Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

mercredi 17 octobre 2018

Aaron de Laon

Là, on remonte vers la région des Hauts-de-France entre Laon et Soissons dans l'Aisne en passant par la campagne et des lieux chargés d'Histoire.

Si Aaron travaille à Laon
Il est né à Soissons
et connait l'histoire du vase
mais préfère en bottes dans la vase
pêcher des petits poissons
depuis les rives de l'Omignon
qui traverse son canton

Aaron habite une petite maison
à la campagne près de Trefcon.
Un lieu aussi chargé d'Histoire
à cause de l'usage des pétoires.
Un jour il laissera ses lignes
les poissons lui ont fait signe
de leur laisser vivre leur vie.

La liste des prénoms chez Jill Bill et Les liens du rassemblement
Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB




dimanche 14 octobre 2018

Fadosi continue ici

Billet d'accueil

pour accéder au contenu complet des articles présentés en résumé il suffit de cliquer sur le titre de l'article ou le lien Plus d'infos » 
Profitez des instants de la vie :
le temps s'écoule à sa cadence,
trop vite ou trop lentement,
sans retour possible
Pourquoi Fadosi ?

samedi 13 octobre 2018

Merci les CROQUEURS DE MOTS !

Le site des CROQUEURS DE MOTS

Pour tous ces beaux mots autour de la vue et de la lumière !

Capture d'écran Les monocles du cinéma

Ne vous étonnez pas de ne pas me voir commenter vos blogs. Je vais devoir ménager ma vue le temps de la retrouver toute neuve ...
Et pas de panique, vos commentaires vont rester en attente puisqu'ils sont modérés. Je les validerai dès que possible.

Et vous gardez bon pied bon œil et profitez des petits bonheurs des jours quand c'est possible !

Le marcheur en girouette

Deux mots et une photo de girouette pour le thème d'octobre du Nid des mots

Le marcheur


Il s'arc-boute sur ses guibolles
cahin-caha elles flageolent
A progresser contre le vent
Il cherche l'abri d'un auvent.
Les vents de l'Histoire sont contraires
La vie sur terre est temporaire
quelle tempête l'emportera
quel avenir dévoilera ?
Il voit le bout de son nez
sa tête dessous son bonnet
et bientôt dans sa maison close
oubliera les gens et les choses.


Illustration sonore : Noir Désir, le vent nous portera

C'est pour ce qui me concerne définitivement la meilleure chanson de ce groupe éclaté et l'une des meilleures chansons de ces années-là
Au regard du geste terrible du chanteur, les paroles en résonnent encore plus et sans doute encore différemment à mon entendement.

vendredi 12 octobre 2018

Chant à la lumière

Pour la page 121 de l'Herbier de poésie
et pour continuer ma petite série à la lumière (voir billets précédents)

Elles ont la couleur d'un miel d'or
Il fait encore bien chaud dehors

Un vol d'oiseau
s'aide du vent.

Quelques fleurs saluent la lumière
et dans le vent chante un oiseau

Vol d'un oiseau
chanson du vent

Elles s'étirent vers le soleil
Il les défie haut tout là-haut.

Chante l'oiseau
danse le vent

Les tiges se poussent du col
le ciel prend des teintes rosées

Chant de l'oiseau
danse du vent

Elles s'inclinent vers le sol
Bientôt commence la soirée.

parole d'oiseau
langue du vent

Dans la fraîcheur retrouvée
un bourdon goulu attardé

froissement d'ailes
chant du bourdon

bientôt se fige pour la nuit
on le croirait transi d'ennui.

Se tait l'oiseau
vienne la nuit.

©Jeanne Fadosi, mardi 9 octobre 2018
à découvrir mardi soir et vendredi soir
avec les autres brins sur les pages 121 de l'Herbier


photo de Marine
Nb, je n'ai pas nommé ces fleurs dans la chanson, leur vue me caresse les yeux d'autant que ce sont des fleurs d'arrière saison, tout comme les asters  (elles sont d'ailleurs de la même famille des astéracées) mais leur nom un peu rugueux me rape les oreilles :
il s'agit de rudbeckias Clic et Clic

jeudi 11 octobre 2018

Des ténèbres à la lumière, de Charles Aznavour

Quand j'ai dans l'urgence samedi dernier rédigé la feuille de route du défi n°209 des CROQUEURS DE MOTS autour de la lumière et de l'obscurité, en lien avec la cécité, j'étais loin de me douter que le lendemain dimanche je chanterais avec d'autres quelques paroles de chansons de Charles Aznavour, encore moins qu'il décéderait le lundi.
Quand lundi j'ai programmé mes poèmes choisi du jeudi j'ignorais tout de sa chanson où il parle au nom d'un aveugle. vendredi dernier j'ai complété mon choix de poème, L'aveugle, de Théophile Gautier par la chanson d'Aznavour en bas du billet et je vous en ai promis les paroles, en sus du poème déjà programmé, A la lumière d'Anatole France.

DES TÉNÈBRES À  LA LUMIÈRE

Je te connais du bout des doigts 
Du son chaleureux de ta voix 
Qui me décris ce que tu vois 
Qui reste pour moi un mystère 
Quand tu cherches à m'ouvrir les yeux 
Sur tout ce qu'est l'oeuvre d'un dieu 
Qui vit dit on au fond des cieux 
D'où jaillit un jour la lumière 

On dit de toi que tu es belle 
Mes mains le savent et je les crois 
J'aime l'odeur de tes aisselles 
La soie de ta peau, de tes bras 
Je te respire et je m'enivre 
Tu es ma vie mon monde à part 
Ma destinée est de te suivre 
Par les chemins de mes hasards 

Toi ma lumière oh mon savoir 
Toi ma manière d’entrevoir 
Ce dont la vie m'avait privé 
Dans la nuit où je suis noyé 
Toi mon soleil et mes saisons 
Toi mes couleurs, mon horizon 
Toi qui tendrement m'a ouvert 
La voie pour sortir de l'enfer 
De mes ténèbres à la lumière 

Je te connais de corps à corps 
De moments fous, de moments forts 
De souffle chaud et plus encore 
De complicité, de murmures 
Lorsque tu me guides en chemin 
Avec tes mots avec tes mains 
Comme un enfant que le matin 
Le rire maternel rassure 

Tu es l'archange qui me guide 
Et qui m'a redonné la foi 
Et tendrement comblé mes vides 
Et forgé la confiance en moi 
Tu me racontes et je devine 
Mes nuits sont faites de mes jours 
Et je construis et j'imagine 
Tout ce qui meuble notre amour 

Toi ma lumière oh mon savoir 
Toi ma manière d’entrevoir 
Ce dont la vie m'avait privé 
Dans la nuit où je suis noyé 
Toi mon soleil et mes saisons 
Toi mes couleurs, mon horizon 
Toi qui tendrement m'a ouvert 
La voie pour sortir de l'enfer 
De mes ténèbres à la lumière
Charles Aznavour, et j'aimerais en connaître la date et l'album

A la lumière, de Anatole France

A la barre du défi n°209 des CROQUEURS DE MOTS, j'écris dans le sujet que je vous propose :
Pour les jeudis poésie des 4 et 11 octobre, laissez-moi réfléchir ? champ libre à celles et ceux qui n'aiment pas trop les contraintes et si vous souhaitez un ou des fils conducteurs, restons dans le domaine de la vision avec, la vue et la cécité, la lumière et l'obscurité.
A la lumière


Dans l'essaim nébuleux des constellations,
Ô toi qui naquis la première,
Ô nourrice des fleurs et des fruits, ô Lumière,
Blanche mère des visions,

Tu nous viens du soleil à travers les doux voiles 
Des vapeurs flottantes dans l'air :
La vie alors s'anime et, sous ton frisson clair,
Sourit, ô fille des étoiles !

Salut ! car avant toi les choses n'étaient pas.
Salut ! douce ; salut ! puissante.
Salut ! de mes regards conductrice innocente
Et conseillère de mes pas.

Par toi sont les couleurs et les formes divines,
Par toi, tout ce que nous aimons.
Tu fais briller la neige à la cime des monts,
Tu charmes le bord des ravines.

Tu fais sous le ciel bleu fleurir les colibris
Dans les parfums et la rosée ;
Et la grâce décente avec toi s'est posée
Sur les choses que tu chéris.

Le matin est joyeux de tes bonnes caresses ;
Tu donnes aux nuits la douceur,
Aux bois l'ombre mouvante et la molle épaisseur
Que cherchent les jeunes tendresses.

Par toi la mer profonde a de vivantes fleurs
Et de blonds nageurs que tu dores.
Au ciel humide encore et pur, tes météores
Prêtent l'éclat des sept couleurs.

Lumière, c'est par toi que les femmes sont belles
Sous ton vêtement glorieux ;
Et tes chères clartés, en passant par leurs yeux,
Versent des délices nouvelles.

Leurs oreilles te font un trône oriental
Où tu brilles dans une gemme,
Et partout où tu luis, tu restes, toi que j'aime,
Vierge comme en ton jour natal.

Sois ma force, ô Lumière ! et puissent mes pensées,
Belles et simples comme toi,
Dans la grâce et la paix, dérouler sous ta foi
Leurs formes toujours cadencées !

Donne à mes yeux heureux de voir longtemps encor,
En une volupté sereine,
La Beauté se dressant marcher comme une reine
Sous ta chaste couronne d'or.

Et, lorsque dans son sein la Nature des choses
Formera mes destins futurs,
Reviens baigner, reviens nourrir de tes flots purs
Mes nouvelles métamorphoses.


Anatole France, recueil Les Poèmes Dorés, 1873

Anatole France, 1844 - 1924, écrivain français et critique littéraire sous la troisième république.

pied d'arc-en-ciel sur la plaine d'Evreux, 23 septembre 2018

mercredi 10 octobre 2018

Mercedes essaie la tendresse

Mon tour de France des prénoms passe cette semaine par Plaisir, dans le département des Yvelines dans la région Île-de-France

Mercedes n'est pas une princesse
non plus qu'elle n'est pauvresse
Ses parents ont fui une dictature
dans un temps où l'aventure
certes au départ était risquée
mais l'avenir n'était pas bloqué.
Son père était métallo à Poissy
sa mère près de Mantes-la-Jolie
faisait des ménages à Flins
de grand matin
L'une pour Renault
l'autre pour Talbot
et quand venaient les dimanches,
pas besoin qu'on les endimanche.

Ce serait beaucoup dire
que Mercedes va travailler par plaisir.
A Plaisir, elle est contremaîtresse
dans une maison de grande vieillesse
Elle va en longeant la Seine au boulot
le plus souvent à vélo.
Ce n'est pas une sinécure
que de panser les blessures
quand ils quémandent la tendresse
et que toujours on la presse.
Mercedes tout en s'activant
rêve d'un monde plus prévenant
et pour garder ses illusions
est poétesse d'occasion.

Spécialités culinaires de l'ïle de France



costume traditionnel catalan

La liste des prénoms chez Jill Bill et Les liens du rassemblement
Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB

lundi 8 octobre 2018

Défi n°209 : J'ai rien vu !

Un petit texte en prose incluant quelques expressions incluant le mot oeil ou le mot yeux, ça vous va ? C'est juste le défi que je vous propose pour lundi 8 octobre
Voici la suggestion que j'ai faite aux CROQUEURS DE MOTS pour le défi n° 209 et ici aussi

et voici ma participation :

Dans la cour de récré, les garçons parlent à voix basse. Le pion les a à l’œil. Que complotent-ils encore du côté des cabinets.
- Toto, arrête de faire des yeux de merlan frit ? est-ce que ça vaut le coup ou non ?
- tu t'es rincé l’œil ou pas ?
- ben ...
- Alors ! accouche ! racontes-nous !
Toto s'agace, il n'a pas envie de dire à Jojo que la petite Marie, la prunelle de ses yeux à Toto, mais celle qui n'a d'yeux que pour Jojo, sous son tablier, sous sa jupe simple mais bien entretenue, a des jupons de laine tout mités.
C'est que le bon drap coûte les yeux de la tête et que le temps du matin au soir au service du châtelain, sa mère et elle n'en ont pas de toutes façons pour coudre des vêtements. Tout juste ont-elle la pudeur de les raccommoder à la lueur de la lampe à pétrole en s'usant la vue avant l'heure.
Marie l'a aperçu au dessus du muret qui sépare la rangée des WC de filles de celle des garçons. Elle l'a supplié du regard de n'en rien dire aux autres.
Les yeux dans les yeux et sans un mot, il lui a juré qu'elle pouvait compter sur son silence les yeux fermés. Certes, la nuit il ne pourrait plus dormir que d'un œil en tirant des plans sur la comète pour lui offrir ce précieux jupon.
Jojo peut se mettre le doigt dans l’œil s'il attend des descriptions croustillantes.
- Ben rien, j'ai rien vu, juste son beau jupon de soie et de dentelle qui cachait tout sauf les chevilles pour ne pas le salir.

Les cabinets des écoles

samedi 6 octobre 2018

Pour en finir avec le petit glossaire de l'été Y comme yole, Z comme zéro

Y comme yole et youyou ou comme yacht
comme yaourt à déguster et comme yourte pour dormir au sec
comme youyou pour chanter
ou comme yoyoter quand la mémoire et le sens s'effacent peu à peu.

Z comme zéro concept si difficile à concevoir et comme zèbre, animal énigme de la nature, comme zappette et zapper, inventions de la modernité
Z comme zen, zénith,
comme zone produit de la classification et de la division et produit de la zizanie
On ne divise pas pourtant par zéro
Z comme zigzags, lignes de vie ballottées zigzagant entre les obstacles et les butées de la nature et des humains inventifs.
Z comme zut,
Z comme zygote, œuf  ou ovule à l'origine de la vie animale
Z comme zeste et le délicieux parfum des écorces d'orange.

vendredi 5 octobre 2018

Petit glossaire d'arrière saison W comme wagon, X comme xylo (bois)

W comme wagons des trains, grand saut dans le "progrès" du XIX siècle
W comme watt et la grande aventure de l'électricité du XXe siècle
W comme web et wifi qui affranchissent des fils et des distances et relient le monde entier en quelques secondes voire micro-secondes.

X comme xérès, à consommer avec modération
X comme xénophile et xénophilie, des mots bien peu usités
X comme xénophobe et xénophobie, des mots qui auraient dû, grâce aux bouleversements des "communications" disparaître sans bruit des dictionnaires.
X comme xylophage, insecte nettoyeur ou insecte prédateur
X comme xylophone, instrument de musique depuis la nuit des temps.


xylophones et autres instruments traditionnels en bois
Le bois qui vient des forêts que les hommes partout sur la planète fragilisent.



jeudi 4 octobre 2018

L'aveugle, de Théophile Gautier

A la barre du défi n°209 (ou Clic) des CROQUEURS DE MOTS, je vous invite, pour les jeudis poésie
si vous souhaitez un ou des fils conducteurs, restons dans le domaine de la vision avec, la vue et la cécité, la lumière et l'obscurité.

J'éviterai "L'oeil était dans la tombe et regardait Caïn" et sa terrible morale sous la plume de Victor Hugo ou Les célèbres Yeux d'Elsa sans lesquels le poète Eluard serait resté muet peut-être ...

Dernière minute
ce vendredi 5 octobre la France d'en haut rend un hommage national à Charles Aznavour qui est mort à presque 94 ans lundi dernier.
Beaucoup connaissent la chanson où il se mettait dans la tête d'un homosexuel. Beaucoup moins se souviennent qu'il a aussi écrit et chanté à la première personne de l'aveugle.
J'en mets la chanson en lien en fin de billet. J'en programme les paroles pour jeudi prochain en plus du poème que j'ai déjà choisi avant de découvrir lors de la rediffusion d'un entretien cette chanson où son entourage s'étonnait "mais tu ne vas pas chanter ça ?" et pourquoi pas, les odeurs remplacent la vue comme le toucher

"On dit de toi que tu es belle
Mes mains le savent et je les crois
J'aime l'odeur de tes aisselles
La soie de ta peau, de tes bras "
Charles Aznavour, Des ténèbres à la lumière, extrait


L'aveugle

Un aveugle au coin d'une borne,
Hagard comme au jour un hibou,
Sur son flageolet, d'un air morne,
Tâtonne en se trompant de trou,

Et joue un ancien vaudeville
Qu'il fausse imperturbablement ;
Son chien le conduit par la ville,
Spectre diurne à l’œil dormant.

Les jours sur lui passent sans luire ;
Sombre, il entend le monde obscur,
Et la vie invisible bruire
Comme un torrent derrière un mur !

Dieu sait quelles chimères noires
Hantent cet opaque cerveau !
Et quels illisibles grimoires
L'idée écrit en ce caveau !

Ainsi dans les puits de Venise,
Un prisonnier à demi fou,
Pendant sa nuit qui s'éternise,
Grave des mots avec un clou.

Mais peut-être aux heures funèbres,
Quand la mort souffle le flambeau,
L'âme habituée aux ténèbres
Y verra clair dans le tombeau !


Théophile Gautier, Recueil Emaux et Camées, 1852.

Théophile Gautier (1811-1872), poète, romancier et critique d'art français
Manet, Le joueur de fifre, 1866,
 musée d'Orsay

mercredi 3 octobre 2018

Eusebio près du Loir

Mon petit tour de France se déplace d'un département pour aller musarder en Eure-et-Loir le long du Loir. Oui le Loir vous fait plutôt songer à L'Anjou car il se marie avec la Mayenne pour former le Maine. C'est oublier que c'est une rivière de près de 320 kilomètres qui prend sa source au pied du Perche et s'écoule vers le sud alors que l'Yerres, source voisine, s'écoule vers le bassin parisien.

mardi 2 octobre 2018

Petit glossaire d'arrière saison, U comme univers, V comme vent

U comme unité, unique, un
U comme univers supposé englobé le tout
U comme us, les coutumes qui font les singularités et les diversités
U comme uniformité qui menace notre planète autant que les turbulences du climat

lundi 1 octobre 2018

Oyez CROQUEURS ET CROQUEUSES : Défi n°209 en vue !

Voici comme promis à dômi et aux CROQUEURS DE MOTS la feuille de route pour cette nouvelle quinzaine de croisière sur la mer des mots :
Un petit texte en prose incluant quelques expressions (3 ou 4) incluant* avec le mot œil ou le mot yeux, ça vous va ? C'est juste le défi que je vous propose pour lundi 8 octobre 
Pour les jeudis poésie des 4 et 11 octobre, laissez-moi réfléchir ? champ libre à celles et ceux qui n'aiment pas trop les contraintes et si vous souhaitez un ou des fils conducteurs, restons dans le domaine de la vision avec, la vue et la cécité, la lumière et l'obscurité.

* la rature, c'est juste pour éviter la répétition du mot incluant, sinon ça veut dire la même chose.

samedi 29 septembre 2018

Oyez les CROQUEURS DE MOTS ! Avis de départ imminent pour le défi 209 !


Oyez oyez sur le blog des CROQUEURS DE MOTS, notre amirâle dômi a écrit ceci jeudi (soir ? en tous cas j'avais déjà éteint l'ordi et ne l'ai pas rallumé avant ce samedi après-midi.)
Maintenant il va falloir penser à la quinzaine suivante … Jeanne Fadosi, te sens-tu prête ?

Petit glossaire de fin d'été, Q comme quitter, R comme rester

Q comme  ?... à priori, en Français, on pourrait penser que les mots manquent à commencer par cette lettre mais non, il y a quiétude, quittance, quatre, quadrature (du cercle évidemment), qui ? quoi ? quand ? quantité, quantifier etc comme tant de quelque chose ou quelqu'un ...

Q comme quai, celui d'où l'on part ou celui où l'on reste en quittant celui ou celle ou ceux et celles qui partent.

jeudi 27 septembre 2018

A la santé, de Guillaume Apollinaire, extrait

Enfermement pour le 2nd jeudi poésies du défi n°208 suggéré par Jill Bill pour les CROQUEURS DE MOTS.

Pour les pressés et les courageux qui s'efforcent de visiter les blogs de tous les participants, ce que je suis incapable de faire (d'autant qu'il me faut ménager mes yeux), voici les deux dernières strophes du poème de Guillaume Apollinaire qui a tout le temps de penser et de faire écho aux vers de Verlaine.

A la Santé, de Guillaume Apollinaire, version longue

Pour le jeudi poésie 27 septembre : «l'enfermement » ou laissé au choix
C'est la suggestion de Jill Bill à la barre du défi n°208 des CROQUEURS DE MOTS

Bien sûr j'ai songé aux célèbres vers de Paul Verlaine
Le ciel est par dessus les toits
si bleu si calme ...

ou au magnifique poème de Baudelaire Sur Le Tasse en prison

mais aussi à la mésaventure de Guillaume Apollinaire qui lui a valu d'avoir été accusé de vol au musée du Louvre et une incarcération de quelques semaines qui lui ont inspiré les plus belles pages de son recueil Alcools.

mercredi 26 septembre 2018

Jeanneton va à l'Iton

Déjà le troisième prénom de la saison de cour de récré de JB et nous allons aller nous promener au bord de l'Iton. C'est une petite rivière, affluent de l'Eure qu'il rejoint à Evreux dans le département de l'Eure, nouvelle région de Normandie et prend sa source près du village de Prépotin dans le département de l'Orne, également en Normandie (région administrative et territoire historique) où il commence par alimenter les étangs construits par les moines de l'Abbaye de la Trappe près de Soligny-la-Trappe.

lundi 24 septembre 2018

Défi n°208 : J'avoue tout !

Jill Bill, du haut de la hune du rafiot des CROQUEURS DE MOTS nous donne cette feuille de route pour le défi n°208 :
Je vous propose de clamer votre innocence dans une affaire mal barrée pour vous... eh oui !
Défendez-vous bec et ongles moussaillons, je compte sur tous pardi.
Ceci pour le lundi 24 septembre avec trois mots en imposé :
« saint-frusquin, échafauder, alcades »

jeudi 20 septembre 2018

L'ingratitude et l'injustice des hommes envers la fortune, de Jean de La Fontaine

Jille Bill au débotté à la barre du défi n°208 des CROQUEURS DE MOTS  pour le premier jeudi poésie :
Pour le jeudi poésie 20 septembre : « L'injustice » ou laissé au choix

L'ingratitude et l'injustice des hommes envers la fortune

mercredi 19 septembre 2018

Jibril, guide sur l'Ill

Mes pas cette semaine, pour rimer avec le prénom du jour Jibril, me conduira à Strasbourg, dans le Bas-Rhin, chef lieu de la nouvelle région du Grand Est et ville principale de la province historique d'Alsace.

lundi 17 septembre 2018

jeudi 13 septembre 2018

Les vacances au bord de la mer, de Michel Jonasz

Vacances pour le second jeudi poésies du défi n°207 des CROQUEURS DE MOTS;

Vacances nostalgie avec Michel Jonasz que je salue comme un grand chanteur et musicien de jazz et aussi un monsieur au grand coeur.

mercredi 12 septembre 2018

Irène de Lorraine

Edition mise à jour

Oups il est fort tard pour écrire et programmer mon prénom du mercredi. Irène rime avec Lorraine, tant mieux nous n'avons pas encore visité la Meurthe et Moselle, chef lieu Nancy, dans la nouvelle région du grand est.

lundi 10 septembre 2018

Défi n°207 Oyez rameurs de mots, on recrute des matelots !

C'est la rentrée de CROQUEURS DE MOTS et Dômi, en attendant d'établir le planning des quarts de quinzaine, nous a proposé la première feuille de route pour le défi n°207 :
Comme je vous l’ai annoncé, pour cette première
c’est moi qui m’y colle et voilà ce que je vous propose …
En ce début de saison, j’aimerai qu’ensemble nous donnions
à de nouveaux moussaillons , l’envie de nous rejoindre
dans cette formidable aventure des Môts.

samedi 8 septembre 2018

Les quatre saisons

Cette fois je n'oublie pas le rendez-vous de rentrée du Nid des mots, animé par ABC. La consigne en est simple :
commencer votre texte par "Les quatre saisons" et le terminer par "jusqu'au bout des branches."

"Les quatre saisons", c'est la petite marchande avec sa charrette à ridelles en guise d'étal. Un tableau, une opérette.
Le souvenir d'un film étrange et captivant que ma fille m'avait fait découvrir : printemps, été, automne, hiver et printemps.(*)

vendredi 7 septembre 2018

Harmonie en blancs

Pour la page 117 de l'Herbier de poésie

Comment poser des mots sur une image travaillée jusqu'à l'épure pour atteindre à l'universel ?
A l'opposé de la légende des yeux noirs (1), je ne vois en ce visage nulle passion, nulle colère. Une invitation à vivre.
Et à se passer d'adjectifs.

jeudi 6 septembre 2018

Ecrit après la visite d'un bagne, de Victor Hugo

Dans le décompte des défis des CROQUEURS DE MOTS je ne sais plus trop où nous en sommes. Dômi prend la barre pour la rentrée et nous propose en défi du lundi de bâteler pour recruter de nouveaux moussaillons pour naviguer joyeusement sur la mer des mots et pour les jeudis poésie de fêter la rentrée et les vacances.

J'aurais bien repris une nième fois Automne de René Guy Cadou ou encore Le cancre, de Jacques Prévert et je sais aussi que le poème de Victor Hugo n'est pas des plus joyeux.

mercredi 5 septembre 2018

Othello n'aime pas l'eau

C'est reparti pour les prénoms du mercredi et pour ne pas perdre mes habitudes je continue mon petit tour de France. Facile avec le nom du héros maure d'une pièce de William Shakespeare dont il y aurait bien plus à dire que de focaliser sur les drames de la jalousie.

mardi 4 septembre 2018

Petit glossaire de l'été : O comme ordre, P comme plantes

O comme Ô ou Oh !!!
p comme planète, poumon, ....
p comme population, peuples, peupler ...
p comme papillon ou comme pierre
p comme penser ou comme plaidoyer

Les prénoms de la saison 10 (liste prévue jusque fin novembre)

La ronde des prénoms c'est reparti !
Pour la 10ème saison, la guinguette des prénoms du mercredi, créée par Bigornette, continue joyeusement sous le préau de Jill Bill, vous savez, dans  La Cour de récré de JB.

Comme les deux saisons passées, je continue mon petit tour des provinces de France, de Navarre et au-delà. *Entre parenthèses le numéro du département (84) Vaucluse : descendre sous le tableau des prénoms pour voir la carte

lundi 3 septembre 2018

dimanche 26 août 2018

Petit glossaire de l'été : O comme origine, P comme paradis

O comme origine ou comme Ô rage, Ô désespoir ...
P comme paradis perdu

Allez savoir pourquoi le correcteur d'orthographe signale une erreur à O et pas à P ?
Déjà que lorsque j'ai changé d'ordi, pourtant pour un autre de même marque, j'ai eu toutes les peines du monde à trouver le chemin ad hoc pour avoir ce dit correcteur en français. J'avais beau indiquer sur chaque fenêtre que ma langue principale d'utilisation était le français, ...
Quand je parle de langues, pas l'organe du goût dont j'ai particulièrement apprécié l'utilité le jour où j'ai été atteinte d'agueusie, un effet secondaire d'une pneumonie il y a deux ans, le O m'évoque "Langues O'".

mercredi 8 août 2018

Petit glossaire de l'été : M comme marchand, N comme nomade

M comme marche, marché, marchand, marchandise ou comme monnaie, monde, moderne, mer, montagne
m comme migrations, migrants, migrateurs, mutations, métal
N comme nomade, nature, numismatique, nanti, ... néolithique

mercredi 1 août 2018

Petit glossaire de l'été : K comme kaolin et L comme laque et luxe

Sur ma liste de brouillon les premiers mots qui me sont venu à la lettre k sont kaolin, koala, képi, kif kif, kit. La kermesse est arrivée par effraction dans mon paysage estival.
La lettre L a amené loi, liesse, lien, location, lilas

J'avais oublié la lune qui a caché depuis chez moi vendredi son rendez-vous avec le soleil derrière un paravent de nuages juste dans sa direction. D'autres étoiles étaient bien visibles

mardi 24 juillet 2018

Dans les replis de mes brouillons : K comme la kermesse idéale

Ce devait être pour la page 103 de l'Herbier de poésie. Mon ordi présentait des signes de fatigue et je faisais des sauvegardes fréquentes et pourtant ! il m'a lâché sans crier gare gobant dans le trou béant de l'oubli mes derniers brouillons.
Et puis allez savoir pourquoi j'ai retrouvé un premier brouillon manuscrit sur l'envers d'un carton de tablette de chocolat. Le texte qui suit n'est donc tout à fait celui que j'avais que j'avais finalisé après sans doute quelques ratures et polissages.

lundi 23 juillet 2018

Petit glossaire de l'été : I comme indigo, J comme jaune

Deux des couleurs de l'arc-en-ciel, celles désignées par convention sur la décomposition de la lumière.
I aussi comme indigné et comme indigne, indigence ou indice, ignorance ou identité
J comme justice et sans doute bien d'autres mots qui ne surgissent pas immédiatement sous mes doigts jeunesse, jaunisse, jaillissement, juillet, jurer, juron, job d'été, "jober", jocker, jockey ...
jour, journée, journal ...

mercredi 18 juillet 2018

Petit glossaire de l'été : G comme Géant et H comme hommage

G comme guide aussi et H comme humain, humanité, comme héros et horreur de la haine,
Un long chemin intérieur que Nelson Mandela avait parcouru dans sa geôle, de sa juste colère et de sa violence à sa singulière et inspirante humanité

H comme Histoire

"Faire du monde un meilleur endroit."

samedi 14 juillet 2018

petit glossaire de l'été : D comme Dictée, E comme écriture et F comme français

D comme Devise, E comme Egalité et F comme Fraternité

 ou En mode relax après la chaleur et profitant de la douceur revenue, mon blog est lui aussi en mode relâche.
Alors, juste pour partager quelques pépites trouvées dans les actualités

mardi 10 juillet 2018

Petit glossaire de l'été : C comme courage ou comme camp ...

ou encore comme corset et capacité juridique et compte bancaire, j'y reviendrai dans un billet publié vendredi, vous comprendrez pourquoi.

Ils sont fort nombreux les mots commençant par c qui se sont bousculés dans ma tête et sur mon pense Bête

jeudi 5 juillet 2018

Petit glossaire de l'été : A comme Aujourd'hui et actualité

dernière minute 6 juillet, j'ai reçu hier soir un rappel de l'ong Avaaz titré "URGENT! France: un cratère dans l'Amazonie? et qui commence ainsi :
Chères amies, chers amis en France,
Des bulldozers sont à deux doigts de saccager la forêt guyanaise à coups d'explosifs et de répandre des milliers de tonnes de cyanure pour extraire de l'or.  
Mais le Préfet doit encore donner son autorisation et il sera très attentif aux résultats de la consultation publique lancée auprès des Français. Il reste moins de 24h pour nous faire entendre et arrêter cette folie! 
La consultation est passée inaperçue: à quelques heures de sa clôture, à peine 300 participants ont été enregistrés! Mais nous pouvons la rendre impossible à ignorer: atteignons les 100 000 signatures! Si nous sommes assez nombreux à rejoindre cet appel, Avaaz déposera une contribution au nom de 100 000 Français et s'alliera avec les résistants locaux pour faire entendre nos voix -- signons et partageons pour sauver la forêt de Guyane
En fin de billet je joins les liens de ce courrier Pour en savoir plus

lundi 2 juillet 2018

Toujours sourire ...

Voilà un bon moment que je mets mon blog entre parenthèses. Lassitude, mal aux yeux devant l'ordi. D'autres occupations  avec des gens d'os et de chair ...
Cet après-midi, je suis allée voir le dernier article de Quichottine "Je t'écris".
Une ré-édition en réponse au "Ne pas faire semblant" de Bonheur du Jour

dimanche 17 juin 2018

Rien n'efface et ne s'oublie

C’était à l'été 2014 et j'exhumais de mes brouillons des textes jamais publiés, soit inachevés ou par oubli ... ou par pudeur. Ou parce que ce n'était pas le bon moment. Le brouillon était daté du 07/06/2011 15:35. La date prévue de publication n'avait pas été choisie au hasard.
Le 7 juin 1976,  j'étais clouée au lit** dans le noir, incapable d'accompagner à l'hôpital maman et mes frères et sœurs pour un dernier adieu à notre père.

samedi 16 juin 2018

Souvenirs, souvenirs ...

Pour le Nid des mots de ABC
Prochain thème à publier chez vous le samedi 16 juin :
Écrire le texte de votre choix, comportant les mots suivants :

Clown, corps, mime,objet, masque, musique, voix, en extérieur

vendredi 15 juin 2018

La lessive

Pour la page 114 de l'Herbier de poésie

J'aime cette image colorée sentant bon la lessive du quotidien quand elle peut sécher au grand air. C'était le temps des vacances . Le point d'ancrage familial parmi d'autres escapades.

lundi 11 juin 2018

Croqueurs en vacances

Tangage ou envie de croisières exotiques ?
La Coquille des Croqueurs de mots prend cette année ses quartiers d'été dès ce mois de juin en souhaitant à notre capitaines Dômi de retrouver tous ses abattis et son équilibre sur le plancher des vaches (c'est juste une expression) et que tout le monde profitera de cette pause pour faire le plein d'une vie aussi sereine et joyeuse que possible.

vendredi 8 juin 2018

jeudi 7 juin 2018

Avis aux lecteurs, Rabelais

Asfree à la barre du défi n°206 des CROQUEURS DE MOTS nous a proposé pour les jeudis poésies d'alterner l'un jeudi sur la liberté, l'autre jeudi laissé au libre choix du croqueur.

En marge, quelques liens vers quelques uns de mes poèmes où j'évoque une idée de liberté :
Vivre ! (15 décembre 2016, au moment de la chute d'Alep) ; Ruptures (26 mai 2016, pour un peu d'humour) ; Cri (14 avril 2016, mis en ligne le 27 octobre 2017)

lundi 4 juin 2018

Défi n°206, lettre sur la route des oiseaux migrateurs

Asfree à la barre du défi n°206 des CROQUEURS DE MOTS nous présente Arlette l'héroïne d'un roman épistolaire pour introduire sa proposition :
Et vous, pouvez-vous imaginer qu’un personnage fictif rencontré à travers un roman ou un film vous écrive ? A moins que ce soit vous qui ayez quelque chose à lui dire ?

jeudi 31 mai 2018

Il y a des mots ... , Paul Eluard, Gabriel Péri, extrait

Asfree à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°206 s'inspire de son pseudo ("free" comme liberté et pas comme fournisseur d'accès) pour utiliser le mot liberté comme fil conducteur des jeudis poésies.

En premier lieu pour celles et ceux qui manquent de temps, cet extrait  que j'aprécie tant que je l'ai recopié sur un marque page.

Gabriel Péri, de Paul Eluard

Asfree à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°206 s'inspire de son pseudo ("free" comme liberté et pas comme fournisseur d'accès) pour utiliser le mot liberté comme fil conducteur des jeudis poésies.
Comme le plus souvent je préfère partager avec vous des poèmes choisis, il est tentant de vous proposer le poème sans doute le plus célèbre de Paul Eluard. Je préfère rééditer celui qu'il a consacré à Gabriel Péri, lâchement arrêté par la police française et fusillé par la gestapo allemande au Mont Valérien en décembre 1941.

Ces vers font plus que jamais écho à la fois à nos familiers et notre époque à la dérive tout en étant intemporels

lundi 28 mai 2018

Défi n°206 des Croqueurs de mots ! Après la pause, embarquement chez Asfree

Eh oui, après une pause demandée par Dômi, la feuille de route du défi n°206 des CROQUEURS DE MOTS est affiché sur le blog d'Asfree 18, fleur de flocons. Je vous laisse la découvrir sur place :
 Clic --->

dimanche 27 mai 2018

Aujourd'hui c'est la fête des mères

Réédition de mon billet de l'an dernier : il a coulé beaucoup d'eau sous les ponts. Il y a des frémissements concernant la condition féminine, pas forcément sous le focus de la maternité encore que les Irlandaises et les Irlandais ont vendredi fait un grand premier pas en faveur d'une maternité heureuse en votant à plus des 2/3 pour l'abolition de l'interdiction de l'IVG inscrite dans leur constitution.
Aujourd'hui c'est donc la fête des mères

lundi 21 mai 2018

Relais Info Coquille

Sic Dômi sur le blog de la communauté des CROQUEURS DE MOTS Clic --->  :

Ohé Matelôts!!!

En parcourant le tableau, il reste Pimprenelle et Astree18
pour prendre la barre de la Coquille.
Mais aurez-vous le courage et l’envie de vous y mettre?

samedi 19 mai 2018

Je n'ai plus de larmes

Pour Le nid des mots :
Thème du mois de mai à publier chez vous le samedi 19 mai :
trois expressions, trois petits textes en vers ou en prose :
- Le cœur sur la main, - Prendre ses jambes à son cou, - Tomber dans les pommes.

vendredi 18 mai 2018

Gestes

Pour la page 111 de l'Herbier de poésies
parution de la page111 sur l'Herbier reportée au vendredi 18 mai Clic --->
Je remonte donc ma participation parue vendredi dernier
Du méthane fuse, enflammé, symptôme d'une décomposition organique. Des archéologues, dépêchés en urgence découvrent un site funéraire de femme noble étonnamment conservé. Parmi les objets, une bannière de soie, peut-être le voyage que devra suivre son âme. L'autre étoffe évoque des postures d'une gymnastique millénaire.

jeudi 17 mai 2018

Le soir de l'aube et de la terre, de Jeanne Fadosi

Jazzy à la barre du défi n°205 des CROQUEURS DE MOTS nous emmène dans le futur de créatures étranges et Pour le deuxième jeudi poésie le  17 mai : thème l’infini ou l’environnement en chanson ou en poème  ou thème  libre.

Je vous emmène dans un florilège de chansons écologiques dans l'article précédent et voici ici la réédition d'un poème que j'avais écrit avant de bloguer et qui fut l'un des premiers que j'ai partagé sur mon premier blog. Vous pouvez le retrouver ainsi que le contexte sur laremisedefadosi Clic --->

Respire, de Mickey 3D

Jazzy à la barre du défi n°205 des CROQUEURS DE MOTS nous emmène dans le futur de créatures étranges et Pour le deuxième jeudi poésie le  17 mai : thème l’infini ou l’environnement en chanson ou en poème  ou thème  libre.