Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 15 décembre 2016

Vivre !

Dômi à la barre du défi n°176 des CROQUEURS DE MOTS dernier ne l'année nous murmure à l'oreille :
" j’aimerais que vous redonniez un peu de magie
A ceux pour qui cette fête de Noël a perdu tout son sens."

Voilà une demande bien difficile Dômi, alors pardon pour ces mots pas drôles pianotés comme une poésie de l'instant après avoir revisité la page de vœux que j'avais fait pour cette année


Les rêves
Comme les coquilles
sont fragiles

Quand la vie, toute vie
est pilonnée
massacrée
négligée
méprisée
abandonnée

que peut-il rester d'espoir ?
Quelle parole de réconfort ?

Une prière dérisoire,
une infinie lassitude.

Redonner une étincelle de soufle
à ceux qui ont tout perdu
redonner du sens à la vie
semer de la poudre de magie ...

L'obsolescence est programmée,
ma baguette en panne

Pourtant 
en mon coeur une toute petite voix,
au fond de mes pupilles une toute petite lueur
disent et écrivent
même plus "Espoir"
simplement "Vivre !"

L'âme et le corps tendus
vers un futur mature
où ces mots d'évidence
devenus dive transparence
effaceraient ce temps
du danger de les marteler
ces mots aspirés
par un trou noir
pour quel temps ? provisoire,

Liberté de penser,
Liberté d'exister.
Jeanne Fadosi, mardi 13 décembre 2016,
modifié jeudi 15 décembre, 22h42


Je dédie ce poème à la population d'Alep, survivant là-bas ou ailleurs, et à la population de Palmyre, l'oubliée de ces derniers jours.

Le billet de Nicole Ferroni (à écouter jusqu'au bout) qui ce mercredi matin 14 décembre de la chute d'Alep n'a pas essayé de remplir son contrat de faire rire.

10 commentaires:

  1. Je n'aime pas Noël et suis bien incapable aussi d'en écrire la magie. J"aime ton poème même si je vis en conservant l"espoir. Je ne veux pas survivre.

    RépondreSupprimer
  2. Tout homme est en droit d'avoir sa place au soleil, mais de nombreuses causes font que... hélas, merci Jeanne, bises

    RépondreSupprimer
  3. Le rire n'est pas toujours possible, l'émotion si.
    Merci pour ton poème, Jeanne.
    Il est très beau.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Jeanne,
    Un poème magnifique, cette fin d'année est absolument catastrophique. Noël ne sera pour beaucoup qu'une suite
    de calamité, le monde est fou, où allons nous?
    Bises très amicales.
    Henri.

    RépondreSupprimer
  5. Un Noël sans trêve, est comme une nuit sans étoile...

    RépondreSupprimer
  6. Un magnifique poème Jeanne. Beaucoup d'émotion !
    Bises et bon jeudi

    RépondreSupprimer
  7. Très beau poème.
    Je ressens la même chose que toi Jeanne.
    Beaucoup d'émotion à te lire
    Bises

    RépondreSupprimer
  8. Nous sommes sur la même longueur d'onde Jeanne, je suis effondrée devant les images qu'on nous montre à la télé, j'ai bien du mal à penser festivités, voilà pourquoi mon Noël se fera en famille en toute simplicité. Merci pour ton partage.
    Bisous.
    Domi.

    RépondreSupprimer
  9. vraiment très beau, Jeanne, et terrible

    RépondreSupprimer
  10. Un hymne à la vie vibrant et émouvant

    RépondreSupprimer