Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 27 septembre 2018

A la Santé, de Guillaume Apollinaire, version longue

Pour le jeudi poésie 27 septembre : «l'enfermement » ou laissé au choix
C'est la suggestion de Jill Bill à la barre du défi n°208 des CROQUEURS DE MOTS

Bien sûr j'ai songé aux célèbres vers de Paul Verlaine
Le ciel est par dessus les toits
si bleu si calme ...

ou au magnifique poème de Baudelaire Sur Le Tasse en prison

mais aussi à la mésaventure de Guillaume Apollinaire qui lui a valu d'avoir été accusé de vol au musée du Louvre et une incarcération de quelques semaines qui lui ont inspiré les plus belles pages de son recueil Alcools.


Du 7 au 12 septembre 1911, accusé de complicité de vol dans l'affaire de statuettes dérobées au Louvre par son ami Géry Piéret, Apollinaire est incarcéré à la prison de la Santé, où il écrit les poèmes qui prendront place dans le recueil Alcools sous le titre « À la Santé ».

I

Avant d'entrer dans ma cellule
Il a fallu me mettre nu
Et quelle voix sinistre ulule
Guillaume qu'es-tu devenu


Le Lazare(9) entrant dans la tombe
Au lieu d'en sortir comme il fit
Adieu adieu chantante ronde
Ô mes années ô jeunes filles

II

Non je ne me sens plus là
Moi-même
Je suis le quinze de la
Onzième


Le soleil filtre à travers
Les vitres
Ses rayons font sur mes vers
Les pitres


Et dansent sur le papier
J'écoute
Quelqu'un qui frappe du pied
La voûte

III

Dans une fosse comme un ours
Chaque matin je me promène
Tournons tournons tournons toujours
Le ciel est bleu comme une chaîne
Dans une fosse comme un ours
Chaque matin je me promène


Dans la cellule d'à côté
On y fait couler la fontaine
Avec les clefs qu'il fait tinter
Que le geôlier aille et revienne
Dans la cellule d'à côté
On y fait couler la fontaine

IV

Que je m'ennuie entre ces murs tout nus
Et peints de couleurs pâles
Une mouche sur le papier à pas menus
Parcourt mes lignes inégales


Que deviendrai-je ô Dieu qui connais ma douleur
Toi qui me l'as donnée
Prends en pitié mes yeux sans larmes ma pâleur
Le bruit de ma chaise enchaînée


Et tous ces pauvres cœurs battant dans la prison
L'Amour qui m'accompagne
Prends en pitié surtout ma débile(10) raison
Et ce désespoir qui la gagne

V

Que lentement passent les heures
Comme passe un enterrement


Tu pleureras l'heure où tu pleures
Qui passera trop vitement
Comme passent toutes les heures

VI

J'écoute les bruits de la ville
Et prisonnier sans horizon
Je ne vois rien qu'un ciel hostile
Et les murs nus de ma prison


Le jour s'en va voici que brûle
Une lampe dans la prison
Nous sommes seuls dans ma cellule
Belle clarté Chère raison


Septembre 1911 
Guillaume Apollinaire, Alcools, « À la Santé », 1913.

ex-prison du Mans

ex-prison du Mans, détail

Guillaume Apollinaire, 1880 - 1918, poète et écrivain français, critique et théoricien d'art.

Et aussi
A l'attention de tous ceux qui pensent que l'école n'en fait jamais assez, et aux autres qui l'imagine toujours libératrice...
Bonne journée !

photo extraite du lien ci-dessus
Talibes of Senegal, The Atlantic, EM Epstein, 27 mars 2016





3 commentaires:

  1. J'aime beaucoup Apollinaire et suis heureuse de relire ce poème. Bisous

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai qu'ici nous avons de la chance, ce n'est pas le cas partout.
    Merci pour le poème intégral et pour le lien que tu nous donnes.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
  3. Oui ce poème je le connaissais ayant le recueil dans la bibliothèque . L'atmosphère de l'enfermement y est tres bien rendu
    Merci pour ton choix
    Bonne journée
    Bisous

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.