Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 14 décembre 2018

Fadosi continue ici

Billet d'accueil

pour accéder au contenu complet des articles présentés en résumé il suffit de cliquer sur le titre de l'article ou le lien Plus d'infos » 
Profitez des instants de la vie :
le temps s'écoule à sa cadence,
trop vite ou trop lentement,
sans retour possible
Pourquoi Fadosi ?

Flamme

Pour la page 129 de l'Herbier de poésie

Petite flamme fragile
donnes-moi de ta vaillance,
Mon coeur est si las.
©Jeanne Fadosi, mercredi 12 décembre 2018
pour l'herbier de poésies 129
à découvrir le vendredi soir  ou le samedi
avec les autres brins sur la page 129 de L'Herbier


mercredi 12 décembre 2018

Mayeul de Bonneuil

Dans mon petit tour de France des prénoms j'ai envie de visiter un peu de l'Ile-de-France en faisant étape entre Arcueil et Bonneuil sur Marne dans le Val de Marne avec Mayeul et mes petites élucubrations fantaisistes pour la plupart.

Et vous emmener dans un temps qui n'existe plus quoique ...

Mayeul, de condition plus que modeste mais doué d'une grande intelligence et du talent lié à son prénom décida en sa jeunesse de devenir le Maître d'Hotel particulier de Madame Michelle de Bonneuil. Et plus mais chut.


Il savait que la belle intriguait avec les ultras de la monarchie en danger et son coeur palpitait pour le peuple de la République.
Mais cela la belle ne le savait pas car il excellait à lui faire croire le contraire.
Le jour, il était serviteur zélé au château de Bonneuil. Le soir dans un nid douillet d'Arcueil, il honorait sa dame de coeur et recueillait ses confidences sur l'oreiller.
La rumeur prétend même (info ou intox ?) en vrai pure invention de ma part, que c'est grâce à lui que les sans culottes apprirent l'itinéraire de la fuite de la famille Bourbon (le roi la reine ...) et qu'ils furent arrêtés à Varennes.

Sources d'inspiration :
La trépidante Michelle de Bonneuil de marie-antoinette - forum
Mayeul, origine et signification du journal des femmes

source : La cruche cassée(version révolutionnaire)
A cette époque en Provence, dans le Dauphiné et au Québec on dansait le Rigaudon, danse dont le succès dépassa largement les frontières du midi


Une dans paysanne qui se décline aussi en mode VIP

Haendel - hornpipe (matelote, danse irlandaise) menuet et rigaudon

En 1792 le peuple se mettait à danser la Carmagnole, un air qui est venu du Piémont jusqu'à Paris
En 1967, Johnny Halliday la chantait aussi Clic --->


Arcueil et Bonneuil-sur-Marne, communes du département du Val de Marne, dans la région Ile-de-France et la province historique du même nom.
A défaut de spécialités culinaires spécifiques du Val-de-Marne, un rappel de celles de l'Île-de-France.
et un détour par la cuisine française au XVIIIe siècle et au XIXe siècle, et la révolution française et la révolution technique à la charnière des deux avec ses grandes évolutions dans la continuité des inégalités.

lundi 10 décembre 2018

10 décembre : quand l'utopie était en action

C'est la date anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme
10 décembre 1948 ! il y a exactement 70 ans. Le temps d'une vie à l'époque de la signature.

Elle commence ainsi :

Préambule

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.
Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.
Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.
Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations.
Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.
Considérant que les États Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales.
Considérant qu’une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.
L’Assemblée Générale proclame la présente Déclaration Universelle des Droits de l’Homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des États Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

Article premier

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

***

Une déclaration née sous l'impulsion des 52 pays de la jeune ONU, créée dans l'urgence de la paix, réunis à San Francisco à partir du 25 avril 1945 à la suite d'un long processus depuis 1941, pour rédiger une charte qui fut signée dès le 26 juin 1945 par 51 des 52 Etats parties prenantes (le 52e, la Pologne, ne le pouvant pas techniquement car sans représentants constitués), avant même la fin de la seconde guerre mondiale qui verra encore les combats violents du Pacifique et le largage des deux bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945.
La charte a été ratifiée définitivement le 24 octobre 1945 suivie de la création officielle des Nations Unies le 24 novembre 1945.
J'aimerais vous faire lire ou relire le préambule de la Charte des Nations Unies :

Préambule[modifier]

NOUS, PEUPLES DES NATIONS UNIES, RÉSOLUS
  • à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui deux fois en l'espace d'une vie humaine a infligé à l'humanité d'indicibles souffrances,
  • à proclamer à nouveau notre foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité de droits des hommes et des femmes, ainsi que des nations, grandes et petites,
  • à créer les conditions nécessaires au maintien de la justice et du respect des obligations nées des traités et autres sources du droit international,
  • à favoriser le progrès social et instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande,
ET À CES FINS
  • à pratiquer la tolérance, à vivre en paix l'un avec l'autre dans un esprit de bon voisinage
  • à unir nos forces pour maintenir la paix et la sécurité internationales
  • à accepter des principes et instituer des méthodes garantissant qu'il ne sera pas fait usage de la force des armes, sauf dans l'intérêt commun,
  • à recourir aux institutions internationales pour favoriser le progrès économique et social de tous les peuples,
AVONS DÉCIDÉ D'ASSOCIER NOS EFFORTS POUR RÉALISER CES DESSEINS
En conséquence, nos gouvernements respectifs, par l'intermédiaire de leurs représentants, réunis en la ville de San Francisco, et munis de pleins pouvoirs reconnus en bonne et du forme, ont adopté la présente Charte des Nations unies et établissent par les présentes une organisation internationale qui prendra le nom de Nations unies.


vendredi 7 décembre 2018

Danses

Pour la page 128 de l'Herbier de poésie

Dans la lumière chaude du spot de bureau, un moustique s'est mis à danser. La bestiole suceuse de sang se réjouissait déjà de la douceur du temps et se frottait les pattes de la bêtise des humains. Insoucieuse des sagesses orientales préservant les animaux en laissant crever dans la rue les intouchables, la maîtresse des lieux a tenté de l'occire. Sans succès faut-il le dire.

Et le diable ricanait
de son rire jaune et cruel
au banquet des gueux.

A l'autre bout du monde, un violent séisme sous-marin a déclenché quelques heures une alerte au tsunami. Sans dommage mais non sans répliques. Un nouveau-né a vu le jour au service des urgences de l'hôpital Du Blanc privé de sa maternité. Une vieille dame de 95 ans, qui enchantait naguère encore de son talent d'actrice les amateurs de cinéma, est morte au bout de longs mois de maladie et son fils veut relancer le débat sur la fin de vie "parce que là, on est très loin de la dignité et de l'humanité". Or, ailleurs encore, une femme a mis au monde pour la première fois un bébé grâce à un utérus qui lui avait été greffé.

Apprentis sorciers
démiurges d'éternité
pour survivre à quoi ?

Dans la douceur du jardin, un chat ensauvagé danse en jouant avec sa proie. Il ne cherche plus d'abri. Ses faibles miaulements plaintifs ne réveilleront le silence de la nuit qu'au retour d'autres frimas. Est-il noir et blanc avec ce collier rouge, souvenir d'un foyer plus ou moins accueillant ? Est-il jaune comme ceux de cette portée qui prit longtemps ses quartiers dans les granges abandonnées ?

Qu'il soit jaune ou noir,
c'est toujours la même histoire
du matou honnis.

Quand il voit danser les flammes,
il y a ripailles
au banquet du diable.
©Jeanne Fadosi, mercredi 4 décembre 2018
pour l'herbier de poésies 128
à découvrir le vendredi soir  ou le samedi
avec les autres brins sur la page 128 de L'Herbier

Danse avec matou, de Adamante

Illustration sonore : Jacques Brel Le Diable


jeudi 6 décembre 2018

Automne, de Guillaume Apollinaire

Colettedc, pour le défi n°213 des CROQUEURS DE MOTS met Novembre au centre de notre jeu et pour les jeudis poésie, le 29 novembre "beauté de la nature" et le 6 décembre "dépouillement de la nature".
En découvrant ma participation de lundi, vous vous en doutiez sans doute.


Automne

Dans le brouillard s’en vont un paysan cagneux
Et son bœuf lentement dans le brouillard d’automne
Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux

Et s’en allant là-bas le paysan chantonne
Une chanson d’amour et d’infidélité
Qui parle d’une bague et d’un coeur que l’on brise

Oh! l’automne l’automne a fait mourir l’été
Dans le brouillard s’en vont deux silhouettes grises


Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

Guillaume Apollinaire, 1880 - 1918, poète, écrivain, critique et théoricien d'art français, né sujet polonais de l'empire russe.


mercredi 5 décembre 2018

Ginette et pas Arnulf

Bon d'accord j'ai séché la semaine dernière en prévenant que j'allais me rattraper en évoquant les deux prénoms. Venez avec moi suivre Arnulf ou plutôt Arnaud le long des canaux du département de  l'Aude 

Arnaud se promenant à vélo
le long des chemins de halage des canaux
pense à sa cousine Ginette
qu'il taquine en l'appelant Poupette.
Est-ce à cause à "La cousine Bette"*
que des filles aux prénoms en "ette"
n'aiment pas trop, fon la grimace,
même en se trouvant belles dans la glace ?

Gigi d'Arnaud est bonne fée.
Je vais vous en conter les faits.
C'était de tradition dans la famille
pour les garçons comme pour les filles,
les prenoms de tous les aïeux
se transmettent une génération sur deux.
Seulement voilà : Adolphe son grand-père,
à cause de l'étoile jaune de sa grand-mère,
en 43 fut expédié direct en enfer !
Conseil de famille ! Que faire ?

Arnolphe ressemblait encore trop à Adolphe,
Arnulf ne plaisait pas du tout à rodolphe
qui, sans le lourd poids du passé,
à son prénom n'avait pas échappé.
Or la cousine Ginette,
déjà ado encore fillette,
avait le béguin pour un Arnaud
que dans sa classe elle trouvait très beau.

Ginette se faisait appeler Gina
comme l'actrice Lolobrigida.
Sur le berceau de son cousin tour frippé
elle s'est transformée en bonne fée
pour suggérer de nommer
cet adorable nouveau-né
pas Adolphe ni Arnulf mais Arnaud
qui aujourd'hui se promène à vélo
et sourit sur sa petite reine
en pensant à sa marraine,
sa bonne fée personnelle
que l'autre Arnaud trouve enfin très belle.

* La cousine Bette est un roman de Honoré de Balzac faisant partie des scènes de la vie parisienne de la comédie humaine et d'abord paru en feuilleton, un personnage tout à fait détestable.
Les canaux de l'Aude : canal des Deux Mers ; canal du Midi ; canal de Jonction ; canal de la Robine et j'en oublie sans doute
Département de l'Aude, région Occitanie, ancienne région historique (culturelle) d'Occitanie à l'histoire ancienne et foisonnante.
Gina Lollobrigida, actrice et photographe italienne née en 1927. Elle est notamment la fée Turquoise dans Les Aventures de Pinocchio.

d'accord j'ai triché sur le lieu, ici c'est le canal de Bourgogne
trouvé ici Clic --->

La liste des prénoms chez Jill Bill et Les liens du rassemblement
Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB

lundi 3 décembre 2018

Défi n°213 : souvenirs de novembre

Voici la consigne de colettedc pour le défi n°213 des CROQUEURS DE MOTS :

À tous les matelots des Croqueurs de Mots.
Étant à la barre, pour cette quinzaine
à la demande de Domi,
je vous propose [un] quatrain :

Pour le lundi 3 décembre, vous le complétez ou vous l’introduisez dans un texte comme cela vous convient.
"Dans le brouillard s'en vont un paysan cagneux
Et son bœuf lentement dans le brouillard d'automne
Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux
..."*
Je n'irai pas plus loin,
ma mémoire fait défaut.
Depuis bien trop longtemps
Je ne l'entretiens plus.

Trop de larmes impuissantes
Qui ne peuvent couler
ravalent les secrets
De chagrins trop vivants.
"Le brouillard a tout pris autour de ma maison"**
Comment ai-je pu oublier le sac de coton ?
Et les fleurs au jardin et le chant de l'oiseau ?

J'entretiens il me semble les ors qui flamboient
le crissement des feuilles dans l'allée forestière
nos mains se réchauffant au-dessus de la forge
allumée tout exprès pour griller les châtaignes
dans la poêle à trous trous et à si longue queue
avec le souvenir de tous nos jours heureux.
"Novembre a ses charmes
Novembre a ses larmes
Son décor fait rêver
Son refrain fait pleurer"
* Automne, poème de Guillaume Apollinaire, encore une des récitations apprises et retenues, du moins à ce moment-là je maîtrisais à peu près la lecture et l'écriture au cours élémentaire. Evidemment les mots "cagneux" et vergogneux" avaient fait l'objet d'une leçon de vocabulaire

** Le brouillard, poème de Maurice Carême, celui-ci je l'ai appris encore plus tôt, au début du CE1 ou même au Cp, oralement.


vendredi 30 novembre 2018

Page froissée

Pour la page 127 de l'Herbier de poésie

Une page froissée
des idées dans le brouillard
c'est la panne des mots

Tant d'images  qui défilent
sur nos écrans sans pathos.
©Jeanne Fadosi, mercredi 28  novembre 2018
pour l'herbier de poésies 127
à découvrir le vendredi soir  ou le samedi
avec les autres brins sur la page 127 de L'Herbier

Jamadrou Brouillard

jeudi 29 novembre 2018

Feuilles d'automne, de Jean Moreas

"Beauté de la nature", tel est le fil d’Ariane proposé par Colettedc pour le premier jeudi poésie du défi n°213 des CROQUEURS DE MOTS, et comme je n'ai pas pu choisir, je vous propose aussi ce poème

Feuilles d'automne

Va-t-on songer à l'automne
A l'aquilon détesté
Quand la lumière environne
La vie et le fier été !
De l'arbre au profond feuillage
Des parterres du jardin
La brise tire un langage
D'allégresse et de dédain.
Vous qui passez sur la route
Saouls de la sève des bois,
Chantez ! Riez ! Moi j'écoute
En secret une autre voix :
Qui soupire de la sorte ?
O mon âme, n'est-ce pas
Une branche déjà morte
Qui vient de parler tout bas.

Jean Moréas

Jean Moréas, 1856 - 1910, poète symboliste grec d'expression française


L'automne, de Lucie Delarue-Mardrus

Colettedc, pour le défi n°213 des CROQUEURS DE MOTS met Novembre au centre de notre jeu et pour les jeudis poésie, le 29 novembre "beauté de la nature" et le 6 décembre "dépouillement de la nature".
Par facilité autant que par curiosité, j'ai requis "automne" dans mon premier blog. J'y ai fait une ample moisson de poèmes avec son corollaire, une grande difficulté à choisir.
J'ai alors suivi mon coup de coeur découverte de septembre 2010 parmi un florilège de poèmes sur l'automne qui méritent le détour et de prendre quelques instants pour les déguster.
Et comme mon coeur balançait, je partage aussi un poème de Jean Moréas, Feuilles d'automne si vous avez le temps et que le coeur vous en dit.

L'automne

On voit tout le temps, en automne,
Quelque chose qui vous étonne,
C'est une branche, tout à coup,
Qui s'effeuille dans votre cou.

C'est un petit arbre tout rouge,
Un, d'une autre couleur encor,
Et puis, partout, ces feuilles d'or
Qui tombent sans que rien ne bouge.

Nous aimons bien cette saison,
Mais la nuit si tôt va descendre !
Retournons vite à la maison
Rôtir nos marrons dans la cendre.

Lucie DELARUE-MARDRUS, Poèmes mignons pour les enfants, 1929

Lucie Delarue-Mardrus, 1874 - 1945, poétesse, romancière, journaliste, historienne, sculptrice et dessinatrice française


Le Grand Manitou
donne la parole aux arbres
avant le dernier

Et nous tous que faisons-nous
Pour agir pour la planète ?

mercredi 28 novembre 2018

Arnulf

Petite séance de rattrapage pour les prénoms du mercredi grâce à Jamadrou qui m'a rappelé cette chanson de 1964 ou 1965 qui a été reprise ente autres par Christine Sèvres (la femme de Jean Ferrat) ou Marc Ogeret (que l'on connait plus pour ses reprises des chansons d'Aragon par Léo Ferré ou des chants populaires ou révolutionnaires.



vendredi 23 novembre 2018

Transe

Pour la page 126 de l'Herbier de poésie

Transe
Une carafe fière de son design galbé se pavane devant une bouteille droite comme un i triste.
Et soudain la bouteille danse
dans l’œil d'une carafe en transe.
Le dernier café lui a refusé un dernier verre. Et le noctambule erre encore un peu dans l'air glacial du quai du canal.
Et soudain une bouteille danse
devant son œil imbibé.
Aux hésitations de la clé dans la porte, elle sait déjà que la trêve est finie. Ce soir encore, elle va dérouiller.
Une bouteille se tord
devant l’œil poché de bleu
d'une femme maltraitée.

©Jeanne Fadosi, jeudi 22  novembre 2018
pour l'herbier de poésies 126
à découvrir le vendredi soir  ou le samedi
avec les autres brins sur la page 126 de L'Herbier

récréanote de Adamante
le 25 novembre est la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, Une cause qui me touche particulièrement (cliquez sur le lien sous l'en-tête du blog pour comprendre ... un peu) et qui semble être si peu prise en considération.


jeudi 22 novembre 2018

Saisir l'instant, de Esther Granek

Lénaïg à la barre du défi n°212 des CROQUEURS DE MOTS nous invite pour le second jeudi en poésie du défi à partager "la saveur de l'instant présent".
Un instant que Esther Granek a si bien sublimé dans un poème que j'avais mis en ligne en avril 2011 lors d'un défi où je tenais la barre pour illustrer le temps.
publication en instance d'autorisation

Saisir l’instant

Saisir l’instant tel une fleur
Qu’on insère entre deux feuillets
Et rien n’existe avant après
Dans la suite infinie des heures.
Saisir l’instant.

Saisir l’instant. S’y réfugier.
Et s’en repaître. En rêver.
À cette épave s’accrocher.
Le mettre à l’éternel présent.
Saisir l’instant.

Saisir l’instant. Construire un monde.
Se répéter que lui seul compte
Et que le reste est complément.
S’en nourrir inlassablement.
Saisir l’instant.

Saisir l’instant tel un bouquet
Et de sa fraîcheur s’imprégner.
Et de ses couleurs se gaver.
Ah ! combien riche alors j’étais !
Saisir l’instant.

Saisir l’instant à peine né
Et le bercer comme un enfant.
A quel moment ai-je cessé ?
Pourquoi ne puis-je… ?

Esther Granek, Je cours après mon ombre, 1981


Esther Granek, 1927 - 2016, poétesse belgo-israélienne francophone, survivante de la Shoah
son site officiel
ses poèmes sur le site poetica


mercredi 21 novembre 2018

Pitère en Isère

J'avais pas fait attention à la liste des prénoms du mercredi. Avec Patère, j'aurais pu rester dans le Cher. Allons plutôt se ressourcer loin des bruits du monde au fin fond de l'Isère.

Pitère fabriquait des patères
entre deux pater
avec du bois de sa terre
une forêt en Isère

Pitère aime lire Voltaire
et sur sa vie préfère se taire
c'est son choix volontaire
en entrant au monastère du désert*.

Jamais il ne jettera la pierre
à Marcus son frère*
pour les choix à faire
sans mystère et sincères.

arrivée de Saint Bruno au Désert de Chartreuse
(peinture ornant l'église Saint bruno à Grenoble)

* Je pense au monastère de La Grande Chartreuse
* Héros d'une magnifique bande dessinée de Zep, Un bruit étrange et beau, éd. Rue de Sèvres, 2016

Une fois n'est pas coutume, en ce qui concerne les spécialités culinaires, je mettrai l'accent uniquement sur les recettes utilisant la célèbre liqueur La Chartreuse verte (à consommer avec grande modération) :
Les meilleures recettes de chartreuse. Il y a de quoi se mettre les papilles en émoi.
Chartreuse, l'elixir monacal

La liste des prénoms chez Jill Bill et Les liens du rassemblement
Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB

lundi 19 novembre 2018

Défi n°212 "Les murs ont des oreilles"

Lénaïg à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°212 nous propose ceci :
Coucou les Crôqueurs de mots, me voici à la barre du navire pour la quinzaine par la grâce de l'amirale Dômi.
Alors, pour le défi du lundi 19 novembre, je nous présente deux photos de Street Art, ou Art de la rue, dont nous pourrons disposer à notre guise, ou en choisir une autre, ou ne pas mettre d'image du tout MAIS le défi va consister à écrire une petite histoire en y incluant au moins l'une des propositions suivantes :
un regard bizarre,
les murs ont de grandes oreilles,
la chance me sourit.




Seulement voilà, il est près de 19 heures, mon estomac commence à m'indiquer qu'il mangerait bien une petite soupe et je n'ai pas le commencement d'une idée d'histoire !
J'ai un faible pour le chat aux grandes oreilles. Avec quel animal sa mère a-t-elle donc "fauté". Ce ne peut être un âne, bien trop grand pour cette gente féline, un lapin peut-être ? Où L'imagination du graffeur ou de la graffeuse* pas très au courant ? Les yeux de l'autre matou sont impressionnants et pour tout dire dérangeants. Je n'aimerais pas avoir ce genre de mur en perspective dans mon paysage.
Ah zut alors, ils m'hypnotisent ces yeux de braise ! Quel regard bizarre ! Que voulait nous dire l'artiste ?
Mieux vaut-il voir ou entendre ? ou deviner ?
Ou se mettre la tête dans le sable et se boucher les oreilles ?

Dans le début des années 80, un tagueur avait écrit d'une main maladroite et je crois même avec des fautes d'orthographe sur le mur de la maison voisine, "Les murs ont des oreilles". Nouvelle habitante de ce quartier, (je n'y habite plus depuis longtemps) je n'ai pas prêté attention aux interprétations d'autres voisins ... et je n'ai pas cherché à en savoir plus. Le tag a vite disparu derrière un bon coup de peinture et n'est jamais réapparu.

Si je refaisais le chemin de l'histoire à l'envers, j'aurais peut-être une explication très éloignée de tout ce que l'on pouvait imaginer à l'époque. Les tags, très laids la plupart du temps, fleurissaient dans d'autres rues et il n'y avait aucune raison particulière à cibler cette maison.
Il faut dire que les ruines de deux ou trois maisonnettes basses le long de l'Oise, rasées depuis, étaient le repère d'adolescents en quête de colloques à l'abri du monde et, dans ce lieu, j'imagine que lors de leurs longues soirées ou nuits de discussions, ils refaisaient le monde. J'aurais quand même préféré qu'ils s'expriment en dessinant car parmi eux, il y avait de la graine de caricaturiste.

* j'écris graffeuse tout naturellement mais mon correcteur orthographique ne connait que graffiteuse, comme si le geste graphique masculin était plus noble et digne d'exécuter un graf alors que le geste graphique féminin ne produirait que des graffitis.


samedi 17 novembre 2018

Contemplation

Pour le nid des mots de novembre
Prochain thème, à publier chez vous le samedi 17 novembre :
"Je me suis assis devant ce tableau..."
Je me suis assise devant ce tableau*, dans le bruissement de la grande salle un peu désuète. La horde des visiteurs était enfin allée plus loin et de nouveau faisait la pose dos à l'oeuvre suivante devant une armée de perches à selfies.
L'aquarelle tout en nuances, avec ses fiers sapins dressés vers le ciel et ses pentes adoucies par le coton de la brume m'emmenait loin dans mon enfance. Au pays des fées et des faons, des elfes et des lutins.
Le paysage me faisait signe, comme l'évidence de toute une vie préservée de notre arrogante modernité.
La vieille dame qui s'est assise à côté de moi m'a fait un signe de connivence. Nous n'entendions plus les bruits de la ville, juste le vent dans les aiguilles et le silence.
Ou peut-être sous les branches, le brame de quelque cerf.
*nb : Je me suis laissée aller à la contemplation de l'aquarelle proposée pour la page 125 de l'Herbier de poésie 


brame du cerf des Pyrénées
Brame du cerf

vendredi 16 novembre 2018

Loin du dernier sentier

Pour la page 125 de l'Herbier de poésie
Loin du dernier sentier
Dans la forêt rendue à sa virginité
la biche a fui loin du chasseur.
Les cimes séculaires ont griffé les nuages
pour célébrer leurs noces de coton.
Parmi les Géants
les brumes s'effilochent
en molles guirlandes.
©Jeanne Fadosi, jeudi 15  novembre 2018
pour l'herbier de poésies 125
à découvrir le vendredi soir  
avec les autres brins sur la page 125 de L'Herbier

Aquarelle de Steve Mitchell

Légende ajoutée par Adamante :

Je conseille à tous les brins de rajouter la légende pour pallier une éventuelle invasion de goa'uld.  
Moi  
I am sorry about this confusion. Your works are very beautiful. Would you agree to lend us one for the next page of « the poetries Herbarium » ? We owe you that, no ? So sorry. I leave you the choice of the one that you will propose us. One great thank.
Steve Mitchell  
Thanks. Yes that is fine. What type image did you have in mind? 
Moi et Steve Mitchell     l'envoi de l'image

jeudi 15 novembre 2018

Pourquoi écrire un poème, de Cécile Coulon

Lénaïg à la barre du défi n°212 des CROQUEURS DE MOTS nous invite pour le premier jeudi en poésie sur "Les joies de la découverte".
Quelle bonne idée que cette suggestion pour une fois que j'entends de la poésie et une poétesse, jeune, invitée un lundi matin sur ma radio de grande écoute à l'occasion du prix Apollinaire qui va lui être remis le soir même et qui m'a ravi les oreilles ce matin-là.

J'aimerais avoir sous les yeux le texte du poème qu'elle a écrit et lu en exclusivité pour l'émission Boomerang de France Inter

La totalité de cet entretien de 33 minutes est très intéressant mais si vous êtes pressés vous pouvez l'écouter à partir de la minute 27

Pourquoi écrire un poème

France Inter, émission boomerang, 12 novembre 2018

Cécile Coulon, née en 1990, romancière, nouvelliste et poétesse
Les ronces, recueil de poèmes, 2018

éditions Le Castor astral

mercredi 14 novembre 2018

Ugolin au bord du Colin

Cette semaine, mon petit tour des prénoms du mercredi fait étape dans le Cher et plus précisément dans le Berry cher à George Sand et à sa Mare au diable et à Alain Fournier dans le Grand Meaulnes

Au fond de son jardin
passe le Colin
plus ruisseau que rivière
marais en ses lisières.

Dans le Colin
pas de colin
ni de saumon
quelques gardons.

Son métier
comme d'autres potiers
est de travailler la terre
qu'il façonne en expert.

Il y travaille le grès
de son plein gré.
La céramique n'y est plus en déclin
et il s'essaye même au kaolin

qu'il fait venir en cachette.

A la nuit tombée
il regarde la nuit étoilée
avec son pote astronome
en rêvant du Grand Meaulnes.

poteries imagées de la dynastie Talbot
Le Colin est une petite rivière de moins de 30 kilomètres, sous-affluent du Cher, qui prend sa source à Morogues dans le Cher, dans la région Centre-Val de loire, de l'ancienne province du Berry.
Morogues est aussi le nom d'un astéroïde donné par l'astronome Bernard Christophe
Le Hameau de La Borne, près de Morogues voit depuis une trentaine d'années le renouveau de son activité de céramique dont la tradition est très ancienne grâce à un filon de grès.
Le kaolin est une argile blanche qui permet de faire une porcelaine fine comme celle des chinois et que l'on trouve dans la région de Limoges dans le Limousin.

La liste des prénoms chez Jill Bill et Les liens du rassemblement
Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB