Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, combien en 2018 ? 20 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (info du 12 février) 30 au dimanche 3 mars, soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 26 avril 2019

Sèves de vie

Pour la page 141 de l'Herbier de poésie

En embuscade à l'écart de la sente, la dame de deuil et sa corneille observent les butineuses. Quelle forfaiture conspire-t-elle ? Le printemps dans sa course du temps indispose ses projets funestes.

Sous les grands troncs nus
chauffées au soleil d'avril
elles sont offrande pure.

Sur la sente elles grappillent des fleurs de vie pour quelque remède, quelque infusion, quelque crème de beauté, quelque onguent quelque philtre de douceur.

Sans rien dérégler
de l'horloge de l'univers
avec gratitude.

La dame noire se résigne à céder la place à la sève prête à l'assaut des fûts séculaires pour aller là-haut, tout là-haut, nourrir les canopées et, dans l'éclatement silencieux des bourgeons, épanouir les feuilles en mille éclats de lumière.

Entre deux saisons
des vies tapissent le sol
ivres de soleil.

Bientôt sous les frondaisons
l'ombre sera don de fraîcheur.
©Jeanne Fadosi, mardi 23 avril 2019
pour l'herbier de poésies 141
à découvrir le vendredi soir  ou le samedi
avec les autres brins sur la page 141 de L'Herbier

Maurice Denis, Avril (Les Anémones), 1891, Collection particulières
(Tous droits réservés © Paris, ADAGP, 2012)





















Illustration musicale :
Mouloudji Merci la vie
Violeta Parra "Gracias a La Vida",1966

jeudi 25 avril 2019

Los Olvidados, de Jacques Prévert

Laura Vanel-Coytte à la barre du défi n°219 des CROQUEURS DE MOTS nous donne des consignes à partir du cinéma et pour le deuxième jeudi poésie :
JEUDI 25 :puisque ressort, l’intégralité des critiques cinéma de François Truffaut, parlez-moi de cinéma, du plaisir d’être dans une salle obscure avec d’autres Ou de votre acteur ou actrice préféré partant toujours du principe qu’« Aimer quelqu’un (ou quelque chose), c’est s’intéresser à lui (cette chose).»
Préambule : lundi dernier j'évoquais les séances de ciné-club de mon enfance, anticipant à dessein sur le thème de ce jeudi poésie. Los Olvidados, de Luis Bunuel, (prix de la mise en scène au festival de Cannes 1951)  fut l'un de ces films et la découverte d'un cinéaste de génie. Avec le privilège supplémentaire d'avoir pu y associer le poème de Prévert. Je ne sais plus d'où nous avions lu le recueil Spectacles.

"Le cinéma est une arme magnifique et dangereuse si c'est un esprit libre qui le manie."* (Luis Bunuel)

"C'est pas seulement ma voix qui chante, c'est d'autres voix, une foule de vois d'aujourd'hui et d'autrefois." (Jacques Prévert)
Source : La bande à Carné, Jacques Prévert, 1965

Los olvidados

Los olvidados
petites plantes errantes
des faubourgs de Mexico-City
prématurément arrachées
au ventre de leur mère
au ventre de la terre
et de la misère
Los olvidados
enfants trop tôt adolescents
enfants oubliés
relégués
pas souhaités
Los olvidados
La vie n'a pas eu le temps de les caresser
Alors ils en veulent à la vie
et vivent avec elle à couteaux tirés
Les couteaux
que le monde adulte et manufacturé
leur a très vite enfoncés
dans un cœur
qui fastueusement généreusement et
heureusement
battait
Et ces couteaux
ils les arrachent eux-mêmes de leur
poitrine trop tôt glacée
et ils frappent au hasard
au petit malheur
entre eux
à tort et à travers
pour se réchauffer un peu
Et ils tombent
publiquement
en plein soleil
mortellement frappés
Los olvidados
enfants aimants et mal aimés
assassins adolescents
assassinés
Mais

Au milieu de la fête foraine

Un enfant épargné
Sur un manège errant
sourit un instant en tournant

Et son sourire c'est le soleil
qui se couche et se lève en même temps

(Jacques Prévert, Spectacles, Gallimard, 1951)

* cinquante ou soixante ans après l'énoncé de cette opinion et avec le recul et la puissance instantanée de la diffusion massive des images au détriment des espaces de pensée, je mettrais maintenant un énorme bémol à cet enthousiasme de l'essor du cinéma et de la télévision car la puissance des images peut hélas être mise au service des plus abjectes propagandes.





















En ces jours de Pâques et de dégustation de chocolat, j'aimerais aussi évoquer, avec Sauvons la forêt, tous ces enfants qui travaillent souvent dans des conditions épouvantables dans les cultures de cacao du Mexique et d'ailleurs sans même savoir s'ils aimeraient déguster un carré de chocolat.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Los_Olvidados
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Pr%C3%A9vert

Luis Buñuel, 1900 - 1983, réalisateur et scénariste mexicain d'origine espagole
Jacques Prévert, 1900 - 1977, poète, scénariste, parolier et artiste français

mercredi 24 avril 2019

Wilgeforte, âme forte

Dernière étape de la dixième session des prénoms du mercredi et je l'ai déjà annoncé, nous allons aujourd'hui dans les Alpes maritimes.

Wilgeforte qui assume d'être un peu ronde
est une femme assurément gironde.
Pour Koffi son double sa moitié,
c'est définitivement sa dulcinée.

Ils attendent leur retraite avec délice
pour refaire leur voyage de Noces à Nice,
les petites routes d'arrière pays
pour un bilan heureux de leur vie.

Leur rando dans la Vallée des Merveilles,
leurs serments pour demain la veille.
Wilgeforte admirait les âmes fortes
et pour Koffi ouvrit de son coeur la porte.

Nice, préfecture du département des Alpes maritimes, région Provence Alpes Côte d'Azur
Vallée des Merveilles - wikipedia ; visite virtuelle ;

Le costume niçois : origine et traditions
danses niçoises : fête des mais

La cuisine niçoise - wikipedia ; la vraie ? ; bientôt au patrimoine de l'UNESCO ?


danse folklorique niçoise du Haut pays


Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB

lundi 22 avril 2019

Défi n°219 : J'aime le cinéma !

Laura Vanel-Coytte à la barre du défi n°219 des CROQUEURS DE MOTS nous donne des consignes à partir du cinéma et pour le défi lui-même :
LUNDI 22 : mon réalisateur préféré est François Truffaut, quel est le vôtre ?
Si vous n’en avez pas, parlez-moi de votre film ou genre de film préféré ?
Mais il s’agit de cinéma plutôt en salle qu’à la maison (même si vous revoyez le film à la télé ou en
DVD), pas de téléfilm ou de séries télé.
"Aimer quelqu'un, c'est s'intéresser à lui" aurait dit le cinéaste François Truffaut en mettant sans doute ces mots dans la bouche d'un de ses personnages. J'imagine bien ce genre de propos entre le docteur qui accueille Victor, l'enfant sauvage et sa gouvernante quand l'un ou l'autre renâcle à faire une corvée ou à subir les colères de leur encombrant protégé.
Je ne me lancerai pas dans une discussion sur les sens des verbes aimer et intéresser. Il y a de quoi en faire une dissertation ou une thèse tant ses mots en français s'utilisent à toutes les sauces.
J'ai joué le jeu sans enthousiasme, mon talent pour faire des requêtes pertinentes étant limité mais j'ai finalement trouvé une citation approchante :
"Aimer, c'est s’intéresser vraiment à quelqu'un"
Une porte d'espérance : paroles de Jean Vanier*, 1993
Jean Vanier, Anne-Sophie Andreu, ed l'Atelier (réédition numérique, p60)

* fondateur de la Communauté de l'Arche


J'aime le cinéma. Ne me demandez pas d'où me vient cet "engouement", il me faudrait vous inviter à la veillée pour une conversation qui risquerait de durer longtemps.
Si j'ai un vague souvenir de mes premiers films lors d'un séjour à Paris où je devais avoir trois ou quatre ans, les sorties au cinéma à la séance de l'après-midi étaient une fête quand mon grand frère et ma grande sœur m'y emmenaient. La séance se prolongeait alors souvent au bar avec une menthe à l'eau ou un lait fraise, des chansons dans le juke box, quelquefois l'autorisation de jouer au flipper. Et des discussions à n'en plus finir au sujet du film avec leurs copains.
C'est que l'habitude de prolonger la séance s'était faite grâce au ciné club des jeudi après-midi d'hiver au gymnase du Cours Complémentaire devenu ensuite collège d'enseignement général. J'aime à croire que des générations de collégiens y ont appris comme moi le goût des films, de la réflexion, et de la confrontation d'expressions d'opinions différentes, de la nécessité d'argumenter. Là encore, j'avais le privilège d'y accompagner mes aînés. Les films n'y étaient pas récents, les copies pas toujours de bonne qualité, les interruptions fréquentes entre changement de bobines ou incident de pellicule. Mais le silence se faisait dès qu'on baissait les lumières et la sélection donnait matière à débattre bien au-delà du strict sujet abordé.
J'aime le cinéma car c'était une fête et une formidable stimulation à la pensée comme à l'ouverture sur d'autres horizons et d'autres vies que nos petites vies limitées aux horizons de notre bourg. D'autres ados ont dû subir l'exercice comme un pensum. Mais il faut croire que l'esprit du philosophe Alain planait encore dans ces lieux.
Alors ne retenir qu'un cinéaste, ne citer qu'un seul film, j'en serais bien incapable.
Lundi dernier, c'est en sortant du cinéma vers 19h30 où nous venions de voir "Rebelles" de Allan Mauduit que l'une de nous a vu en premier le feu à ND de Paris. Incrédulité en premier réflexe après une séance jubilatoire. J'aurais pu aussi évoquer l'un des derniers films revus sur ARTE ou même la très belle transcription pour la télé par José Dayan du roman policier de Fred Vargas  Quand sort la recluse.
Juste évoquer en ce jour d'une terrible et triste violence l'émotion d'un dimanche après-midi du début des années 2000 à la sortie d'un cinéma d'art et d'essai du Quartier Latin à Paris où je venais de découvrir un film** sur le Sri Lanka, d'un indien ou d'un srilankais grâce au choix de mon fils. Émotion dis-je devant la beauté terrible de ce que nous venions de voir. Émotion que je doive cette découverte à mon fils qui allait donc "s'intéresser" au cinéma et pas seulement aux jeux vidéo. Émotion qu'il faille en passer par un film de fiction visionné dans une dizaine de salles en France pour avoir connaissance des drames qui se déroulaient depuis tant d'années dans le silence des médias et notre indifférence.

** Était-ce ce film ou plutôt celui-ci ? Inutile de vous dire que je n'ai pas retenu le titre qui je crois était indiqué en anglais.
pour une petite histoire du cinéma au Sri Lanka
pour en savoir un peu sur la guerre civile au Sri Lanka

En rattrapage, petite séance de poésie, en musique mais totalement sans paroles
La bande son de cet extrait est infâme mais on peut baisser le son avec le curseur sans le supprimer complètement car la musique est l'un des acteurs du film.


avec l'envie de le comparer à un autre film japonais récent celui-ci ... quoique ...




Mais n'allez pas croire que je n'aime que le cinéma japonais !

vendredi 19 avril 2019

Clair de Terre

Pour la page 140 de l'Herbier de poésie

La rose et le réséda,
le concept et la matière
et une cathédrale minérale

Des hommes et des dieux,
des chênes dressés vers le ciel,
et une cathédrale végétale

Des corps et des âmes,
des coraux comme mausolées,
et une cathédrale engloutie

Dis-moi donc Pierrot,
de tout là-bas sur la lune
voit-on les forêts brûler ?

Dis-moi Colombine,
depuis la mer des nuages
voit-on d'un joyau les flammes ?
©Jeanne Fadosi, mardi 16 avril 2019
pour l'herbier de poésies 140
à découvrir le vendredi soir  ou le samedi
avec les autres brins sur la page 140 de L'Herbier

La photographie du lever de Terre.
Crédits : William Anders / NASA Source France Culture



En échos : Mère Gé écrit déjà pour l'Herbier de poésie, page 88, exceptionnellement sur un extrait de Chant de Mère-Terre par la chamane UUTAÏ Olena
Chamane, de "Un vivant déjà mort de l'indifférence des autres"

jeudi 18 avril 2019

Phrases, de Rimbaud

Laura Vanel-Coytte à la barre du défi n°219 des CROQUEURS DE MOTS nous donne des consignes à partir du cinéma et pour ce premier jeudi 18 avril :
JEUDI18 : même si je suis (professeur) documentaliste, je ne retrouve pas qui a dit (à peu près), « Aimer quelqu’un, c’est s’intéresser à lui »
Si vous pouviez me retrouver l’auteur de cette citation et comment elle est formulée exactement.
Comme il s’agit d’un atelier d’écriture, écrivez à partir de cette citation (que je crois être de François Truffaut)
Quant à moi, petite élève d'atelier d'écriture indisciplinée, je préfère partager des poésies choisies ou quelquefois un de mes textes préalablement écrits. Je reviendrai plutôt sur cette proposition en la tissant avec celle du défi lundi prochain. Aujourd'hui, j'ai envie d'aimer "à ma manière" Notre Dame de Paris.
J'ai d'abord pensé à Aragon, La rose et le réséda ou à Antoine de Saint-Exupéry, l'extrait du Petit Prince avec la phrase, "On ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux."
C'est Sylvain Tesson qui m'a rafraîchi la mémoire en évoquant cette phrase de Rimbaud que j'avais déjà partagé sur mon premier blog Corde ! Clic --->
"J’ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d’or d’étoile à étoile, et je danse."
Dans le texte de Rimbaud, écrit en 1871, il suffit de remplacer un seul mot pour qu'il semble écrit pour le 15 avril 2019, le mot juillet. ... et chercher dans chacune de ses phrases, une interrogation sur le verbe "aimer".


     Quand le monde sera réduit en un seul bois noir pour nos quatre yeux étonnés, — en une plage pour deux enfants fidèles, — en une maison musicale pour notre claire sympathie, — je vous trouverai.

     Qu’il n’y ait ici-bas qu’un vieillard seul, calme et beau, entouré d’un luxe inouï, — et je suis à vos genoux.

     Que j’aie réalisé tous vos souvenirs, — que je sois celle qui sait vous garrotter, — je vous étoufferai.

     Quand nous sommes très forts, — qui recule ? très gais, — qui tombe de ridicule ? Quand nous sommes très méchants, — que ferait-on de nous ?

     Parez-vous, dansez, riez. Je ne pourrai jamais envoyer l’Amour par la fenêtre.

     Ma camarade, mendiante, enfant monstre ! comme ça t’est égal, ces malheureuses et ces manœuvres, et mes embarras. Attache-toi à nous avec ta voix impossible, ta voix ! unique flatteur de ce vil désespoir.

     Une matinée couverte, en Juillet. Un goût de cendres vole dans l’air ; — une odeur de bois suant dans l’âtre, — les fleurs rouies, — le saccage des promenades, — la bruine des canaux par les champs, — pourquoi pas déjà les joujoux et l’encens ?

     J’ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d’or d’étoile à étoile, et je danse.

     Le haut étang fume continuellement. Quelle sorcière va se dresser sur le couchant blanc ? Quelles violettes frondaisons vont descendre ?

     Pendant que les fonds publics s’écoulent en fêtes de fraternité, il sonne une cloche de feu rose dans les nuages.

     Avivant un agréable goût d’encre de Chine, une poudre noire pleut doucement sur ma veillée.
 — Je baisse les feux du lustre, je me jette sur le lit, et, tourné du côté de l’ombre, je vous vois, mes filles ! mes reines !


Arthur Rimbaud, Phrases, Les Illuminations (1886), 

Arthur Rimbaud, 1854 - 1891, poète français
Les illuminations, 1886 ou illuminations, 1895, recueil de poèmes en prose et en vers libres, 1872 - 1875

Notre Dame de Paris

La tordue chante Aragon "La rose et le réséda"

Notre Dame de Paris, carte postale ans 1970
au dos de laquelle j'avais écrit des mots poème
en avril 1977

mercredi 17 avril 2019

Koffi a fait du tri

La saison 10 de la Cour de récré de JB tire à sa fin et pour l'avant dernière étape du tour de France des prénoms, je me pose un peu dans la Loire.

Koffi a passé toute sa vie
au centre de tri de Firminy.
Le département de la Loire
il connait les bourgs mais pas leur histoire.

Toute la semaine c'était l'défilé des enveloppes
et des codes postaux saperlope !
Tous les dimanche de temps beau,
Il allait les visiter à vélo.

Les robots les ont remplacé,
les smarphones les ont achevés.
Il prend sa retraite à la fin de l'année,
Décidé à quitter Ailleux avec Dulcinée.

Firminy et Ailleux, communes du département de la Loire (42) région Auvergne-Rhône-alpes, ancien comté du Forez rattaché au royaume de Bourgogne avant d'être rattaché par confiscation au royaume de France.

spécialités culinaires du Forez

Auvergne Livradois Forez, AOP du bleu d'Auvergne





les folkeux du grand couvert danse la bourrée des moissons en forez

Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB

samedi 13 avril 2019

Un trou énorme dans le ciel, de Jean-Pierre Luminet

A Emmanuelle, pour Quichottine et les siens

Une alerte actualité sur mon smartphone m'a fait l'annonce de la première image imminente d'un trou noir a affiché (par facétie ?) celle d'une galaxie ressemblant à un papillon


L'une de ces images qui disent d'un regard la connivence entre l'astrophysique la plus avancée et la poésie. Je sais bien peu de choses de l'univers, juste ce que j'en ai lu dans les ouvrages de Hubert Reeves (Patience dans l'azur ; Poussières d'étoiles) et de Jean-Pierre Luminet (Les trous noirs) tandis que je calais malgré sa volonté de vulgarisation (au sens noble) sur Une brève histoire du temps de Stephen Hawkins.
J'ai mis mes pensées beaucoup plus volontiers dans leurs écrits littéraires, Malicorne (qu'il m'arrive encore de relire) et L'heure de s'enivrer, l'univers a-t-il un sens ? de Hubert Reeves... et faisant résonance ce texte intime de Jean-Pierre Luminet paru en 2014, "Ce trou énorme dans le ciel".

[…] donnez-moi le temps de récupérer
c’est fatigant d’essayer d’être
normal tout le temps
être malheureux c’est mieux qu’être idiot
tout le monde me déteste
en secret
je pourrais avoir tout ce que je veux
j’aimerais rester seul
simplement dormir […]

[…] c’est quoi le silence
une sorte de tristesse
ou de peur peut-être
tout le monde a peur
de dire ce qu’il ne faut pas […]

[…] comment vas-tu bien merci
je n’y vois plus
personne ne peut nous renseigner
tout le monde est seul
on ne s’occupe pas des morts
après le coucher du soleil […]

[…] les journées seront longues
et les nuits […]

[…] ma vie toute entière s’est effondrée
personne n’a fait pression
vous savez de quoi je parle
les idées noires passent
j’ai décidé de rester […]

[…] mais en voyant le verre cassé
j’ai eu la nette impression
qu’il valait mieux ne rien dire
comme si rien n’était arrivé
il est tard je dois rentrer
il y a un trou énorme dans le ciel […]

[…] j’ai l’habitude de me sentir seul
et là je découvre la solitude plus profonde encore
alors chaque jour est important […]



A voir aussi 24 heures photo 2019 - 15 : trou noir homo luzensis

vendredi 12 avril 2019

Il était un grand navire

Pour la page 139 de l'Herbier de poésie

Ce soir-là était doublement un grand soir pour le moussaillon. Il venait de franchir pour la première fois la ligne invisible de l'équateur, le jour même de ses douze ans. Selon la tradition, les marins lui offriraient sa première pinte d'alcool fort et il monterait tout en haut du grand mât.

La mer démontée
se soulevait en montagnes
dans les rugissants.

Depuis qu'il avait embarqué, il s'y était accoutumé mais la tempête était si rude que l'ordinaire de son dîner avait fini par nourrir les poissons par-dessus le bastingage. après le déchaînement des vagues, le breuvage acheva de lui mettre la tête à l'envers. Mille fois il manqua de dévisser du mât avant d'atteindre la hune. Mille fois il dérapa encore en allant toujours plus haut.

Dans la nuit opaque
une nef illuminée
semblait le narguer

"Le Hollandais volant" cria la petite voix étranglée du sommet de la grand voile. En ces temps d'ignorance et de rites païens, la première cuite faisait l'homme. Le cri était parole d'homme, reprise par tout l'équipage. Nul doute que la forme mousseuse trouant la nuit ne pouvait être que le vaisseau fantôme. Les marins en convainquirent jusqu'au capitaine et son illustre passager.

D'un vaisseau d'écume
qui dansait dans les éclairs
surgit la légende.
©Jeanne Fadosi, jeudi 11 avril 2019
pour l'herbier de poésies 139
à découvrir le vendredi soir  ou le samedi
avec les autres brins sur la page 139 de L'Herbier

Louis M. Eilshemius, Le Hollandais Volant, 1908, huile sur bois, 58 x 63 cm, 
Whitney Museum of American Art, New York
illustration musicale :
Marin Marais (1656~1728)
《Alcyone》tragédie en musique, 1706, Tempête (Jordi Savall & Le Concert des Nations)

Une illustration qui me fait évidemment penser à la comptine « Il était un petit navire » mais plus encore à son pastiche trouvé consigné dans le cahier de chansons de mon père et dont j'ai repris les paroles sur mon blog : Il était un petit navire

mercredi 10 avril 2019

Les bonheurs de Lotte

Puisque la ronde des prénoms du mercredi va prendre la pause (je n'ai pas dit la pose !) fin avril, en attendant le rétablissement de sa gentille maicresse des récrés, mon tour de France passe encore par deux départements du sud-ouest, histoire d'avoir le temps de visiter tout l'hexagone.
Aujourd'hui donc, le Gers (32) et les Hautes-Pyrénées (65).

Le bonheur est dans le pré
pour Lotte
à Montaut

En cure à Argelès-Gazost
elle y soignait, Lotte,
ses jambes lourdes.

des paroles dans ses esgourdes
comme à Lourdes,
comme à Lourdes :

Le bonheur est dans le pré,
cours-y vite !
cours-y vite!

Le bonheur est dans le pré,
cours-y vite, il va filer.

Du vieux moulin à vent,
on lui vend,
on lui vend

De l'ancien et vieux moulin,
lui a vendu deux meules à grains.

Près de la motte,
tout là-haut,
tout là-haut,

Elle a bati sa maison
à Lotte
près de la Motte.

Le bonheur est dans le pré
pour Lotte sur la motte
Là-haut à Montaut.

Argelès-Gazost, commune du département des Hautes-Pyrénées, dans la région Occitanie, ancienne province de Gascogne
Les Thermes d'Argelès-Gazost
Montaut, commune du département du Gers, même région et province.
Spécialités culinaires du Gers et des Hautes-Pyrénées, voir Midi-Pyrénées

le rondeau "qui est à la Gascogne ce que la valse est à Vienne" en bien plus ancien

"Que parlaou at aoudets" - Mathieu Barès et Joan de NADAU
et si vous avez encore un peu de temps (~5 min) écoutez ce que dit 
Nadau de son pays avant de chanter le Saussat Clic --->

La liste des prénoms chez Jill Bill et Les liens du rassemblement
Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB






jeudi 4 avril 2019

Pour Emmanuelle ...

... et Quichottine et les siens : son compagnon de toujours, ses enfants, ses petits enfants ...

"On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux"
Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, 1943

La Terre est arbre, de Jeanne Fadosi

Durgalola à la barre du défi n°218 des CROQUEURS DE MOTS nous proposant de nous mettre dans la pensée d'un arbre, donne comme consigne :
Deuxième jeudi en poésie : un poème relatif aux arbres

NB : en complément pour jeudi dernier, parce que mardi et mercredi deux commentaires anonymes en anglais m'ont rappelé ce billet du 15 novembre 2018 :

Pourquoi écrire un poème
France Inter, émission boomerang, 12 novembre 2018
(poème à partir de la minute 27)

Cécile Coulon, née en 1990, romancière, nouvelliste et poétesse

La semaine dernière, je partageais avec vous un poème de Jill Bill écrit pour l'arbre de Jamadrou et L'Herbier de poésie. C'est pour ce même jeu d'écriture que j'ai écrit ce calligramme.  Lundi je me suis amusée avec les couleurs :


"Les mots ne mentent pas"
"la terre est bleue" dit Eluard
Que disent les images ?

Le dessin ne ment pas
l'arbre a la couleur du monde
en cercle imparfait

Racines
et branches nues
Arbre et terre en symbiose
se nourrissent les uns des autres
des feuilles mortelles et de l'humus.
Et coule l'eau, souffle le vent, tourne,
tourne la terre en éphémère équilibre.
Tout au bout de la chaîne du vivant
le bras humain du bûcheron hésite,
retient de sa main le manche
de la cognée d'acier blanc
de nos destins.

©Jeanne Fadosi, mercredi 6 décembre 2017
à découvrir avec les autres brins sur la page 94 de L'Herbier






mercredi 3 avril 2019

Trésor de Champdor

En roue libre mon tour de France des prénoms du mercredi, même si maicresse Jill est bien rentrée. Elle fera pour sa santé la cour de récré buissonnière. Prends soin de toi c'est l'essentiel !

pour conjurer le sort
d'être né à Montmort
ses parents qui l'adorent
l'ont prénommé Trésor.

Devenu grand et fort
Il pensa à habiter le Trégor
ou le Périgord.
Trop loin encore !

Dans le département voisin
de L'Ain,
il a choisi Champdor
et son blason aux blés d'or.


en séquence nostalgie, souvenir de dimanches 
où papa et maman chantaient en chœur

Montmort, commune du département de Saône et Loire, région Bourgogne Franche-Comté
Le Trégor est l'une des 9 anciennes provinces de Bretagne
Le Périgord est un ancien comté correspondant approximativement au département de la Dordogne avec un petit bout du Lot
Champdor ancienne commune du département de l'Ain, région Auvergne-Rhône-Alpes qui est devenue Champdor-Corcelles en fusionnant le 1er janvier 2016.


La liste des prénoms chez Jill Bill et Les liens du rassemblement
Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB


lundi 1 avril 2019

Défi n°218 la légende de l'arbre

Durgalola à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°218 nous propose ceci :
Imaginez que vous êtes un arbre (chêne, bananier, charme, ce que vous préférez)
et racontez votre histoire en une trentaine de lignes.
Au début de votre texte, vous insérerez une citation ou un proverbe relatif à un arbre.
Si l'arbre que je fais parler et les anecdotes récentes  ci-dessous sont vraies, sa naissance et ses premiers mois  sont nés de mon imagination. Le chalet existe bien toujours dans le lieu où je suis née.