Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, combien en 2018 ? 20 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (info du 12 février) soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 21 février 2019

Fadosi continue ici

Billet d'accueil

pour accéder au contenu complet des articles présentés en résumé il suffit de cliquer sur le titre de l'article ou le lien Plus d'infos » 
Profitez des instants de la vie :
le temps s'écoule à sa cadence,
trop vite ou trop lentement,
sans retour possible
Pourquoi Fadosi ?

Anaphore pour les Cabardouche

Les Cabardouche à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°216 nous demandent de rédiger une anaphore pour le 1e jeudi poésie à la manière du tu dis de Jean-Paul Schneider. D'habitude je choisis le plus souvent de partager un poème de mon choix mais ici la consigne conduit à écrire. Soit
Pour autant j'aimerais vous indiquer en autres lectures ce lien vers une sélection de poèmes utilisant plus ou moins des anaphores Clic ---> et notamment Abandon, de Birago Diop (poète et conteur sénégalais d'expression française, 1906 - 1989)
Tu dis soleil
et déjà
la lune te fait de l’œil.
Tu dis nuit
et déjà
l'aurore s'anime de chants.
Tu dis rêve
et déjà
la réalité te tyrannise.
Tu dis action
et déjà
le doute te paralyse.
Tu dis neige
et déjà
monte la sève du printemps.
Tu dis brouillard
et déjà
le soleil déchire ses voiles.
Jeanne Fadosi à la manière de Tu dis, de Joseph-Paul Schneider



mercredi 20 février 2019

Moïsette et Orval

Moïsette a fait l'école buissonnière la semaine dernière, mais pas de panique, Orval l'a retrouvée en train de buller dans les Alpes de Haute Provence.

Orval a le moral
Il a rencontré dans son val
quoi une pépite ? moins banal
la femme idéale
anti-fatale

Il a trouvé Moïsette
partie en goguette
à Barcelonnette
retrouver Bigornette
de la récré, la grandmamette.

Maintenant ils sassent
aux torrents l'eau qui passe
même s'ils ne ramassent
que des caillasses
et pas de pépites hélas !

Barcelonnette, commune du département des Alpes de Haute-Provence dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, ville que se sont souvent disputée les comtes de Savoie et les comtes de Provence, ce qui lui a d'ailleurs valu de réclamer et obtenir une certaine autonomie de juridiction.


La liste des prénoms chez Jill Bill et Les liens du rassemblement
Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB

vendredi 15 février 2019

vendredi 8 février 2019

Berceuse

Pour la page 135 de l'Herbier de poésie

Dans le bercement d'un peau à peau qui le relie encore un temps à son monde liquide, l'enfant apprend la vie, vierge d'un passé oublié sur la page de son avenir.

mercredi 6 février 2019

L'estive d'Estève

Pour les prénoms du mercredi nous allons cette fois dans les Pyrénées et plus particulièrement dans les hauteurs de l'Ariège, dans l'ancien comté de Foix,  où l'on pratique encore la transhumance et l'estive.

vendredi 1 février 2019

Dans le silence de la nuit

Pour la page 134 de l'Herbier de poésie
Contraste sur l'écran blanc de neige qui éclaire la nuit de flocons. Vais-je m'endormir doucement en ces soirées douces-amères ? Où se protègent les mésanges bleues picorant dans l'herbe mouillée ces jours derniers ?

jeudi 31 janvier 2019

Le cahier, de Maurice Carême

Pour le second jeudi poésie du défi n°215 des CROQUEURS DE MOTS, ABC nous demande de choisir un poème qui évoque un de nos objets préférés.
Dans mes premières années de blogueuse, j'ai puisé( et je continue à le consulter et le relire régulièrement) souvent mes poésies choisies dans mon anthologie personnelle tenue dans mon adolescence et il m'est aussi arrivé de partager avec vous une chanson transcrite de sa main dans le cahier noir de mon père.
Il m'arrive toujours d'écrire dans des cahiers plutôt que sur le clavier de mon ordinateur. Alors ces objets, peut-être en voie de disparition, vous comprenez que le poème de Maurice Carême* me touche.