Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 14 octobre 2022

Danser la vie

Réédition pour  Le nid des mots de abécé   pour octobre : Invitation à la danse

Désolée pour le retard, j'avais oublié de mettre la pendule du brouillon à l'heure !

Le nid des mots de abécé

en écho à Annie Ernaux pour "sauver le petit bal... "1, aux arbres2 avec qui l'on devrait danser au chant du vent, à la vie, la vie précieuse et dérisoire3 ..., joyeuse et généreuse4

et en prolongement de mon billet précédent Fadosi continue: Abécédaire du monde d'après : V comme Vie et vivre


En robe blanche
Bras ouverts mains offertes
Sur l'esquisse d'un sourire

En robe noire
visage crispé sur son chagrin
Résignée mains jointes

En robe rouge
dans la danse vaille que vaille
dans l'instant plus que présent
©Jeanne Fadosi, 14  et 17 juillet  2016
pour l'herbier de poésie 49

image de ABC pour le nid des mots d'octobre

près de chez moi









En lien quelques uns de mes textes à propos de la danse


et pour sourire avec une autre Marine
4Fadosi continue: Marine dansait aussi


J'en ai encore d'autres et l'envie d'en faire une autre danse de la vie (à suivre : Fadosi continue: Danser encore et encore)

6 commentaires:

  1. Il est vrai que la vie passe par tant de coloris, celle de la joie, du chagrin, etc... merci Jeanne, bises

    RépondreSupprimer
  2. Dans la danse, de la vie et des saisons en union poétique de ce jour d'automne... Merci ! (ton lien est rajouté)

    RépondreSupprimer
  3. Rouge pour terminer (je l'aurais pensé au commencement, le sang qui pulse, la vie qui gicle avec l'enfant qui paraît). J'aime ce rouge en final, la vie qui toujours s'exprime, j'y vois une volonté de vivre à fond l'instant présent, expression d'un espoir induré au plus profond du cœur. Et ce blanc, la main pure, comme une marguerite au cœur d'or, un bonheur pourtant sous-tendu du noir de l'absence qui accompagne tout chemin d'humain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ton observation m'interpelle. Je me souviens maintenant que j'avais hésité sur l'ordre des tercets ...

      Supprimer
    2. Je crois qu'il faut que tu respecte l'idée qui t'a fait choisir cet ordre là, il contient quelque chose de précieux pour toi, à comprendre peut-être, et respecter.

      Supprimer
  4. Bonjour Jeanne, belle façon de danser au rythme de ces couleurs saisonnières de ces instants de vie. Bravo ! Bises♥

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Certains rencontrent des difficultés à renseigner leurs liens : vous pouvez signer votre commentaire de votre nom ou pseudo, merci
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.