Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 29 mars 2018

La leçon de lecture, de Jean Aicard

Laura Vanel-Coytte à la manoeuvre pour le défi n°203 des CROQUEURS DE MOTS nous propose sa partici "passion" en faisant appel à notre appétit livresque et pour ce premier jeudi poésies, 
Poésie ou chanson ou autre sur les livres tels que vous les vivez… ou pas

mercredi 28 mars 2018

Calliope, l'amie des mots

Pour le dernier prénom de la saison de la Cour de récré, Calliope, la bien nommée, grande amoureuse des mots jolis, s'est arrêtée à la Charité sur Loire, dans le département de la Nièvre, ville de lisières, villes de frontières* ...

dimanche 25 mars 2018

De l'heure d'hiver à l'heure d'été


Nouvelle édition mise à jour

Et nous revoilà une fois de plus à  l'heure d'été ! Le dernier dimanche de mars, depuis 1976, nous avançons les montres et les horloges d'une heure.
Depuis 2002, le changement d'heure est défini de manière homogène dans toute l'Union européenne.

jeudi 22 mars 2018

La rose et le réséda, de Louis Aragon

 Luciole est à la barre pour orchestrer le défi n°202 des CROQUEURS DE MOTS et nous faire danser sur un air de tango. Le premier jeudi poésie a célébré les quatre éléments. Ce deuxième jeudi nous interpelle sur "La relation à l'autre".

Il serait trop long de vous dérouler les associations de pensées qui m'ont conduit comme une évidence à ce poème de Louis Aragon, lundi matin en descendant l'escalier au réveil.

mercredi 21 mars 2018

Chafoine et Romanella

Me voilà revenue sur Internet et pour mon petit tour de France avec les prénoms de la Cour de récré de JB nous allons faire aujourd'hui le grand écart entre les montagnes du Haut Jura et les côteaux du Bordelais, entre le doubs et la Gironde.

lundi 19 mars 2018

Défi n°202 : et puis on danse

"Le tango est une pensée triste qui se danse"

Je ne connais pas Enrique Santos Discépolo dont la citation sert de point de départ à Luciole pour orchestrer le défi n°202 des CROQUEURS DE MOTS. J'avais presque promis d'être aux rendez-vous de cette semaine après mess petits soucis techniques.

jeudi 15 mars 2018

Quelques nouvelles ...

aux plumes de l'Herbier de poésies

Je savais mon ordinateur très fatigué après une dizaine d'années de bons et loyaux services et j'ai pris quelques précautions de sauvegardes, mais il m'a planté sans signes avant coureurs au beau milieu de la piste de danse. D'où mon silence de la semaine dernière et cette semaine.

jeudi 8 mars 2018

J'aime pas l'hiver, de Pierre Vassiliu

Pour le second jeudi poésie du défi n°201 des CROQUEURS DE MOTS, Dômi nous propose « J’aime pas l’hiver ». Sait-elle que c'est le titre d'un chanson de Pierre Vassiliu de 1970, plus confidentielle que certaines autres de ses chansons célèbres, un poète et chanteur rare et qui je le crains risque de tomber dans l'oubli tant il était discret déjà du temps de sa célébrité.
Vu la photo du petit chat de Dômi, je pense que oui elle y a pensé. Alors nous serons au moins deux à penser à lui.

mercredi 7 mars 2018

Lancelot le matelot de Camelot

Ou devrais-je écrire Camaret, au risque de m'attirer les foudres des autres Bretons devenus "Grands" par quelques truchements de la Grande et de la Petite Histoire. Tant pis, j'ose vous emmener dans ma tournée des prénoms du mercredi dans le Finistère en Bretagne, sur les traces de ce grand oeuvre écrit, réécrit autour des Chevaliers de la Table Ronde et de la légende du Roi Arthur.

lundi 5 mars 2018

Défi n°201 lumière d'hiver

Voilà ce que Dômi à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour ce défi n°201 gelé nous propose :
« Quand Paris s’enrhume, l’Europe prend froid »
Je vous demande de vous exprimer comme vous l’entendez ….En imaginant un texte drôle ou pasPoétique ou pasEn vers ou en prose.

vendredi 2 mars 2018

Finisterre

Pour la page 102 de  l'Herbier de poésies, un nouvel essai de conte en haïbun   sur un cliché de Susy S
Elle n'ira pas plus loin. Cette plage est celle où d'un désir elle est devenue promesse. C'est une très vieille dame maintenant et le continuum bleu océan lui évoque le bleu France qu'elle ne connaîtra plus et le bleu horizon de ce père qu'elle n'a pas connu.