Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 20 septembre 2018

L'ingratitude et l'injustice des hommes envers la fortune, de Jean de La Fontaine

Jille Bill au débotté à la barre du défi n°208 des CROQUEURS DE MOTS  pour le premier jeudi poésie :
Pour le jeudi poésie 20 septembre : « L'injustice » ou laissé au choix

L'ingratitude et l'injustice des hommes envers la fortune
Un trafiquant sur mer, par bonheur, s'enrichit.
Il triompha des vents pendant plus d'un voyage :
Gouffre, banc, ni rocher, n'exigea de péage
D'aucun de ses ballots ; le Sort l'en affranchit.
Sur tous ses compagnons Atropos et Neptune
Recueillirent leur droit, tandis que la Fortune
Prenait soin d'amener son marchand à bon port.
Facteurs, associés, chacun lui fut fidèle.
Il vendit son tabac, son sucre, sa canelle,
Ce qu'il voulut, sa porcelaine encore :
Le luxe et la folie enflèrent son trésor ;
Bref, il plut dans son escarcelle.
On ne parlait chez lui que par doubles ducats ;
Et mon homme d'avoir chiens, chevaux et carrosses :
Ses jours de jeûne étaient des noces.
Un sien ami, voyant ces somptueux repas,
Lui dit : « Et d'où vient donc un si bon ordinaire ?
– Et d'où me viendrait-il que de mon savoir-faire ?
Je n'en dois rien qu'à moi, qu'à mes soins, qu'au talent
De risquer à propos, et bien placer l'argent. »
Le profit lui semblant une fort douce chose,
Il risqua de nouveau le gain qu'il avait fait ;
Mais rien, pour cette fois, ne lui vint à souhait.
Son imprudence en fut la cause :
Un vaisseau mal frété périt au premier vent ;
Un autre, mal pourvu des armes nécessaires,
Fut enlevé par les corsaires ;
Un troisième au port arrivant,
Rien n'eut cours ni débit : le luxe et la folie
N'étaient plus tels qu'auparavant.
Enfin ses facteurs le trompant,
Et lui-même ayant fait grand fracas, chère lie,
Mis beaucoup en plaisirs, en bâtiments beaucoup,
Il devint pauvre tout d'un coup.
Son ami, le voyant en mauvais équipage,
Lui dit : « D'où vient cela ? – De la fortune, hélas !
– Consolez-vous, dit l'autre ; et s'il ne lui plaît pas
Que vous soyez heureux, tout au moins soyez sage. »
Je ne sais s'il crut ce conseil ;
Mais je sais que chacun impute, en cas pareil,
Son bonheur à son industrie ;
Et, si de quelque échec notre faute est suivie,
Nous disons injures au Sort.
Chose n'est ici plus commune.
Le bien, nous le faisons ; le mal, c'est la Fortune :
On a toujours raison, le Destin toujours tort.
Jean de La Fontaine, Recueil : Les fables du livre VII (1678)

Jean de La Fontaine (1621-1695), poète français de grande renommée notamment pour ses fables




15 commentaires:

  1. Bonjour Jeanne, ah comme on dit tenter le diable et rejouer !!! Sagesse est bon conseil et qui ménage sa monture etc... Merci, bon jeudi, bises de JB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la fortune ne repasse pas les plats en effet surtout quand on ne reconnait pas ses mérites ... bises

      Supprimer
  2. Bon choix. C'est vrai qu'on impute souvent nos malheurs à l'injustice du sort au lieu de faire son auto-critique et nos bonheurs à ce que l'on a fait. Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je l'ai expérimenté des centaines de fois en tant que prof. Les bonnes notes, c'était l'élève qui était bon, les mauvaises notes, c'était le prof qui était mauvais ... belle semaine

      Supprimer
  3. Elle est belle cette fable de Jean de La Fontaine et tellement vraie. Merci Jeanne pour ce rappel.
    Bises et bon jeudi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui continue à faire le succès de La Fontaine c'est qu'il est toujours d'actualité. Il avait déjà pompé sur Esope quelque vingtaine de siècles plus tôt bises et belle semaine

      Supprimer
  4. ce n'est pas la première fois que nous publions le même poeme :-)
    bonne soirée
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah oui je confirme ! nous avons les mêmes sources, les mêmes souvenirs et dans certains cas les mêmes goûts bises

      Supprimer
  5. Bien choisie cette fable de la Fontaine il est certaines injustices dont nous sommes complètement responsables .
    Bonne soirée
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais c'est difficile de le reconnaître ! bises

      Supprimer
  6. Un très bon choix, Jeanne, que cette fable !!! Elle était mon premier choix et, j'ai fait un autre choix ensuite !
    Bonne soirée,
    Bises♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. alors nous aurions été trois. Il faut dire que, satisfaite, je n'ai pas approfondi ma recherche. bises

      Supprimer
  7. Bonsoir Jeanne. Je ne la connaissais pas, cette fable qui met directement en scène les humains (comme le roi n'est pas concerné, il peut y aller !). Très juste (!) ces constatations sur les interprétations de la justice et de l'injustice. Merci beaucoup, bises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison mais ce n'est pas la seule comme le financier et le savetier. Mais je ne connaissais pas celle-ci ou ne m'en souvenais plus car en principe j'ai lu toutes les fables. Moins les autres écrits de La Fontaine qui valent aussi le détour notamment ses pamphlets directement politiques. bises

      Supprimer
  8. Il est sans doute plus facile d'imputer ses erreurs à d'autres... mais ça n'aide pas vraiment à progresser.
    Merci pour cette fable, Jeanne.
    Bises et douce soirée.

    RépondreSupprimer