Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

mercredi 18 juillet 2018

Fadosi continue ici

Billet d'accueil

pour accéder au contenu complet des articles présentés en résumé il suffit de cliquer sur le titre de l'article ou le lien Plus d'infos » 
Profitez des instants de la vie :
le temps s'écoule à sa cadence,
trop vite ou trop lentement,
sans retour possible
Pourquoi Fadosi ?

Petit glossaire de l'été : G comme Géant et H comme hommage

G comme guide aussi et H comme humain, humanité, comme héros et horreur de la haine,
Un long chemin intérieur que Nelson Mandela avait parcouru dans sa geôle, de sa juste colère et de sa violence à sa singulière et inspirante humanité

H comme Histoire

"Faire du monde un meilleur endroit."

67 minutes pour 67 ans !

Ce titre que je disais déjà énigmatique le 18 juillet 2014 n'a évidemment rein avoir avec l'âge que je vais quitter déjà dans quelques semaines.

L'UNESCO (10/11/2009) et l'ONU (résolution 64/13 du 01/12/2009) ont fait du 18 juillet la Journée Internationale Nelson Mandela

Aujourd'hui 18 juillet 2018, Nelson Mandela aurait 100 ans !
Est-ce moi ? ou je trouve que le signal de cette journée qui devrait être une fête a un écho bien peu audible ?

Il me semble pourtant plus que jamais nécessaire de
"Se tenir sur les épaules des géants et voir plus loin"

Un "géant" pour lequel je me joignais en chorus à tant d'autres avec un modeste dernier hommage sur mon blog

Un guide dont le monde sans boussole semble avoir perdu jusqu'à l'ombre

Un long chemin pour arriver à se hisser à cette pensée et à la mettre en actes dans son pays
""Le pardon sans l’oubli, la vérité sans la vengeance." Voilà, outre la constance dans le combat et le courage, la principale leçon de Mandela." (Bruno Frappât, La Croix, 13/12/2013)

au moins pour quelques temps.

En cette fin d'année pleine de ferveur et de communion dans l'espoir d'un monde meilleur pour accompagner les obsèques de ce grand homme d'Etat après tant d'années de réclusion sans perdre le courage, j'avais posé les premiers jalons d'une réflexion prudente Au delà de la leçon de Mandela.



samedi 14 juillet 2018

petit glossaire de l'été : D comme Dictée, E comme écriture et F comme français

D comme Devise, E comme Egalité et F comme Fraternité

 ou En mode relax après la chaleur et profitant de la douceur revenue, mon blog est lui aussi en mode relâche.
Alors, juste pour partager quelques pépites trouvées dans le actualités

Pour commencer, testez votre niveau de français en faisant la dictée du brevet 2018 avec le Huffington Post

Figurez-vous que je suis une nostalgique des dictées d'antan. il faut dire que je lisais beaucoup, que j' avais une excellente mémoire et ce pensum ne m'a pas laissé de souvenir traumatisant.
D'ailleurs, ayant été à l'école au temps du baby boom et des classes de 45 élèves, du tableau noir et de la craie, de l'encre violette à préparer avec de l'eau et de la poudre et à verser chacun sa semaine dans les encriers de porcelaine des pupitres de bois cirés, des plumes sergent-major et des pleins et des déliés, nous avions appris les gestes d'écrire, la relaxation et la fluidité du poignet, l'économie d'encre pour éviter les pâtés. Apprendre physiquement à écrire n'allait pas de soi. alors quel soulagement quand l'écriture devenait un quasi-automatisme.
La lecture à haute voix était un autre exercice incontournable.
Je me demande combien de temps encore l'écriture manuscrite perdurera. Les jeunes poussettes sont sans aucun doute plus habiles à jouer du clavier.
La machine à écrire de ma tante était ma fascination et elle me laissait gentiment peiner sur son clavier aux touches rétives quand nous y allions pour quelques jours de vacances. Et j'ai même manipulé les caractères de plomb de l'Imprimerie Alençonnaise sous le regard vigilant de ma sœur qui y travaillait en me racontant Baudelaire, ses fleurs du mal et Poulet-Malassis.

F comme fraternité et D comme devise de la France, vous savez, celle qui a fleuri dès un certain 14 juillet  1789 ou 1790

Le Conseil constitutionnel a consacré pour la première fois le "principe de fraternité" en reconnaissant sa valeur constitutionnelle. Ce principe "devra être respecté par le législateur" comme une des pierres angulaires du droit en France, a déclaré Laurent Fabius, le président du Conseil constitutionnel, à l'AFP. 

Quand les actualités me renvoient un fait relatif au délit de solidarité, je me souviens toujours de ce soir d'été 1977 en Roumanie où pourtant La carte mentionnait un camping --->



Mais il me semble que l'égalité formelle ne suffit pas


Et si on essayait l'équité ? 
ou mieux, si on essayait de faire disparaître 
les causes des inéquités ?

vendredi 13 juillet 2018

Jardinier de la Terre

Pour la page 116 de  l'Herbier de poésie

le jardinier pleure
son jardin essoré de vent
ses salades grêlées 

Il ne devrait pas gémir
l'avenir toujours fuyant
Après les inondations de janvier, la neige de février, la morsure du gel de mars, il plonge loin dans ses pensées, se rappelle ses cours d'histoire.
L'humble jardinier
songe à la pensée sauvage*
cueillant sans piller

ne chassant que pour nourrir
une tribu affamée
Le soleil précoce d'avril, la pluie et le froid de mai, avant les orages ont fait place à la sécheresse, à la chaleur harassante.
Une planche de carottes
s'ébroue et se rafraichit
aux gouttes d'arrosoir

les petits pois rabougris
ont séché sur les tuteurs
Le locataire des lieux renoue avec les sagesses millénaires, acteur de sa vie certes, à sa juste mesure, dans l'immensité des mondes. 
©Jeanne Fadosi, mardi matin10 juillet 2018
pour l'herbier de poésies 116
à découvrir le vendredi soir  
avec les autres brins sur la page 116 de L'Herbier

Adamante Larmes du jardinier

* allusion à une citation de Prévert
« Le vrai jardinier
se découvre devant la pensée sauvage. »
Jacques Prévert, Fatras, 1966,
 Adonides, 1972,1975

cité et commenté dans Hommage à un jardinier de la terre Clic --->

Petit glossaire de l'été : C comme capacité et compte

Vous le savez si vous êtes passés par la case C de mardi, il s'agit de la capacité juridique et du compte bancaire
J'y ajoute volontiers Chef , Consternation, Corset ... Contestation ...

Il y a seulement 53 ans

1965 :

France : loi du 13 juillet 1965 portant réforme des régimes matrimoniaux et rendant effective la capacité juridique de la femme mariée (droit d'ouvrir un compte bancaire, d'avoir une profession sans qu'il soit besoin de l'autorisation du mari) source exemple INA

Si j'ose un raccourci comme en sont friands les réseaux qui reproduisent plus ou moins fidèlement les infos, 13 juillet 1965, les femmes adultes mariées deviennent complètement des majeures capables et non plus sous la tutelle de leur mari depuis le Code Civil de 1804 (légèrement modifié en 1938)
du moins en ce qui concerne leurs activités propres car si elles devront donner leur consentement en ce qui concerne les affaires importantes du ménage, c'est toujours le mari qui a l'administration de la communauté et qui est le chef de famille

Leur autonomie va passer par le droit d'exercer une profession sans l'autorisation de leur époux et d'ouvrir un compte en banque.

Ne rêvons pas sur les idées progressistes du gouvernement de l'époque. Le baby boom s’essouffle, l'espérance de vie s'allonge et l'économie française en pleine croissance a besoin de main d'oeuvre pendant que les caisses sociales ont besoin des charges sociales sur le travail pour financer les prestations.

Il est pourtant loin déjà le temps où des femmes (pas toutes) ont inscrit dans la mode leur émancipation, en raccourcissant les jupes et les robes, en abandonnant les corsets qui faisaient des tailles de guêpe en coupant le souffle et la circulation et même depuis la mode BB les gaines.

Un lointain parent en avait fait faillite, ses nombreuses ouvrières ont dû trouver un autre emploi.
Le corset était revenu en force après 1804, tiens, alors que le siècle des lumières rêvait dans sa deuxième moitié de simplicité et de naturel. Merci aux philosophes et aux hygiénistes de l'époque et en particulier Rousseau et Buffon !

Je n'épiloguerai pas sur les mots contestation, il en faut quelquefois pour bousculer les habitudes délétères, quand elles provoquent non plus la soumission désabusée mais une saine consternation.

Toulouse-Lautrec, Conquête de passage
1896 étude préparatoire

Et si on libérait les CORPS et les CŒURS !


mardi 10 juillet 2018

Petit glossaire de l'été : C comme courage ou comme camp ...

ou encore comme corset et capacité juridique et compte bancaire, j'y reviendrai dans un billet publié vendredi, vous comprendrez pourquoi.

Ils sont fort nombreux les mots commençant par c qui se sont bousculés dans ma tête et sur mon pense Bête

Tiens en voilà un nom mis à tant de sauces, bien plus que Animal, trop proche sans doute de anima
Ces bêtes qu'on appelle sauvages
Mais que tu peux être bête ma pauvre fille, une vraie bécassine !
Il va falloir que je revienne à la lettre B

Camp, bien avant le Collège et la découverte de l'horreur des camps de concentration et de l'extermination grâce à des profs formidables, c'était pour la gamine tout juste revenue de ma première colonie de vacances, les récits enthousiasmés de mon frère, assez grand pour aller camper en camp de vacances.
Caravane encore plus, ma grande sœur racontant son camp itinérant à cheval il me semble, à peine moins magique que les caravanes à dos de chameau du désert des pages en couleurs mais pas encore glacées de l'hebdomadaire  de ma maman Femme d'Aujourd'hui. Revue que papa lisait aussi avec plaisir et sans la moindre gêne.


"Frania, 92 ans, une rescapée d'Auschwitz voyant un migrant dormir dans un parc,
se souvient de son retour des camps de la mort en 1945. Refusant de revenir en Pologne, son pays natal, elle débarque en France et connaît à Paris la solitude et l’errance dans les rues. La déportée est soudain touchée de voir un homme allongé sur l’herbe d’un jardin parisien… Extrait du magazine "13h15 le dimanche" du 1er juillet."

"Qui mieux que moi peut le comprendre ?" 



Et si on se donnait le COURAGE d'essayer de comprendre ?

samedi 7 juillet 2018

petit glossaire de l'été : B comme bystander effect

En français, "effet du témoin" ou "effet du voisinage"

Ou comme biodiversité pour d'autres liens Clic --->

Le "bystander effect" expression difficile à traduire est le fait d'assister à une scène sans réagir en raison de la présence d'autres témoins tout aussi passifs.

Dans la rubrique santé/psycho/bien-être FranceInfo vous explique le "bystander effect"

ou B comme Biodiversité

Quel rapport me direz-vous entre le bystander effect et la biodiversité ?
Vous le constatez comme tout le monde ... vous voyez moins d'abeilles, de papillons, de libellules ... vous entendez moins d'oiseaux, encore moins de chauve-souris ...
Vous savez.
Vous savez que ce n'est pas bon signe
Vous attribuez même à Einstein cette citation célèbre autant que non vérifiée :



dernier rapport de l'observatoire national de la biodiversité
plan du gouvernement contre le déclin des espèces



Quand le dernier arbre
aura été abattu
Quand la dernière rivière 
aura été empoisonnée
Quand le dernier poisson
aura été pêché
Alors on saura que l'argent
ne se mange pas
Proverbe amérindien
attribué souvent à Go Khla Ye dit Géronimo



Et si on essayait le BONHEUR ?

jeudi 5 juillet 2018

Petit glossaire de l'été : A comme Aujourd'hui et actualité

dernière minute 6 juillet, j'ai reçu hier soir un rappel de l'ong Avaaz titré "URGENT! France: un cratère dans l'Amazonie? et qui commence ainsi :
Chères amies, chers amis en France,
Des bulldozers sont à deux doigts de saccager la forêt guyanaise à coups d'explosifs et de répandre des milliers de tonnes de cyanure pour extraire de l'or.  
Mais le Préfet doit encore donner son autorisation et il sera très attentif aux résultats de la consultation publique lancée auprès des Français. Il reste moins de 24h pour nous faire entendre et arrêter cette folie! 
La consultation est passée inaperçue: à quelques heures de sa clôture, à peine 300 participants ont été enregistrés! Mais nous pouvons la rendre impossible à ignorer: atteignons les 100 000 signatures! Si nous sommes assez nombreux à rejoindre cet appel, Avaaz déposera une contribution au nom de 100 000 Français et s'alliera avec les résistants locaux pour faire entendre nos voix -- signons et partageons pour sauver la forêt de Guyane
En fin de billet je joins les liens de ce courrier Pour en savoir plus
Mais aussi A comme Avenir

ou comme Amazonie et comme Aurifère
et j'aurais absolument dû commencer par citer le mot ARBRE

Un blog en mode relâche pour cause d'été et sa blogueuse en mode relax pour faire le dos rond à la météo et à l'actualité ...
... ce n'est pas la première fois que j'utilise l'alphabet pour alimenter mes rubriques d'été ...
... et je ne suis pas seul(e) à utiliser ce fil.

Cette année, j'ai envie d'en faire un partage de mon humeur à propos de l'actualité. J'essaierai de panacher les billets d'humeur et les billets sourires (en langage moins châtié les coups de gueule et les coups de coeur)

Aujourd'hui pourtant j'ai envie de commencer par une Alerte, de celles qui sont révélatrices des Antagonismes en jeu dans l'Avenir de la planète et de notre humanité qu'elle abrite, nourrit ...
...et qui la détruit.

De quoi s'agit-il ?
D'un projet de mine d'or géante, orchestrée par des intérêts industriels-financiers français locaux, canadiens et russes
Où ?
Dans le nord-ouest de la Guyane française, dans ce qui naguère était au coeur de la forêt amazonienne et qui devient de plus en plus proche de ses lisières ...

Je n'arrive pas à comprendre comment, avec toutes les connaissances scientifiques d'analyse dont les humains disposent, un tel projet est, non seulement possible, mais soutenu et encouragé.

En Guyane un projet de mine d'or interroge l'avenir de notre économie (Slate)
Débat tendu en Guyane autour d'un projet de mine d'or (La Croix)
La Montagne d'or - wikipedia

Vue en coupe de la Montagne d'Or sur le site de wikipedia :

image wikimedia de Cayembe en licence Creative Commons

Vue aérienne de la zone de la «Montagne d'Or», où se situe un vaste projet d'exploitation d'une mine d'or actuellement débattu en Guyane, le 12 octobre 2017. | Jody AMIET / AFP

Avec espoir et détermination,

Mélanie, Aloys, Camille et toute l’équipe d’Avaaz

POUR EN SAVOIR PLUS

Mine d’or en Guyane: pépite économique ou pépin écologique? (Libération)
http://www.liberation.fr/france/2018/04/02/mine-d-or-en-guyane-pepite-economique-ou-pepin-ecologique_1640589

La France veut relancer son industrie minière, au prix notamment d'une "Montagne d'or" controversée en Guyane (France Culture)
https://www.franceculture.fr/economie/la-france-veut-relancer-son-industrie-miniere-au-prix-notamment-d-une-montagne-d-or-controversee-en-guyane

Montagne d’Or : 7 Guyanais sur 10 opposés au projet minier ! (WWF)
https://www.wwf.fr/vous-informer/actualites/montagne-dor-7-guyanais-sur-10-opposes-au-projet-minier 

L’allocution du 24 mars d’Emmanuel Macron a inscrit la biodiversité dans la parole présidentielle (Le Monde)
https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/03/31/l-allocution-du-24-mars-d-emmanuel-macron-a-inscrit-la-biodiversite-dans-la-parole-presidentielle_5279094_3232.html

EN IMAGES. 80% de la biodiversité de la Guyane reste à découvrir (Sciences et Avenir)
https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/80-de-la-biodiversite-de-la-guyane-reste-a-decouvrir_15474



lundi 2 juillet 2018

Toujours sourire ...

Voilà un bon moment que je mets mon blog entre parenthèses. Lassitude, mal aux yeux devant l'ordi. D'autres occupations  avec des gens d'os et de chair ...
Cet après-midi, je suis allée voir le dernier article de Quichottine "Je t'écris".
Une ré-édition en réponse au "Ne pas faire semblant" de Bonheur du Jour

Je relis avec agacement mon commentaire à Quichottine car ma pensée a bégayé avec le clavier au démarrage et la deuxième et troisième phrases ne sont pas correctes. Je sais que vous allez (par politesse) faire semblant d'avoir compris et que certains, en aparté, vont fustiger mon mauvais français ... Sourires ... en toute sincérité et sans faux semblant ?

 (en italique, les mots qui manquent là-bas)
Emue aux larmes comme Martine. Je ne connaissais pas encore ton refuge alors ou bien j’étais sans Internet en vacances car je n’ai pas le souvenir de cette lettre. Un jour tu as laissé un commentaire sur mon blog ou en réponse à l’un des miens tu as écrit qu’un jour peut-être tu sortirais du silence.Ta parole est précieuse, Quichottine, parce qu’en parlant pudiquement de toi et en creux d’Emmanuelle, tu parles au nom de toutes celles et ceux qui ne peuvent pas s’exprimer. Tu parles aussi pour témoigner auprès de ceux qui ne savent pas. tu n’allais dans son lieu qu’une fois par an mais vous la receviez le week-end et c’était déjà beaucoup.« Faire semblant », dans bien des circonstances, c’est une politesse du coeur, pour ne pas faire de la peine inutilement.Je ne suis pas encore allée suivre le lien de Bonheur du jour qui a initié ton articleBien amicalement
Chez Bonheur du Jour, je commente sa question du lundi ainsi :
Question intéressante et ... fort difficile. Il y a tant de raisons différentes de faire semblant qui dépassent bien celle de se faire bien voir ou d'arrondir les angles.Je propose ce petit test : répondez sincèrement et vraiment à la question banale comment allez-vous? un jour où vous vous sentez patraque au lieu de votre habituel "ça va, ça va ..." (attention à bien choisir la personne de ce test pour qu'il ne prête pas à conséquence) et testez la réaction.Ne pas faire semblant me fait penser à un film de la fin des années 90 "Menteur menteur" ou la fait d'être dans l'impossibilité de mentir entraînait catastrophe sur catastrophe.Je pense aussi à l'opérette "Le pays du sourire" qu'aimaient tant mes parents, souriants et aimant la vie malgré la mort à 10 mois d'un frère que je n'ai donc pas connu autrement que par son portrait sur le buffetEt Simone Veil, une bien belle personne à qui on a rendu un hommage bien mérité, avec un caractère bien trempé et des opinions qu'elle a défendues avec vaillance, est une femme bien élevée dont l'on ne connait que l'aspect policé et lisse de ses apparitions en public.belle soirée
Le temps du blog ne me permettra pas de creuser le sujet, on pourrait en faire un livre, ou une thèse et ce serait un sujet de philo qui embarrasserait plus d'un candidat.

Et puisque je me suis hasardée malicieusement à deux petites provocations (avec le sourire), j'ai juste envie de partager avec vous les paroles de toujours sourire, l'un d'un airs de l'opérette

de Ludwig HERZER et Fritz LÖHNER

d'après Victor LÉON

Musique de Franz LEHAR

Adaptation française de André MAUPREY et Jean MARIETTI




Enfin je respire cet air parfumé 
De sa présence embaumée
C'est là qu'elle vit, je vais la voir 
Et j'aime, hélas, sans espoir. 

Ne bats pas si fort ô mon coeur soucieux 
Sois comme moi silencieux. 
Elle ne devra jamais rien savoir 
De mes chagrins, de mes espoirs 
Nous autres, Chinois, nous ne disons rien 
Et quand nous souffrons, nous le cachons bien. 

Toujours sourire 
Le coeur douloureux 
Et sembler rire 
Du sort malheureux. 
C'est notre loi : toujours sourire. 

Notre regard discret 
Garde son secret 

Je ne dirai pas tout l'amour qui m'étreint 
Ni certains songes trop beaux. 
Je ne suis pour elle qu'un pauvre pantin 
Un flirt étrange et nouveau. 

Elle a pris mon âme et je me suis grisé 
Du philtre de son charme ardent 
J'ai rêvé souvent d'un troublant baiser 
Que je désire éperdument 
Ce n'est qu'un beau rêve d'amour simplement 
Seule ma douleur 
Demeure en mon coeur. 

Toujours sourire 
Le coeur douloureux 
Et sembler rire 
Du sort malheureux 
Toujours sourire et ne rien dire

Notre regard discret 
Garde son secret 

Toujours sourire 
Le soir, le matin 
Toujours souffrir 
Et ne rien dire 
En narguant le chagrin 
C'est notre destin