom qui ne s'affichera plus sur l'écran de mon téléphone ... à bientôt

lundi 19 février 2018

Défi n° 200 Le moulin à café

Andrée la petite graine à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°200 nous donne la consigne suivante pour le défi anniversaire de ce lundi :
la principale consigne est de commencer son texte par
"je me souviens"
et une proposition de consigne supplémentaire, uniquement si vous en avez envie,  : choisir un mot unique dans la liste et l'intégrer dans votre texte :
"maison, anniversaire, rouge, bateau ou lundi"

jeudi 15 février 2018

Sur le Tasse en prison d'Eugène Delacroix, de Charles Baudelaire

Andrée la petite graine à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°200 nous donne la consigne suivante pour le premier jeudi en poésie :
prendre un livre de poésie (un des vôtres, celui d'un poète préféré, d'une anthologie), ouvrir par hasard une page et mettre le poème sur le blog.
ce que j'ai fait illico presto (preuve en image en bas de ce billet)*

mercredi 14 février 2018

Emy d'Albi

Venant du Rouergue au temps de la croisade contre les albigeois, la famille d'Emilie laquelle préfère être appelée Emy, s'est, depuis des ans et des siècles, installée à Albi chef-lieu du département du Tarn. La légende familiale aime à répéter que l'une de ses arrière-grand-mères a posé pour Toulouse-Lautrec.

mardi 13 février 2018

Oyez les Croqueurs ! Défi n°200 semé en Petites graines

Eh oui, c'est Andrée qui nous propose cette fois-ci, à la demande de Dômi, la feuille de route du défi n°200 des CROQUEURS DE MOTS;

Les consignes y sont exposées depuis lundi. Je pense comme not' Cap'tain que cela va nous plaire.

gravure de Larousse Je sème à tous vents
vers 1910

vendredi 9 février 2018

La maison qui rêvait

Pour la page 99 de  l'Herbier de poésies   sur une photographie de Abécé 

Cocon protecteur,
la maison, ce point d'ancrage,
d'une vie sans errance,

quand vient la neige ou la pluie,
la morsure d'un soleil brûlant.

Le casanier qui ne la quitte jamais, la voyageuse entre deux errances, lui demandent-ils à quoi elle rêve ? Qui sait si elle ne voudrait pas elle aussi quitter son pays déserté ou partir vers d'autres contrées préservées des tumultes du monde ? Ou simplement de chevauchées fantastiques, toiture au vent ?

Au kaléidoscope
de l'immobile automobile,
la maison fractale

s'expose en une mise en abîme
au regard attentionné.

Ecoute ! écoute le murmure des éclats de miroir ! Entends-tu les rires et les pleurs, les soupirs et les silences ? Chaque parcelle de matière, en gardienne de leurs secrets, est l'écho des âmes passées ici, quelques heures ou toute une vie.
©Jeanne Fadosi, mercredi 7 février 2018
à découvrir avec les autres brins sur la page 99 de L'Herbier

Une photo d'ABC

jeudi 8 février 2018

Harmonie du soir, de Charles Baudelaire

l'amirâle Dômi a proposé des RTT d'une semaine aux CROQUEURS DE MOTS après les surchauffes de neurones et de doigts tournant les pages du dictionnaire. J'en profite pour mettre en ligne le poème de Baudelaire évoqué dans mon billet du vendredi pour l'Herbier de poésies que je trouve sublime avec la pensée secrète de réconcilier Quichottine avec ce qui pour elle a été un instrument de torture sous forme de récitation imposée. Et je pense aussi à ces merveilleux poèmes décortiqués en commentaires composés, exercices sans doute nécessaires qui bien souvent font perdre à la poésie toute sa magie évocatrice et même jusqu'aux idées qu'elle véhicule par d'autres chemins que la rationalité d'un autre discours.

Harmonie du soir

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;
Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;
Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.
Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige,
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige.
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige !
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige...
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !
Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, 1e éd 1857


Charles Baudelaire, 1821 - 1867, poète français
Les Fleurs du Mal recueil de Baudelaire englobant la quasi-totalité de sa poésie
Harmonie du soir s'inspire du pantun ou pantoum, une forme très rare de poème reprenant en premier et troisième vers de la strophe le deuxième et le quatrième vers de la strophe précédente.
pantoum forme de poème dérivé des pantuns malais, entremêlant deux thèmes et entrecroisant leurs vers. (autres infos sur le blog de Claire)

mercredi 7 février 2018

Silas le boulanger du Bas Segala

Dans le tour de France des prénoms du mercredi sur mon blog, nous avons fait étape la semaine dernière en Limousin dans le Cantal. Allons un peu plus vers le sud, au pas des randonneurs et laissons-nous mener par le bout du nez. Hmm ! les bonnes odeurs !!!!
Entrez dans la boutique de Silas
Humez l'odeur de la fleur d'oranger
Oui Silas l'artisan boulanger
est le champion de la fouace.
Les randonneurs en font des réserves
pour leurs chemins de randonnée
où ils vont plusieurs journées
car une semaine elle se conserve.
Souvent il leur montre le sentier
qui débute au pont gallo-romain
et qu'ils prendront le lendemain.
Certains jours il leur sert la pogne.
En partant il leur serre la pogne.
Fouace et pogne à partager tels l'amitié.
Le Bas Ségala, département de l'Aveyron, nouvelle région d'Occitanie, quasi ancienne province du Rouergue est depuis le début de 2016 une commune nouvelle issue du regroupement de La Bastide-L’Évêque, Saint-Salvadou et Vabre-Tizac.
Ethnologie du Rouergue, 1888
La fouace ou fouasse d'Aveyron
une recette de la fouace d'Aveyron
Les fouaces, entre pain; brioche et gâteau, cités déjà par Rabelais dans Garguantua
La pogne est une couronne briochée parfumée à la fleur d'oranger, spécialité de la ville de Romans sur Isère dans la Drôme.
Une recette de pogne
La pogne en vieux français signifie la main d'où l'expression "(se) serrer la pogne" et même le nom de la brioche où la pogne ou main (--> poignée) est une unité de mesure approximative j'en conviens.

bonus retrouvé le 28/02/2018 Aveyron un village crée une association pour sauver sa boulangerie


Costumes traditionnels du Rouergue La Cabrette du Haut Rouergue

L'arvieunoise et la cabrette du Haut Rouergue

Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB