Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 25 février 2021

Les oiseaux du souci, de Jacques Prévert

" S.O.S jardinier :

Cher Amiral, vos croqueurs sont des « motivores », en passant par mon jardin, ils ont dévoré tous mes mots. 

Jeudis poésie : le 18 février : Bourgeon(s) ;  le 25 février : Nid(s)
Ou liberté poétique, pour les deux dates, si vous le préférez."

ABC, à la barre du défi n°246 des CROQUEURS DE MOTS 


Ecouter le poème


Pluie de plumes plumes de pluie
Celle qui vous aimait n'est plus

Que me voulez-vous oiseaux

Plumes de pluie pluie de plumes
Depuis que tu n'es plus je ne sais plus
Je ne sais plus où j'en suis

Pluie de plumes plumes de pluie
Je ne sais plus que faire

Suaire de pluie pluie de suie
Est-ce possible que jamais plus
Plumes de suie...

Allez ouste dehors hirondelles
Quittez vos nids...

Hein?
Quoi?
Ce n'est pas la saison

des voyages?...
Je m'en moque sortez de cette chambre 
hirondelles du matin

Hirondelles du soir partez...

Où?
Hein?
Alors restez
c'est moi qui m'en irai...

Plumes de suie suie de plumes je m'en irai nulle part
et puis un peu partout
Restez ici oiseaux du désespoir

Restez ici...
Faites comme chez vous.
Jacques Prévert, Paroles, 1946

mis en musique par Joseph Kosma et chanté ici par Hélène richer

mercredi 24 février 2021

Vasco le coq faisan

 Ben oui quoi, on dit bien une poule faisane, alors pourquoi pas cette symétrie ?

NB, le son de ma petite vidéo n'a aucune importance, j'ai capté le faisan depuis ma cuisine avec la radio allumée sur la fin des informations de 9heures.

Vasco a été chassé de son nid
était-ce la belle roselière
d'une vaste faisanderie
ou une trop petite volière ?

Lâché dans l'hostile nature
pour l'agrément d'amateurs
qui le dimanche dans la nature
se postent à plusieurs chasseurs.

Vasco n'a connu que les hommes
qui renouvelaient sa gamelle
la paille et le béton en somme
sans envie de se faire la belle.

Tiens un hameau, des maisons !
Il trouverait bien un abri
au jardin dans ce cabanon
pour en faire son nouveau nid.


Mais le sol était trop gelé
la cage visée inaccessible
Pas de vermisseau à gratter
pour Vasco, c'était pas possible !
 
Faisan à collier en vol, wikimedia
cliché Nicolas C, licence Creative Common

 Errance dans mon jardin le samedi 13 février 2021, il était un peu plus de 9h du matin.

Il est parti en marchant par dessus le muret : les faisans préfèrent marcher à voler, encore plus les faisans d'élevage jetés en pâture à ces jeux.

Retrouvez sur son blog la liste des prénoms chez Jill Bill

et peut-être, les liens du rassemblement si Jill Bill le peut. On ne t'en voudra pas si tu ne fais pas ce suivi. Priorité à ta santé !
J'essaierai de tenir à peu près à jour Mes prénoms saison 12

Mes prénoms du mercredi saison1 dansaient à la guinguette de la Récréa-bigornette,
et ceux de La cour de récré de JB avec mes participations aux Prénoms du mercredi :
saison 2 ; saison 3 ; saison 4 ; saison 5 ; saison 6 ; saison 7 ; saison 8 ; saison 9 ; saison 10 ; saison 11

Si vous voulez connaître la genèse de cette aventure ludique, Bigornette, Présidente d'honneur de La cour de récré de JB pour avoir créé les prénoms du mercredi,  s'en expliquait ICI.

lundi 22 février 2021

En marge de l'Herbier de poésies : impressions soleil printemps

Ce ne sera pas pour la page 172 de l'Herbier, je suis vraiment bien trop hors délai et ne mérite aucune indulgence. D'ailleurs mon imaginaire aurait porté d'autres mots. A la place j'explique ici en quelles circonstances je me suis souvenue trop tard du jeu d'écriture. J'avais aussi oublié le défi des Croqueurs, oups !

L'image proposée me plaisait bien. Je m'étais mentalement dit que je trouverais tranquillement l'inspiration vendredi après-midi, ce qui me laisserait largement le temps d'envoyer mon texte à Adamante avant samedi soir. Seulement voilà, pfft ! un trou dans les méninges me l'a fait oublier.

C'est en longeant l'Epte dimanche matin vers le village qui a donné le nom de Rosa Bonheur à son collège que je me suis rappelée la proposition d'écriture pour l'Herbier de Poésies. Une image évocatrice d'inondation et de pluies.

La rivière s'étirait sagement dans le vallon, entre ses deux rives, de grandes flaques s'attardant dans les prairies vides. Je me suis dit que c'était là sans doute que la peintre avait croqué les esquisses à l'origine de son tableau que j'aimais tant, une fois au sec dans son atelier. Ce soir, (évidemment avant 18 heures), je rentrerais joyeuse et fourbue de mon escapade de quelques heures. L'esprit trop plein du bonheur de ces instants de vie pour laisser parler l'image. 

L'Epte oblique vers l'ouest pour contourner la falaise tandis que ma route gravit  un petit col pour descendre en lacets serrés qui font le bonheur des cyclistes sportifs. Du haut, le lit du fleuve semble bien large et plein d'une eau puissante. De près, entre la route et la berge, les prés sont encore en partie inondés.

L'Epte s'égare en vallée de Seine avant de la rejoindre entre Giverny et Vernon. C'est là que Monet a obtenu l'autorisation de pactiser avec la rivière. La crue a dû noyer sa mare aux nymphéas. S'est-elle étalée vers le jardin ou s'est-elle seulement répandue au sud vers le fleuve, noyant le moulin chic, la pelouse de l'hôtel de charme et les prairies à autruches ? 

Ce dimanche matin
le ciel clair et apaisé
invite le printemps.

Claude Monet, Nymphéas, panneau CII

Photo Nathalie Manaud - devant la maison

Rosa Bonheur, bovins au pré

Les contributions à la page 172 de L'Herbier de poésies sont à découvrir Ici et Ici

Défi n°246 : redonner vie au jardin !

 « S.O.S jardinier :

Cher Amiral, vos croqueurs sont des « motivores », en passant par mon jardin, ils ont dévoré tous mes mots. Sans mot, mon jardin de mots n’a plus de sens, il est anéanti. Demandez-leur, je vous en conjure, de m’envoyer chacun sa meilleure recette, pour que les mots de mon jardin puissent refleurir dès le début du printemps.

Consigne : Écrire une recette simple et efficace pour réparer les dégâts provoqués par tous les « motivores ».

ABC, à la barre du défi n°246 des CROQUEURS DE MOTS

J'avais programmé mon vendredi après-midi (en oubliant que j'avais une séance de visiogym que je voulais pas manquer) et mon samedi pour tremper ma plume désuète à l'encre des mots d'herbe à croquer. Le temps sous Covid est généralement sans grande surprise. Et non, mes yeux douloureux sinon mes neurones en friches, une nouvelle triste, une mémoire incertaine ... J'ai oublié mes jeux d'écriture. Quand bien même m'en serais-je souvenue, mon ordinateur aurait-il été docile ? Ce matin, après deux jours de repos complets pourtant, il a fait plein de caprices ...

Alors abc et tous les croqueurs, ne m'en veux pas si pour redonner ses fleurs au jardin de ton coeur je fais appel à un jardinier fort compétent (avec les mots, les images et au premier degré au jardin) en te donnant sa recette : 

« Le vrai jardinier se découvre devant la pensée sauvage. »
Jacques Prévert, Fatras, 1966, Adonides, 1972,1975

et si je te propose ces charmantes aides pour gratter et fertiliser le sol 

ou cette image offerte d'un Maurice (Vlaminck) à un autre Maurice (Genevoix) en illustration à son livre inclassable Images pour un jardin sans murs dont le titre est déjà une invitation.






jeudi 18 février 2021

Enfants, oiseaux et fleurs II, de Victor Hugo

" S.O.S jardinier :

Cher Amiral, vos croqueurs sont des « motivores », en passant par mon jardin, ils ont dévoré tous mes mots. 

Jeudis poésie : le 18 février : Bourgeon(s) ;  le 25 février : Nid(s)
Ou liberté poétique, pour les deux dates, si vous le préférez."

ABC, à la barre du défi n°246 des CROQUEURS DE MOTS

X ENFANTS, OISEAUX et FLEURS

II
Je suis des bois l'hôte fidèle,
Le jardinier des sauvageons,
Quand l'automne vient, l'hirondelle
Me dit tout bas : déménageons.

Après frimaire, après nivôse,
Je vais voir si les bourgeons frais
N'ont pas besoin de quelque chose
Et si rien ne manque aux forêts.

Je dis aux ronces : croissez, vierges !
Je dis : embaume ! au serpolet ;
Je dis aux fleurs bordant les berges :
Faites avec soin votre ourlet.

Je surveille, entr'ouvrant la porte,
Le vent soufflant sur la hauteur ;
Car tromper sur ce qu'il apporte
C'est l'usage de ce menteur.

Je viens dès l'aube, en diligence,
Voir si rien ne fait dévier
Toutes les mesures d'urgence
Que prend avril contre janvier.

Tout finit, mais tout recommence,
Je m'intéresse au procédé
De rajeunissement immense
Vainement par l'ombre éludé.  
 
J'aime la broussaille mouvante,
Le lierre, le lichen vermeil,
Toutes les coiffures qu'invente
Pour les ruines le soleil. 
 
Quand mai fleuri met des panaches
Aux sombres donjons mécontents,
Je crie à ces vieilles ganaches :
Laissez donc faire le printemps !

    Victor Hugo, L'art d'être grand-père, Poésie/Gallimard, édition 2008, pages 126 - 127

Victor Hugo, 1802 - 1885, écrivain français majeur du XIXe siècle
L'art d'être grand-père, recueil de poèmes de Victor Hugo publié en 1877

Pour suivre le cheminement de ma pensée quand j'ai mis ces vers en partage : jeux de mots et petites phrases --->


La neige épuisée

La goutte d'eau s'est figée

Bonheur de l'oiseau

Cliché et haïku de mon frère Gilou (merci grand frère !)


Parfois il en faut peu aux animaux
pour qu'ils survivent au rigueurs de l'hiver.
Un jardin où l'on a laissé quelques espaces de liberté,
un tas de feuilles, un tas de bois,
les reliques fanées des dernières fleurs d'automne,
des plantes laissées sur pied avec leurs graines,
quelques pommes restées accrochées 
au pommier du voisin, malgré le vent.
Une cuvette d'eau souvent renouvelée
si le gel dure trop.
Ou des bourgeons inconscients.
©Jeanne Fadosi, samedi 15 janvier 2010

mercredi 17 février 2021

Camélia, fleur primeure

Camélia, après les frimas,
Dès le redoux,
Fait les yeux doux
au mimosa.

Au pied d'un acacia
Les premières jonquilles
Du village et de la ville
Se courbent à nos pas.

Le discret parfum
des violettes de chien
s'éparpille dans le chemin.

Camélia sur sa branche
Est aux anges
et se balance.


Retrouvez sur son blog la liste des prénoms chez Jill Bill

et peut-être, les liens du rassemblement si Jill Bill le peut. On ne t'en voudra pas si tu ne fais pas ce suivi. Priorité à ta santé !
J'essaierai de tenir à peu près à jour Mes prénoms saison 12

Mes prénoms du mercredi saison1 dansaient à la guinguette de la Récréa-bigornette,
et ceux de La cour de récré de JB avec mes participations aux Prénoms du mercredi :
saison 2 ; saison 3 ; saison 4 ; saison 5 ; saison 6 ; saison 7 ; saison 8 ; saison 9 ; saison 10 ; saison 11

Si vous voulez connaître la genèse de cette aventure ludique, Bigornette, Présidente d'honneur de La cour de récré de JB pour avoir créé les prénoms du mercredi,  s'en expliquait ICI.

dimanche 14 février 2021

Oyez Croqueurs et autres amateurs de mots !

 C'est ABC depuis son jardin des mots qui pilote les CROQUEURS DE MOTS pour le défi n° 246

Alors vite, vite, vite, 

mettez des fleurs 

au bout de votre porte-plumes 

au jardin des mots fleurs !


 

samedi 13 février 2021

Cages invisibles

  Pour le Nid des mots de ABC :

Prochain thème à publier le samedi 13 février sur vos blogs :
"La cage est vide, l'oiseau s'est envolé !!!"

pour Le nid des mots de abécé

La maison était tout sauf une cage, un nid plutôt, un trop grand nid qu'elle s'efforçait de rendre chaleureux. Mais ces derniers mois il lui aurait fallu les protéger contre eux-mêmes bien plus qu'elle ne le faisait, croyance chevillée au coeur à faire confiance, à les vouloir libres. A les excuser, le coeur déchiré, d'être devenus malgré eux ces machines de guerre dressées à l'anéantir. Oisillons si fragiles. Sa si grande naïveté d'alors.

Elle ne savait pas
qu'elle se jouait des distances
la cage de l'emprise.

Elle arrivait au bout de ses forces. L'aigle noir a étendu ses ailes de prédation et de séduction envers eux. La "cage" d'ici jamais close s'est retrouvée vide. Les béquilles de la solidarité et de l'amitié l'ont fait tenir debout quelque temps avant l'effondrement. Dans l'illusion de les sauver encore. Dans l'humiliation d'une Cassandre et d'une mère qui croyait toujours au fond d'elle en la justice de Salomon. Quand la cage de partout les a emmenés, dans leur illusion de liberté.

Leurs ailes cabossées,
l'ombre de l'aigle plane encore
sur ces grands oiseaux

Et sa cage, bien qu'invisible,
met sur leur mémoire
le voile noir de l'amnésie.

jeudi 11 février 2021

La fillette et le poème, de Maurice Carême

 Fanfan à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°245 nous met au parfum par l'entrée en matière :

"Souvenirs, attention danger ..." !

Pour les jeudis en poésie : le 4 : un poème ou une chanson sur le thème "souvenirs" et le jeudi 11 , un poème ou une chanson sur le thème : enfance .

Préambule : Par requête "poésie+enfant" sur le moteur de recherche, j'ai trouvé ce poème en suivant le lien proposé vers "L'Enfant". Le poème suivant est "La Tour Eiffel", que j'aurais pu choisir aussi car il plaît beaucoup aux enfants. Dessous, "La fillette et le poème" titre que le moteur de recherche n'a pas su me proposer. Pas plus qu'il n'aurait su me proposer des poèmes avec fille ou garçon, ni gosses.
Je n'ai pas immédiatement réalisé que j'étais sur la page Poèmes du site de La Fondation Maurice Carême
Par acquis de conscience et respect, j'ai demandé par mel l'autorisation de publier, même si le poème faisant partie d'un recueil cohérent peut sans doute être cité en son entier dans le cadre d'une courte citation du recueil et que le tronquer serait trahir le poète.
Jeanine Burny, sa secrétaire, sa muse, et depuis la mort du poète la gardienne vigilante de sa mémoire, est décédée cet automne à l'âge de 95 ans. Aucune mention ne figure sur le site me semble-t-il et j'imagine qu'en Belgique aussi les musées dont la maison de Maurice Carême sont fermés.
Quelqu'un peut-il ouvrir les courriels en ce moment et qui pour y répondre ? J'y ai respecté la mise en page et la ponctuation du site.

Si vous avez le temps, je vous invite, sur le site Maurice Carême, à visiter la page Poèmes de gosses, prose d'enfants, cela ne vous prendra que deux ou trois minutes et vous fera découvrir des pépites comme celle-ci :

"Je coule un regard vers la fenêtre, et comme si le ciel me comprenait, la neige se met à tomber. Longtemps, doucement, elle tombe….

Et je devins triste, mais triste comme si j’étais déjà grande. Mais je ne le suis pas, n’est-ce pas ? Mon Dieu ! j’ai tant besoin de croire que je suis encore une enfant."

PROSES D’ENFANTS  © Fondation Maurice Carême


LA FILLETTE ET LE POEME

"Le poème, qu'est-ce que c'est ?
M'a demandé une fillette :
Des pluies lissant leurs longues tresses,
Le ciel frappant à mes volets,
Un pommier tout seul dans un champ
Comme une cage de plein vent,
Le visage triste et lassé
D'une lune blanche et glacée,
Un vol d'oiseaux en liberté,
Une odeur, un cri, une clé ?"

Et je ne savais que répondre
Jeu de soleil ou ruse d'ombre ? -
Comment aurais-je su mieux qu'elle
Si la poésie a des ailes
Ou court à pied les champs du monde ?

Maurice Carême, ÊTRE OU NE PAS ÊTRE, ed. L'âge d'homme, 2008
© Fondation Maurice Carême

 
Affiche Sarah Moon

Maurice Carême, 1899 - 1978, poète et écrivain belge de langue française

ÊTRE OU NE PAS ÊTRE, ed. L'âge d'homme, 2008

Une vie une œuvre, Maurice Carême, une vie tout simplement, France Culture, 2 mars 2019

Jeanine Burny, Le jour s'en va toujours trop tôt, sur les pas de Maurice Carême,2007 (59 minutes)

Jeanine Burny, secrétaire et muse, puis présidente de la Fondation Maurice Carême depuis 1978 a notamment eu de cesse de réunir et faire publier par thèmes les très nombreux poèmes dont la Fondation est le dépositaire et l'ayant-droit de l'écrivain.

Vers de Maurice Carême,
plaque au Jardin des Poètes ou Square des poètes,
Paris 16e en bordure des Serres d'Auteuil

Et pour les amateurs de poésie, n'oubliez pas Le Printemps des poètes, du 13 au 29 mars 2021, Edition 2021, Le Désir. Il sera essentiellement en ligne, coronavirus oblige, et il commence dès maintenant