Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 20 avril 2018

Fêlure

Pour la page 108 de l'Herbier de poésies, sur l'image de la page 104

Fêlures
Je me noie dans cette mer et ce ciel qui ne font qu'un, dans cette couleur de joyau et de colère.

J'entends les sanglots désespérés du petit garçon de sept ans, je revis sa terreur de l'eau, la dureté de son père l'obligeant à vaincre sa peur "comme un homme" et l'entrainant dans la mer jusqu'au cou.
Je me revois, toute jeune tatie restée sur le sable à surveiller ma filleule d'à peine deux ans.
Masquant la scène de ma frêle sihouette à la blondinette occupée à faire des pâtés.
Trop loin heureusement pour entendre les pleurs de son frère.
Souvenir de la première fêlure d'un modèle idéalisé.
©Jeanne Fadosi, jeudi 12 avril 2018
pour l'herbier de poésies 108
sur l'image de la proposition 104
à découvrir avec les autres brins sur la page 108 de L'Herbier

"Quoi qu'il arrive : n'en faites jamais une affaire personnelle !"
Billet d'humeur de Noëlle Bréham du vendredi 10 juillet 2015 : Laissez dire !

Paul Bennet - Familiar-Ground

8 commentaires:

  1. Je comprends que cette scène familiale t'ai marquée. Pas la meilleure façon decfairexaimer l'eau à un enfant au contraire. Bon week-end et à lundi.

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai lu récemment mais je l'ai relu avec grand plaisir. Mes petites filles vont arriver avec leurs parents et seront avec nous jusqu'au 1er mai. Je ne pourrais commenter les articles de blog pendant cette période. Bon week-end.

    RépondreSupprimer
  3. Il y a de quoi marquer les moins sensibles Jeanne.... Pas malin ce père !
    Bise et bon vendredi

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup cette formulation : "la première fêlure d'un modèle idéalisé"

    RépondreSupprimer
  5. La famille n'aide pas toujours à bien grandir (à bien nager)...
    des souvenirs qui ont laissé des traces.

    RépondreSupprimer
  6. C'est ainsi que l'on m'a dégoûtée de la plage et de l'eau... j'en ai gardé une peur physique que je n'arrive pas à surmonter.
    Bisous et douce soirée Jeanne.

    RépondreSupprimer
  7. Pour notre 1ere sortie à la plage, en Bretagne, quand j'avais 10 ans, mes parents avaient acheté des bouées, à mes soeurs et moi, ainsi qu'à mon frère. Pas question de nous faire peur, ma mère était trop prudente. Je ne sais toujours pas nager. Bonne soirée. Bisous.

    RépondreSupprimer
  8. pauvre gamin; je me demande s'il aime la mer. Il y avait de drôles de méthode d'éducation autrefois! C'est un souvenir traumatisant .Bise

    RépondreSupprimer