Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 31 mai 2018

Gabriel Péri, de Paul Eluard

Asfree à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°206 s'inspire de son pseudo ("free" comme liberté et pas comme fournisseur d'accès) pour utiliser le mot liberté comme fil conducteur des jeudis poésies.
Comme le plus souvent je préfère partager avec vous des poèmes choisis, il est tentant de vous proposer le poème sans doute le plus célèbre de Paul Eluard. Je préfère rééditer celui qu'il a consacré à Gabriel Péri, lâchement arrêté par la police française et fusillé par la gestapo allemande au Mont Valérien en décembre 1941.

Ces vers font plus que jamais écho à la fois à nos familiers et notre époque à la dérive tout en étant intemporels


« Gabriel Péri »
Un homme est mort qui n’avait pour défense
Que ses bras ouverts à la vie
Un homme est mort qui n’avait d’autre route
Que celle où l’on hait les fusils
Un homme est mort qui continue la lutte
Contre la mort contre l’oubli
Car tout ce qu’il voulait
Nous le voulions aussi
Nous le voulons aujourd’hui
Que le bonheur soit la lumière
Au fond des yeux au fond du cœur
Et la justice sur la terre
Il y a des mots qui font vivre
Et ce sont des mots innocents
Le mot chaleur le mot confiance
Amour justice et le mot liberté
Le mot enfant et le mot gentillesse
Et certains noms de fleurs et certains noms de fruits
Le mot courage et le mot découvrir
Et le mot frère et le mot camarade
Et certains noms de pays de villages
Et certains noms de femmes et d’amies
Ajoutons-y Péri
Péri est mort pour ce qui nous fait vivre
Tutoyons-le sa poitrine est trouée
Mais grâce à lui nous nous connaissons mieux
Tutoyons-nous son espoir est vivant.
Paul Éluard, Au rendez-vous allemand, 1944
Paris, Éditions de Minuit, 1945. 

Paul Eluard, poète français, 1895 - 1952
Gabriel Péri, journaliste et homme politique français, 1902 - 1941, mort fusillé comme otage par les nazis au mot Valérien le 15 décembre 1941

NB, c'est le dernier message de Gabriel Péri qui a servi de base à un autre poème, de Louis Aragon cette fois : Ballade de celui qui chanta dans les supplices

lien vers un corrigé de bac de français : bacdefrancais Gabriel Péri Eluard


3 commentaires:

  1. Il est magnifique ce poème Jeanne, vraiment, tu nous gâtes aujourd'hui.Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Merci pour ce partage, cette histoire, ces mots.
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  3. Je connaissais celui d'Aragon, celui-ci est très beau aussi.
    Merci pour ce partage, Jeanne.
    Bisous et douce soirée.

    RépondreSupprimer