Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 2 mars 2018

Finisterre

Pour la page 102 de  l'Herbier de poésies, un nouvel essai de conte en haïbun   sur un cliché de Susy S
Elle n'ira pas plus loin. Cette plage est celle où d'un désir elle est devenue promesse. C'est une très vieille dame maintenant et le continuum bleu océan lui évoque le bleu France qu'elle ne connaîtra plus et le bleu horizon de ce père qu'elle n'a pas connu.
Bleus de la mémoire
toute une vie à attendre
de le retrouver
Le petiot l'a conduite jusqu'au bout de leur terre. Des barques chauffent leur dos à la douceur de l'aube. Ciel et mer lui offrent un infini turquoise ouvert sur l'avenir.
Un ailleurs forcément meilleur. 
Un jour il prendra l'une de ces barques vers d'hypothétiques prospérités poussées sur l'engrais des champs de bataille.
Douceur océane
qui apaise  qui console
qui berce d'espoir
L'enfant promet à l'aïeule de ne rien dire à ses parents des coquelicots du chemin des Dames qu'il ira cueillir pour les disperser sur sa tombe absente.
Cette vie construite sans lui
née d'une étreinte d'adieu

En-deçà de l'onde
la plage absorbant leurs pas
murmure « n'y vas pas »

Au-delà de l'onde
désespoir des souvenirs
Et le vertige irrépressible du vide vers un futur inconnaissable.
©Jeanne Fadosi, mercredi 28 février 2018
à découvrir avec les autres brins sur la page 102 de L'Herbier

A day at the sea de Susi S
Les tirailleurs sénégalais dans la Première Guerre mondiale

Illustration sonore : La mer, de Claude Debussy

7 commentaires:

  1. C'est tout simplement très beau. Merci Jeanne. Bon week-end et à lundi.

    RépondreSupprimer
  2. Un joli conte inspiré par cette magnifique photo. J'aime beaucoup.
    Bises et bon vendredi Jeanne

    RépondreSupprimer
  3. Le Finisterre espagnol, le Finistère français ... "pen ar Bed" en breton, le bout du monde, la fin de la terre. mais en Bretagne c'est plutôt le début de la terre, le commencement de l'aventure, l'espoir.

    RépondreSupprimer
  4. Un vide, un manque, et l'appel de la mer... Combien sont-ils à avoir regardé l'horizon en s'abreuvant d'espoir ?

    RépondreSupprimer
  5. Très beau Jeanne.Cette absence,ce vide à jamais,et tout ce bleu qui ne peut donner de réponse, d'espérance.

    RépondreSupprimer
  6. Magnifique, Jeanne ! Bonne fin de ce vendredi ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  7. C'est magnifique !
    J'aime aussi beaucoup la musique que tu as choisie.
    Bel hommage...

    RépondreSupprimer