Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 25 mai 2018

Sur l'océan des mots

Pour la page 112 de l'Herbier de poésies

Sur l'océan des mots
L'esquif a affalé sa grand voile.

Sur l'océan infini des mots
le sillage impassible trace son empreinte.
Le clapotis les fait danser doucement
et le regard s'apaise à les regarder indistincts.
Juste la beauté de l'image.
S'éviter de comprendre,
se préserver de leurs sens.
Inlassablement, au vent ou sous le vent,
ils poussent la barque vers l'horizon qui se dérobe.
et tout le reste ne serait que conjecture.
©Jeanne Fadosi, mercredi 23 mai 2018
pour l'herbier de poésies 112
à découvrir avec les autres brins sur la page 112 de L'Herbier

Dessin (sans signature ), proposé par Jamadrou,
de la couverture du livret de présentation de la 21 ème édition
 du festival de la correspondance de Grignan
 - du 5 au 10 juillet 2016 ( lettres d’exils)

suggestion d'écoute :
Une barque sur l'océan, de Maurice Ravel (Miroirs III)

suggestion de lecture sans mots:
roman graphique de Sergio Nazarro et Luca Ferrara, Mediterraneo

10 commentaires:

  1. Beau poème qui va très bien avec ce superbe dessin. Beau week-end et à lundi

    RépondreSupprimer
  2. De très jolis mots Jeanne, ainsi va la vie !
    Bises et bon vendredi

    RépondreSupprimer
  3. Superbe dessin et quel beau poème, Jeanne. J'ai l'impression d'être partie en voyage vers les pages d'un livre...

    RépondreSupprimer
  4. Tout le reste ne serait que conjecture...
    J'aime beaucoup.
    L'image était belle et ton interprétation me plaît infiniment.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le mot conjecture est l'un des seuls mots de l'image que l'on peut lire clairement.

      Supprimer
  5. Un texte doux comme l'image où les mots en filigrane laissent flotter leur sens dans le sillage du temps

    RépondreSupprimer
  6. Sur la vague poétique
    je croise les doigts
    pour que la conjoncture
    s'accorde avec une bise légère

    RépondreSupprimer
  7. C'est magnifique, Jeanne ! Bravo ! Bonne fin de semaine ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  8. On ne sait pas où vont les mots que semble tresser ce frêle esquif mais cette image nous mène loin de ce monde de brutes qui est le nôtre.
    Merci Jeanne, belle journée

    RépondreSupprimer
  9. On peut tout imaginer sur cette image
    Tempêtes ou douceur du voyage
    Mots sensibles ou éternels regrets
    Les mots comme ce long périple de la vie

    Merci Jeanne

    RépondreSupprimer