Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

mercredi 24 juin 2020

Vers leurs terres avec Philibert

Ça y est les ami(e)s , leurs dossiers de rapatriement sont bouclés, les visas viennent d'arriver avec des cahiers des protocoles gros comme des bottins. Ils sont tristes car bientôt ils seront séparés et tous se sont promis de rester en contact. Respecteront-ils leur promesse ? 
Pour le moment, ils vont faire un premier bout de chemin ensemble car Philibert, un aviateur émérite et son co-pilote viennent en avion sanitaire les conduire vers leur première étape en plein milieu de nulle part sur une île de l'océan indien où les autorités de leurs pays respectifs se sont mis d'accord pour les y mettre ... en quarantaine. Enfin devrait-on dire quatorzaine ? Il a été convenu qu'ils y resteraient plutôt trois semaines. Plages, palmiers et farniente ... Pas de quoi se lamenter.

Et pour éviter d'avoir à répéter inlassablement leur périples au différentes autorités qu'ils vont être amenés à voir après tant de mois d'ermitage, on leur a suggéré d'en faire un récapitulatif.
 
Bosco  et Dévote se demandent comment il va réapprendre à vivre en Italie du nord auprès du Lac Majeur. Il sait que certaines de ses connaissances ont eu le covid-19 plus ou moins gravement et la maison de retraite où son aïeule s'était doucement éteinte l'année précédente a été durement affectée par des décès dans l'isolement.

Sol, trouvée sur le pas de porte d'un monastère autrichien se demande dans quel état elle va retrouver son pays d'adoption et si il va pouvoir reprendre ses recherches sur ses origines.

Joyeuse pense à ses rencontres de l'automne à Anvers et n'a finalement eu que fort peu de nouvelles de la Belgique.

Anus, n'a guère envie de rentrer en Allemagne vu les nouvelles inquiétantes

Les scandinaves de la bande sont moins inquiets, même si on risque de leur demander une nouvelle quarantaine à leur arrivée. Le retour de Vlada est vu avec méfiance car le nord du Danemark, isolé très tôt a été épargné jusqu'à maintenant et a envie de le rester. Edur rentrera directement en Suède, peu confinée mais ayant profité des mesures de ses voisins. Il avait pourtant souhaité faire un crochet par la terre basque de ses lointains ancêtres. Klaus rejoindra aussi vite que possible son village de père noël, soucieux des conséquences du coronavirus sur ses affaires et pensant déjà à investir la Toile pour captiver les petits. Agenor rentrera avec prudence également dans sa Laponie retrouver des habitudes séculaires et inquiet autant par les menaces climatiques que par la pandémie. Il n'a plus envie de faire le guide pour touristes et de toutes façons, y aura-t-il des touristes ?
Vicky rentre de même aux Îles Lofoten plus isolées en tranquilles que la grande ville de Narvik où l'attend pourtant Tabatha sa colocataire. De même Roman préfère prendre ses quartiers dans le village des ses ancêtres Saami craignant la foule et les va-et-vient de la capitale Helsinski. Quant à Aubrée, la fille de Klaus, elle préfère rentrer à Helsinki où elle a envie de faire des études médicales.

Mildred, quant à elle, va retourner dans son Canada, où les mœurs et les lois ont semble-t-il permis de contrôler la pandémie. Elle s'inquiète cependant pour les peuples premiers, inuits et amérindiens. Elle ne pourra pas rejoindre son île de Terre-Neuve du moins avant d'avoir suivi une nouvelle période drastique de confinement. Les Îles se protègent aisément mais aussi vigoureusement car une épidémie y poserait de graves problèmes.

Quant à Martial, l'hydrologue, il est resté dans ses steppes de l'Asie centrale et continue son travail scientifique dans de grands espaces. Depuis des mois, chaque voyageur est considéré avec méfiance sur leur camp et mis en quarantaine. Jusqu'à présent, son équipe a évité la contamination et de toutes façons au printemps les visites se sont faites bien rares.

Jao est resté sur ses hautes montagnes de l'Asie, a pris Césaire l'apatride sous son aile et Vanille a fini par les rejoindre et se sent si bien loin du monde qu'elle n'a pas envie de rentrer à Manille, durement touchée aussi lui a-t-on dit par le Covid bien que ce soit fort peu médiatisé. Là-haut les liaisons satellites sont difficiles et elle reste longtemps sans nouvelles de sa famille. Elle est quand elle le peut en lien avec Rina, bloquée à Katmandou et avec qui elle se sent de nombreuses conivences.

Chrysole , Vivant et Brune sont rentrés à New Delhi où leur situation leur permet de supporter au mieux cette tragédie qui impacte terriblement ce pays si peuplé à la population ou très pauvre pour la plupart ou très riche.

Saint Gervais Cannobio : rencontre avec Bosco


Cannobio Bönigen avec Bosco et Dévote


Bönigen Salzbourg avec Sol


Salzbourg Anvers à l'invitation de Joyeuse

Brême - Aarhus

d'est en ouest au nord du danemark

Frederikshavn - Göteborg (Suède)


Göteborg - Bergen (Norvège)

Bergen - Trondheim en ferry


Bode - Lofoten

localisation actuelle des Saami

de Narvik au village du père Noël

Helsinski - Saint-Petersbourg

Saint-Petersbourg - Moscou

Moscou - Mer d'Aral

Mer d'Aral - Boukhara

Boukhara - Samarcande

Samarcande à Karakol

treks au Kirghizistan

Aéroport international de Manas - New Delhi

Delhi - Jaipur


leur dernier circuit dans le désert du nord ouest de l'Inde
avant leur confinement dans leur ashram éco-touristique

Non vous ne saurez pas où il se trouve, la qualité de vie y dépend du petit nombre et de la motivation des gens qui y arrivent, même si notre équipe ne l'a pas choisi au départ. Il existe un petit nombre d'ermitages à l'équilibre fragile et leurs tenanciers savent trop ce qu'il advient quand un lieu devient mondialement connu comme Auroville dans le sud-est de l'Inde.
Une destination qu'ils avaient plus ou moins envie de visiter et qui restera parmi leurs rêves.

Retrouvez sur son blog la liste des prénoms chez Jill Bill
et peut-être, les liens du rassemblement si Jill Bill le peut. On ne t'en voudra pas si tu ne fais pas ce suivi. Priorité à ta santé !
J'essaierai de tenir à peu près à jour Mes prénoms saison 11

Mes prénoms du mercredi saison1 dansaient à la guinguette de la Récréa-bigornette,
et ceux de La cour de récré de JB avec mes participations aux Prénoms du mercredi :
saison 2 ; saison 3 ; saison 4 ; saison 5 ; saison 6 ; saison 7 ; saison 8 ; saison 9 ; saison 10

Si vous voulez connaître la genèse de cette aventure ludique, Bigornette, Présidente d'honneur de La cour de récré de JB pour avoir créé les prénoms du mercredi,  s'en expliquait ICI.

9 commentaires:

  1. Bonsoir élève Jeanne... chacun ira là ou passera le mieux cet été, sur son sol ou pas, mais le covid-19 nous donnera encore des sueurs, car il n'a pas fini de faire parler de lui le bougre insistant !! Philibert sois le bienvenu à la cour de récré, MERCI à toi, bises de m'dame JB et bonnes vacances zen @+

    ( Juillet août en pontillés Jeanne, me fait opérer d'un genou le 3-7, l'autre suivant plus tard... ) Je programmerai les prénoms suivants sur mon blog, j'espère y répondre en septembre ,-) )

    RépondreSupprimer
  2. Bravo, Jeanne !!! La boucle et bouclée et c'est super ! Quelle magnifique randonnée, tu nous as offert tout au long de cette année ! Merci pour cela ! Bon mercredi ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  3. Ils ont vécu une expérience qui les a changés, des amitiés sont nées. Cela me fait penser à un excellent reportage que j'ai vu sur M6 zone interdite des passagers d'un paquebot de croisière, un géant des mers faisaient le tour du monde qui a été interrompu par la covid. Ils sont restés 40 jours en mer sans pouvoir faire d'escale. Aucun n'avait attrapé le virus ils étaient les seuls au monde à faire la fête. Des amitiés solides sont nées. Ils se sont quittés à regret en débarquant à Marseille. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela a dû être flippant pour la croisière qui ne devait plus s'amuser du tout et Ils ont eu de la chance. Le coronavirus ne s'était pas invité ! bises

      Supprimer
  4. C'est la fin du voyage et chacun rentre chez soi (presque tous ) avec des souvenirs plein la tête . C'était une belle aventure malgré les aléas de l'actualité. Bise

    RépondreSupprimer
  5. Une fin heureuse pour un vrai périple qui se clôturera par un beau livre d'aventure, la leur qui restera unique dans les annales de la cour de récré...

    RépondreSupprimer
  6. J'ai beaucoup aimé suivre ton histoire même si j'ai raté des épisodes et la fin et une apothéose bravo un superbe travail. Bisous

    RépondreSupprimer
  7. Merci Jeanne pour cette chronique de voyage que tu as tenue régulièrement avec les prénoms de la cour de récré . La quarantaine ne devrait pas être trop pénible pour ce groupe. Espérons qu'ils puissent tous rester en contact .
    Bonne fin de journée Jeanne
    Bises

    RépondreSupprimer
  8. Un retour chez soi attendu avec impatience, même si tout n'y sera pas rose.
    Merci pour les voyageurs.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.