Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 7 septembre 2018

Harmonie en blancs

Pour la page 117 de l'Herbier de poésie

Comment poser des mots sur une image travaillée jusqu'à l'épure pour atteindre à l'universel ?
A l'opposé de la légende des yeux noirs (1), je ne vois en ce visage nulle passion, nulle colère. Une invitation à vivre.
Et à se passer d'adjectifs.


Sous la chevelure
de grands yeux qui interpellent
curieux et sereins

Nul écran entre l'esprit et le regard éveillé, sérieux sans tension ni crainte. La simplicité apparente du trait ne laisse place à aucune émotion et pourtant la présence est intense.

Peau blanche sur draps blancs
telle reposant sur la neige
une blanche Ophélie (2).

Non, tout est douceur ici : elle est si vivante ! L'incarnation du rêve de Baudelaire. Sans les larmes.

"Là tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté." (3)

©Jeanne Fadosi, mercredi 5 septembre 2018
à découvrir le vendredi ou le samedi
avec les autres brins sur la page 117 de l'Herbier


Léonard Tsuguharu Foujita, Femme allongée, Youki, 1923,
huile sur toile, 50 x 61cm, collection particulière
© Fondation Foujita / ADAGP, Paris, 2018


(1) Les yeux noirs, légende et chant russe fiche wikipedia

(2) Ophélie, Arthur Rimbaud, 1870 wikisource - Ophélie

(3) L'invitation au voyage, Baudelaire, Les Fleurs du mal, 1857


illustration sonore
les yeux noirs par Django Reinhardt

6 commentaires:

  1. Tant de blancheur sur un petit fond noir, seuls les yeux et la chevelure ressortent... merci aussi Jeanne, au plaisir, bises

    RépondreSupprimer
  2. J'y vois aussi douceur et abandon !

    RépondreSupprimer
  3. Superbe interprétation pour cette dame tout en blanc qui guette les bras de Morphée. Bises et bon weekend

    RépondreSupprimer
  4. Tu as raison, le tableau va bien avec le poème de Baudelaire.
    J'aime ton interprétation.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
  5. Tant de blanc pour marier le noir, et ses yeux qui disent l'attente ou peut-être la lassitude!

    RépondreSupprimer
  6. Un doux moment de calme, serein, voluptueux ... Merci

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Certains rencontrent des difficultés à renseigner leurs liens : vous pouvez signer votre commentaire de votre nom ou pseudo, merci
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.