Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 27 avril 2018

Une histoire du monde

Pour la page 109 de l'Herbier de poésies

Une histoire du Monde

A la manière d'Aimé Césaire, vienne l'euplecte** noir d'ébène au fondement d'or ou de soleil chanter l'histoire de son continent. Vienne l'oiseau chanter l'histoire du monde et pas seulement celle des humains.
Une histoire du monde ?
Vraiment ?
Une nuit du conte
pour narrer l'histoire du monde
n'y suffirait pas
Celle de l'humanité est minuscule point-virgule à l'extrême fin de celle de la terre qui dans l'univers ne représente guère qu'une saison d'enfer ou de paradis.
Vienne l'oiseau sédentaire
chanter ses prairies africaines
la douceur du vent
la beauté de son ciel clair
ses buissons sensibles.
©Jeanne Fadosi, jeudi 26 avril 2018
pour l'herbier de poésies 109
à découvrir avec les autres brins sur la page 109 de L'Herbier

Photo Carine Nouska
(toutes les photos de son journal facebook dont cette série sur l'Euplecte à croupion jaune)

6 commentaires:

  1. En liaison avec ta page précédente, et c'est très beau.
    Passe une douce journée, Jeanne. Bisous.

    RépondreSupprimer
  2. Belle interprétation de cette magnifique Jeanne. Merci !
    Bisous et bon vendredi

    RépondreSupprimer
  3. L'oiseau a beau chanté, pour notre monde trop pressé, il n'est que parenthèse, l'homme ne voit pas que la réalité est inversée...

    RépondreSupprimer
  4. " Une histoire du monde "?
    Si nous écoutions vraiment tous les êtres qui bruissent autour de nous, nous entendrions un nouveau chant, tout en sourdine mais murmurant une autre approche de la vie !
    Merci Jeanne

    RépondreSupprimer
  5. Magnifique, Jeanne !
    Grouillante de vie, notre nature !
    Bonne soirée de ce vendredi ! Douce fin de semaine !
    Bises♥

    RépondreSupprimer
  6. L’oiseau serait-il le dernier poète Jeanne?

    La gente ailée raconte bien les continents dans ce monde où l’homme ne sait pas la respecter.

    RépondreSupprimer