Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 30 mars 2018

Au musée de la modernité

Pour la page 106 de  l'Herbier de poésies   sur une proposition de Adamante

Au musée de la modernité

Parmi les gravats
à quoi rêve-t-il encore
l'homme à la bouffarde ?
Une vie à faire fortune, une autre à collectionner, une autre encore à faire marché de son art à réparer.
Près du gramophone
il est présent à l'instant
qui suspend le temps.
Ne plus penser. Déguster, humer ce précieux tabac de miel devenu si rare. Ecouter, vibrer à cette voix de l'autre siècle, gravée dans la cire.
Parmi les décombres
ses chères américaines
ne rouleront plus
Protégées sous leur linceul de sable du désert, qu'en restera-t-il dans quelques milliers d'années ?
Obstinément il les restaure
ses épouses de ferraille.

Pour tous ses enfants
deux pour chacun de ses fils
une à chaque fille.
Que devineront les archéologues du futur venus d'un ailleurs sidéral ? Que leur murmurera notre Histoire humaine : des couleurs, de la douceur des coussins ou d'un thé à la menthe ? De l'opulence et de la pauvreté ? De l'arrogance et des servitudes ? Des inégalités de classe et de genre ? Que devineront-ils, même, du genre humain ?
Dans les décombres d'Alep
un vieil homme, sa vie, ses rêves.
©Jeanne Fadosi, jeudi 29 mars 2018
à découvrir avec les autres brins sur la page 106 de L'Herbier

photo Joseph Eid pour AFP



illustration sonore
Nikolai Rimsky-Korsakov - Scheherezade Op.35, Lento Adagio
Le début en trois minutes et des poussières Clic ---> ou le mouvement complet d'environ douze minutes Clic --->

10 commentaires:

  1. Beau et émouvant. Bon long week-end. Joyeuses Pâques. À mardi

    RépondreSupprimer
  2. Une photo qui, au delà d'un décor de décombres, nous fait entrer dans l'intimité d'un Humain halluciné, mais résistant encore à sa façon, face au désastre de sa cité.
    Elle atteste que lorsque tout nous est retiré, le dernier refuge peut être l'art et un peu de rêve qui part en fumée...
    Ta poésie lui rend hommage.
    Bonne journée à toi.

    RépondreSupprimer
  3. L'Histoire s'écrira un jour en recomposant le puzzle pièce par pièce, mais combien faudra-t-il de ruines pour que la vie rayonne enfin ?

    RépondreSupprimer
  4. Quelle tristesse Jeanne.
    Bises et bon vendredi

    RépondreSupprimer
  5. C'est très beau...
    Merci pour cette page, Jeanne.
    Il restera des mots et des images...
    Bonne journée à toi.

    RépondreSupprimer
  6. J'aime ton regard, Jeanne, tes mots émeuvent et tes questions impliquent ce regret de l'humain de n'être jamais sage.

    RépondreSupprimer
  7. émouvant, et tristement d'actualité.
    mais hélas éternel recommencement de la cruelle bêtise de ceux qui veulent être les maîtres du monde .

    RépondreSupprimer
  8. terrible phot ... véritable oxymore : la violence de la guerre et le calme du vieil homme

    RépondreSupprimer
  9. Comme c'est bon, Jeanne !
    Bon week-end pascal et
    Joyeuses Pâques !
    Bises♥chocolat !

    RépondreSupprimer
  10. Au train où vont les choses, y aura-t-il encore quelque chose à découvrir? L'être humain a un tel goût, un tel pouvoir de destruction.
    Beau texte Jeanne
    bises

    RépondreSupprimer