Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 9 novembre 2018

Le destin de la forêt amazonienne


1963
Je me souviens de l'un de mes premiers livres documentaires que j'ai lus en entier avec l’intérêt mêlé de la part d'aventure et d'exotisme qui me fascinaient tout en me glaçant d'effroi, tel les rites supportés pour passer de l'enfance à l'âge adulte.


l'Amazonie, terre à l'époque encore relativement vierge de l'incursion de nos civilisations dites "avancées"
l'Amazonie, terre déjà si convoitée pour ses richesses réelles et supposées.

La plus grande richesse de l'Amazonie, c'est son rôle le plus précieux pour l'ensemble des humains de la planète Terre, cela fait de longues années que ses défenseurs tirent la sonnette d'alarme.

Les Etats, contraints et forcés par l'évidence, s'en sont émus et ont même établis des lois ...
Rien n'y fait ... Aujourd'hui plus que jamais Le destin de la forêt amazonienne ne tient qu'à un fil.

Après plusieurs années de déclin, la déforestation a repris de plus belle, et les taux ont atteint au Brésil un pic de 190% en août et septembre d'une année par rapport à l'année précédente*. Les lois actuelles ne parviennent pas à arrêter les bûcherons, mineurs et éleveurs. Le meilleur moyen de régénérer la forêt est de créer des réserves plus vastes encore, et ce corridor écologique serait une formidable avancée pour préserver les fragiles écosystèmes de l’Amazonie.

Et aujourd'hui, un apprenti sorcier peu sensible aux turbulences du climat et à la protection de la bio-diversité est devenu président d'un des neuf pays sur lesquels s'étend la forêt amazonienne.

vidéo mise en ligne par le Monde

Et si vous disposez de plus de temps (~43 minutes) : La jungle amazonienne, enfer ou paradis

* J'avais archivé ce texte en brouillon et je ne sais plus de quelle année il s'agit, 2016, 2017 ?

3 commentaires:

  1. Un moment de répit, de bonne volonté, puis….. ! Qu'en dire Jeanne, je ne sais plus, l'homme est un "con" dangereux .... bises

    RépondreSupprimer
  2. Avec l'élection de ce nouveau président au Brésil, le poumon de la planète a à craindre.
    Bises et bon weekend Jeanne

    RépondreSupprimer
  3. Je me désespère, je suis découragée, je ne vais pas m'arracher les cheveux mais il y a tant de choses qui mettent en colère. Bonne soirée ! bises.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.