Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 23 mars 2018

Quand les souliers parlent ...

Pour la page 105 de  l'Herbier de poésies   sur une proposition de Adamante

Quand les souliers parlent ...

Fermer les yeux, 
les mettre à leurs pieds ...
Que sont ces femmes devenues ?

Comme il trottine dans ma tête
le claquement de leurs talons!

Dans un voisin pays*
les folles de mai
marchent silencieuses
en talons plats.
Inlassablement.

Au grand bal tragique
de l'Histoire sans queue ni tête,
la vie vaut si peu.
©Jeanne Fadosi, mercredi 21 mars 2018
à découvrir avec les autres brins sur la page 105 de L'Herbier

Doris Salcedo  Atrabiliarios, 1992-2004,
chaussures, mur, bois, fibres animales
Musée d’Art contemporain de Chicago

*Ces chaussures parlent pour les femmes tuées en Colombie. Le pays voisin est l'Argentine et les mères de la place de mai
Pour l'histoire de cette exposition et de ces chaussures, voir sur la proposition de page 105 de l'Herbier de poésies.

Suggestion sonore : Moi mes souliers, de Félix Leclerc.
ou pour une note plus légère : Le petit cordonnier, de Francis Lemarque

11 commentaires:

  1. J'ai aimé. Beau week end et à lundi.

    RépondreSupprimer
  2. C'est une très belle page. Le temps de l'Histoire n'est pas le nôtre, il en laisse beaucoup en chemin.
    Les deux chansons me plaisent beaucoup.
    Bises et douce journée Jeanne.

    RépondreSupprimer
  3. Bien vu Jeanne.
    Il y a bien lointain que j'ai abandonné mes chaussures à talon. Dans le temps j'étais une fada de chaussures. Une tenue, une paire et un sac en adéquation.
    Quand j'ai déménagé des Yvelines en Ille et Vilaine, mes chaussures suivies et ne pouvant plus les porter à cause de ma jambe gauche, j'ai tout filé à une amie qui fait comme moi un petit 37.
    Bises et bon vendredi

    RépondreSupprimer
  4. Un virage à prendre, définitif : Abattement, ou énergie du désespoir ?

    RépondreSupprimer
  5. La vie a toujours la même valeur, mais quand donc l'homme le reconnaîtra ???

    RépondreSupprimer
  6. quelques mots Jeanne lourds de reconnaissance.

    RépondreSupprimer
  7. Une excellente participation, Jeanne et deux bons choix que ces chansons ! Bravo et bonne soirée ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  8. C'est très émouvant, Jeanne ! Merci bcp pour ce billet...
    Bisous

    RépondreSupprimer
  9. C'est une très belle page Jeanne, merci également pour cette chanson magnifique !
    Bises du jour (de pluie)

    RépondreSupprimer
  10. J'aime beaucou pce que ces chaussueres t'ont inspiré. C'est très émouvant.
    Très belle chanson de Félix Leclerc. Cela m'a fait plaisir de l'écouter.
    Merci Jeanne
    Bises

    RépondreSupprimer