Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 22 décembre 2016

Le merle, de Théophile Gautier

Dômi à la barre du défi n°176 des CROQUEURS DE MOTS dernier de l'année nous murmure à l'oreille :
" j’aimerais que vous redonniez un peu de magie
A ceux pour qui cette fête de Noël a perdu tout son sens."

Une injonction qui m'a semblé bien difficile à satisfaire. Heureusement le lien d'une vidéo m'est parvenu le soir où j'ai découvert la consigne, accompagné de ces quelques mots

"Un moment de douceur, pour tous."

Un moment de pure poésie aussi, sans les mots. Directement accessible sans la barrière de la langue.
(sauf que je ne suis pas sûre que vous pourrez l'ouvrir et je vous prie d'avance de m'en excuser si c'est le cas : la barrière de la technique et/ou de la captation des droits d'auteurs par les producteurs sera-t-elle la plus forte ?)

Pour accompagner cette vidéo, j'avais, un peu par paresse, l'idée de vous renvoyer à la poésie choisie du jeudi d'avant noël 2014 Noël pour les petits oiseaux (1) mais une fois de plus  (même si ce Noël naïf est une de mes madeleines d'enfance) !!!. Alors j'ai repris ma quête avec "oiseaux, hiver, poème". Pas de magie dans des vers souvent magnifiques et cruels, au mieux les oiseaux se cachent pour mourir, au pire, ils doivent mourir. Terrible métaphore de mon Noël d'enfance Clic --->, Clic ---> (2)

Je viens de découvrir Le merle, de Théophile Gautier, un poème de saison, qui donne davantage à réfléchir que le Noël de mon enfance.

Le merle
Un oiseau siffle dans les branches
Et sautille gai, plein d'espoir,
Sur les herbes, de givre blanches,
En bottes jaunes, en frac noir.
C'est un merle, chanteur crédule,
Ignorant du calendrier,
Qui rêve soleil, et module
L'hymne d'avril en février.
Pourtant il vente, il pleut à verse ;
L'Arve jaunit le Rhône bleu,
Et le salon, tendu de perse,
Tient tous ses hôtes près du feu.
Les monts sur l'épaule ont l'hermine,
Comme des magistrats siégeant.
Leur blanc tribunal examine
Un cas d'hiver se prolongeant.
Lustrant son aile qu'il essuie,
L'oiseau persiste en sa chanson,
Malgré neige, brouillard et pluie,
Il croit à la jeune saison.
Il gronde l'aube paresseuse
De rester au lit si longtemps
Et, gourmandant la fleur frileuse,
Met en demeure le printemps.
Il voit le jour derrière l'ombre,
Tel un croyant, dans le saint lieu,
L'autel désert, sous la nef sombre,
Avec sa foi voit toujours Dieu.
A la nature il se confie,
Car son instinct pressent la loi.
Qui rit de ta philosophie,
Beau merle, est moins sage que toi !
Théophile Gautier, Recueil : Émaux et Camées (1852)..

Théophile Gautier (1811-1872), poète, romancier et critique d'art français

source Les jardins de Den' Clic
(1) Le partage des connaissances, c'est ce que permet Internet. Quand j'avais mis en ligne ce chant de noël, je n'avais rien trouvé sur le chant favori de mon père "Trois anges sont venus ce soir". Ai-je vérifié en 2014, je ne sais. Cette fois-ci j'en ai même retrouvé les paroles

(2) pour les 10 ans des Enfants du canal le 21 décembre 2016, France Inter a organisé une journée spéciale autour du mal logement

8 commentaires:

  1. Difficile période pour la gent ailée, survivre il faut... rien de poétique pour eux, merci Jeanne, quel chance d'avoir, nous, un toit, bises

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Jeanne,
    Quel beau cadeau tu nous fait avec ce délicieux Pixar que je ne connaissais pas. Un belle apprentissage de vie et quelle leçon pour les aînés.
    Merci également pour le rappel des magnifiques vers de Théophile Gautier. Passe de joyeuses fêtes de Noël ma douce amie.
    Bises et bon jeudi

    RépondreSupprimer
  3. Comme j'aime la chute "Qui rit de ta philosophie,
    Beau merle, est moins sage que toi !"
    Tentons d'être heureux et de rendre heureux, même si ce ne sont que nos rêves qui nous guident...
    Merci Jeanne pour cette belle page.
    Bonne journée,
    eMmA

    RépondreSupprimer
  4. Le poème est très beau. Je ne peux voir les vidéos sur mon mobile. Bon jeudi

    RépondreSupprimer
  5. Je découvre ce poème... merci, Jeanne.
    Tu as raison, Internet a permis le partage de connaissances... à une échelle incroyable.
    Dommage que certains l'utilisent à d'autres fins et qu'il faille souvent se méfier de ce qu'on lit.
    Merci pour tes recherches toujours intéressantes.
    Bisous et douce journée.

    RépondreSupprimer
  6. Un vrai délice cette vidéo!!! Merci Jeanne pour ce joli partage.
    Bisous et à très bientôt.
    Domi.

    RépondreSupprimer
  7. Maman connaissait tres bien cette chanson et nous l'entonnions tous à chaque repas de Noël où toute la famille était réunie . Aujourd'hui mes deux oncles et maman ont rejoint les cieux et j'écoute cette chanson avec beaucoup d'émotion , merci .Superbe film d'animation merci aussi .
    Bisous

    RépondreSupprimer