Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 6 avril 2018

Invitation à la tendresse

Pour la page 107 de  l'Herbier de poésies   sur une proposition de Adamante

Silhouette(s) de madone
un chaton minuscule
tel un nourrisson
au creux de ses bras

Etrange synthèse
de l'universel
nourrie à l'imaginaire
des contes
épure d'éruditon

Un premier regard
des mots pour la transition
infinie douceur

Et quelques gouttes de pluie
sur la lucarne de mon insomnie.
©Jeanne Fadosi, jeudi 5 avril 2018, 3h du matin
à découvrir avec les autres brins sur la page 107 de L'Herbier

Women and cat, de Béla Kádár
Béla Kádár, 1877 - 1956, peintre hongrois

Illustration sonore : La tendresse, de Bourvil

8 commentaires:

  1. Bonjour Jeanne,

    Ecrit à 3h du mat'? le mien aussi. C'est l'heure dure mais magique où les mots glissent à notre guise...
    Très belle participation. j'aime beaucoup
    Bises

    RépondreSupprimer
  2. Tendre mais elke semble un peu triste. J'aime ce tableau et ton poème : une insomnie créative. Bon week-end et à lundi. Bisous

    RépondreSupprimer
  3. Je t'ai lue chez Adamante... mais j'ai aimé relire ici.
    Merci pour ce très beau moment de partage.
    J'adore cette chanson de Bourvil, je l'écoute souvent.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
  4. C'est tout à fait magnifique, Jeanne ! Mille bravos et bonne poursuite de ce vendredi ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  5. Je vois que la nuit est propice à l'inspiration et au travail pour vous.
    Bon week end.

    RépondreSupprimer
  6. Le tableau est magnifique et émouvant, ainsi que tes mots qui le mettent si bien en valeur ! Un grand bravo !
    Bisous

    RépondreSupprimer
  7. le tableau est splendide ; je suis allée voir les autres oeuvres de ce peintre. Mais celle ci est ma préférée.
    Ton poème est très fort et peut se passer de la peinture. Il a son existence propre. Bises

    RépondreSupprimer
  8. Comme le dit Martine magie de l'insomnie qui t'offre des mots dans des draps de "soi" où la tendresse est reine.
    Très beau, merci Jeanne.

    RépondreSupprimer