Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

mercredi 26 septembre 2018

Jeanneton va à l'Iton

Déjà le troisième prénom de la saison de cour de récré de JB et nous allons aller nous promener au bord de l'Iton. C'est une petite rivière, affluent de l'Eure qu'il rejoint à Evreux dans le département de l'Eure, nouvelle région de Normandie et prend sa source près du village de Prépotin dans le département de l'Orne, également en Normandie (région administrative et territoire historique) où il commence par alimenter les étangs construits par les moines de l'Abbaye de la Trappe près de Soligny-la-Trappe.

Jeanneton est jolie fille
elle va le long de l'Iton.
Et c'est avec sa faucille
qu'elle y coupe quelques joncs.
Avec des brins d'agapanthe
Elle en fera des bouquets.
Mais n'allez pas sur la pente
lui demander du briquet.
Pour grimper dans les beauprés,
Pas touche à son popotin !
On ne la couche pas au pré
Ce n'est pas juste des potins
Jeanneton a bien compris
que pour une bagatelle
tout aux autres n'est pas permis,
qu'il faut son désir à elle.
Ce n'est point qu'elle soit bégueule
peu importe qu'elle soit pucelle,
elle veut en décider seule
pour une entente mutuelle
Paul Sérusier, bretonne à la faucille, 1889
Auguste Renoir,
femme debout à la faucille, 1890





















coiffe normande du Cotentin











Dans l'Eure, l'Iton passe à une quinzaine de kilomètres au sud de Conches-en-Ouche






Je ne pouvais pas ne pas évoquer la chanson La rirette que nous chantions à tue tête dans le car en revenant de voyages scolaires, chanson "presque" paillarde qui était dans le non-dit, et dont je n'ai retrouvé sur Internet que la version des garçons car évidemment, bien sûr dans les années qui ont fait l'éclosion de 1968, les filles y chantaient déjà qu'elles n'aimaient pas les cochons.

La rirette -wikipedia


Et pour ceux (surtout ceux mais pas que) qui n'ont toujours pas compris que le #tagmetoo ait été repris par "Balance ton porc", je crois que tout est dit dans la chanson sauf encore une fois que la fin n'est pas celle que nous les filles nous chantions ...

Pour alimenter le débat je citerai encore deux émissions entendues récemment sur France Inter :

Entretien avec l'auteur du livre Le porc émissaire  leundi 24 septembre 2018 à 7h50 qui m'a fait bondir plus d'une fois en 10 petites minutes et me fait penser qu'elle n'a rien compris et qu'elle ne connait rien à la vie hormis son petit pré carré

le grand face à face avec Janine Mossuz-Lavau samedi 22 septembre qui 17 ans après sa première enquête fait une nouvelle publication qui me semble bien mieux mettre le sujet en perspective.



La liste des prénoms chez Jill Bill et Les liens du rassemblement
Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB


16 commentaires:

  1. Bonjour élève Jeanne, son désir à elle, eh oui messieurs, que vous soyez du bord de l'Iton ou point ! Jeanneton sois la bienvenue à la cour de récré, MERCI pour le tout, bises de m'dame JB ;))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Jill il ne s'agit pas de pruderie mais de désir partagé Visiblement c'est difficile à faire entrer dans la comprenette ! bises

      Supprimer
  2. J'ai aimé ton poème, les cartes postales anciennes qui ont beaucoup de charme et la réflexion finale. Je n'ai pas écouté cette émission sur France Inter ni lu ce livre dont j'apprends l'existence. Quand à balance ton porc je n'aime pas du tout. C'est de l'odieuse délation publique avec tous ses dangers. Par contre il faut dénoncer mais à la police. Bellevjournée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah rumeur rumeur ? sais-tu au moins ce qui s'écrit le plus souvent sur ce #tag dont j'ai mis le lien ? Jamais de nom ou d'allusion pour identifier même les proches car ceux (oui il y a aussi des hommes victimes) et celles qui postent prennent des pseudos. Quant à la police, il est encore difficile aujourd'hui de porter plainte et quand elle est retenue combien aboutissent à la condamnation du coupable ?
      Ce que je n'aime pas trop c'est l'intitulé mais le contenu est beaucoup plus proche du #tag metoo. bises et belle journée

      Supprimer
  3. Une Jeanneton bien sage... Bravo Jeanne.
    Bises et bon mercredi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est pas dit qu'elle est sage Zaza, juste qu'elle ne veut pas subir
      bises et belle journée

      Supprimer
  4. Bonjour Jeanne, bravo et merci beaucoup pour ta mise en perspective très actuelle et pour ta superbe réécriture de la chanson. Si, mettre la main aux fesses de quelqu'un, c'est grave et répréhensible, que la personne ainsi bafouée soit fille ou garçon. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui cette personne n'a jamais du être harcelée au travail par exemple quand ton job dépend du fait que tu la fermes ... Heureusement que la journaliste faisait contre-point ! et je n'évoque pas le sujet encore plus tabou des femmes de pouvoir prédatrices .... bises

      Supprimer
  5. Une chanson que je chantais sans tout comprendre alors.... :)
    Mais tu as eu raison de la relier à l'actualité.
    Nul ne devrait oublier que le sexe sans désir partagé est un viol.
    Bisous et douce journée.

    RépondreSupprimer
  6. Bravo pour ton poème Jeanne et pour cette mise en parallèle avec l'actualité . J'ai entendu aussi l'émission de France Inter et étais aussi tres étonnée de la réaction de cet auteur , comme tu dis heureusement que la journaliste faisait le contre point
    Bonne journée
    Bises

    RépondreSupprimer
  7. bravo Jeanne ! une belle leçon pour certaines jeunes qui sont trop en avance- (garçons ou filles )
    tout tout de suite- trop vite-
    j'aime beaucoup ! chapeau-
    bisous- bonne journée-

    RépondreSupprimer
  8. Qui n'a pas chanté...
    je n'ai pas suivi les émissions je suis donc hors sujet pour répondre.
    bise et bon mercredi Jeanne

    RépondreSupprimer
  9. ... et elle a bien raison Jeanneton, la tienne, de vouloir en décider seule, Jeanne !
    Bravo et bonne poursuite de ce mercredi !
    Bises♥

    RépondreSupprimer
  10. Jeanneton ,fille ou garcon , ₩sage ou pas sage, à toujours droit de choisir

    RépondreSupprimer
  11. Voilà une Jeanneton libérée et moderne; j'aime bien .
    Je n'aia pas entendu ces émissions; mais s'il y a une chose que je en supporte pas , c'est une femme qui défend le harcèlement envers les femmes et autres geste inconsidérés.
    En Général, e genre de femme n'y connaît rien , bien à l'abri dans son monde.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour Jeanne,

    Jeanneton 2018 prend le contre-pied et fait un pied-de-nez à celle de la fameuse chanson paillarde ! Bien pensé !

    Belle journée

    Fabrice

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.