Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 18 juin 2020

Abécédaire du CroqCovid, H comme habitude et habituation

La première raison de la servitude volontaire, c'est l'habitude

Un être qui s'habitue à tout, voilà je pense, la meilleure définition qu'on puisse donner à l'homme

Ce matin, j'ai fait le tri dans les journaux de papier que j'ai continué à recevoir grâce à la poste ou que j'ai acheté en allant faire mes courses de première nécessité. Je reviendrai sur leurs unes et leurs sommaires dans l'avant "confinement" et depuis.
Pour l'instant je vais juste m'arrêter sur cet étonnant bouleversement des habitudes et sur la rapidité de notre habituation et de la docilité de beaucoup à cette assignation à résidence.
Le point de départ de ma réflexion était plutôt le processus accéléré d'habituation,  ce qui conduit à l'habitude, à l'accoutumance et à la diminution des réactions et non l'habitude elle-même.


Mais trouver un poème à partager sur ce mot ?

On évoque en ce moment beaucoup Albert Camus, du moins pour ses deux romans les plus célèbres, La peste et L'étranger. En écoutant l'auteur lire des extraits de ce dernier, je pensais à Hannah Arendt et à La banalité du mal. Je pensais plutôt à cette phrase prononcée par la mère dans sa pièce de théâtre Le malentendu représentée pour la première fois en 1944 :

"L'habitude commence la deuxième fois"
Albert Camus, Le malentendu, 1944

L'habitude est une manière usuelle d'être, de sentir et/ou de faire qui permet l'économie de la pensée.
Elle n'est pas bonne ou mauvaise en soi et elle est même fort utile quand elle est le résultat des apprentissages vitaux que sont la marche et le langage.

L’HABITUDE
La goutte d’eau de l’Habitude
Corrode notre liberté
Et met sur notre volonté
La rouille de la servitude.

Elle infiltre une quiétude
Pleine d’incuriosité :
La goutte d’eau de l’Habitude
Corrode notre liberté.

Qui donc fertilise l’étude
Et fait croupir l’oisiveté ?
Qui donc endort l’adversité
Et moisit la béatitude ?
La goutte d’eau de l’Habitude ! —

Maurice Rollinat, Les Âmes
Les Névroses, Fasquelle, 1917 (p. 40).


Maurice Rollinat, 1846 - 1903, poète et musicien français

Vous connaissez la fable de la grenouille ?

« Il n’est pas dépourvu d’importance que nous soyons presque toujours inconscients de la tendance de nos changements d’état.

Une fable quasi-scientifique raconte que, si vous arrivez à faire asseoir tranquillement une grenouille dans une casserole contenant de l’eau froide et que vous augmentez la température très lentement et progressivement, de manière qu’aucun moment ne soit marqué comme celui où elle devrait bondir dehors, eh bien, elle ne sautera jamais. Elle cuira.

L’espèce humaine, qui change son propre environnement en augmentant progressivement la pollution et se dégrade l’esprit en détériorant lentement la religion, l’éducation, se trouve-t-elle assise dans une telle casserole ? »

Gregory Bateson, « La Nature et la Pensée » (1979)

Je m'étais entre-temps souvenue que j'avais lu cet essai philosophique dans les années 1980 et que même je l'avais proposé au professeur de philosophie de mes élèves qui leur faisait étudier Hannah Arendt. Il me l'avait rendu en me disant que c'était trop compliqué pour eux. Je n'ai pas cherché à argumenter. Il avait sa logique et ses habitudes. C'était trop tôt, c'est encore trop tôt.
Peut-être parce que Hannah Arendt disait ils et que même cela était encore difficile. Alors si on se mettait à dire nous ...

5 commentaires:

  1. Nous avons tous des habitudes,voire des manies, et depuis mars on a dû changer nos modes de vie, habitudes et... manies ! On s'y fait, mais c'est bon de se retrouver sans obligations tout de même ! Merci Jeanne, bises

    RépondreSupprimer
  2. Très intéressant écrit philosophique sur les habitudes qui sonht pour beaucoup rzssurantes. Je ne philosopherai pas plus loin car je n'en ai pas l'habitude et je n'aime pas trop. Bisous

    RépondreSupprimer
  3. Belle dissertation philosophique qui va me trotter dans la tête avant de rejoindre les bras de Morphée, en y ayant pris mes louzous !
    Un petit message copié-collé :
    Bien arrivée dans mon île, sans flotte, alors que sur la route, ce n'était pas la joie.
    J'ai retrouvé mes repères, en galérant pour la remise en eau de la maison, le branchement de la batterie de la super 5, quelques courses, et la chasse aux araignées et aux cloportes.. beurk, beurk....
    Demain sera un autre jour pour passer la serpillière et aller à la rencontre de mes amis "zanimaux".
    Bises et bonne soirée

    RépondreSupprimer
  4. Ah ! Les habitudes, on y tient beaucoup et beaucoup trop parfois et, pourtant l'obligation d'un changement est souvent si bon ! Vérification faite, on en est pas malheureux (ses) pour autant.
    Bonne fin de semaine Jeanne,
    Bises♥

    RépondreSupprimer
  5. La situation actuelle a tout bouleversé... même mon rapport au blog, je dois l'avouer.
    Un grand merci pour tes pages de l'abécédaire.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Certains rencontrent des difficultés à renseigner leurs liens : vous pouvez signer votre commentaire de votre nom ou pseudo, merci
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.