Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 17 novembre 2017

Visage, visages

Pour la page 91 de l'Herbier de poésies sur une image proposée par Adamante


L'eau bleue sur le sable
dessine le visage
d'une antique statue maya

Elle a le profil égyptien
au pays d'autres pyramides
le front bombé
l'oeil amusé ou las.

Que dit-elle si fort ?
est-ce son souffle
ou sa colère ?

la mouche en coeur
insolante
sur son nez
l'agace.

Un minuscule papillon blanc
de ses ailes froisse
sa matière grise.
Là siège non seulement les limbes de la raison mais aussi toutes les émotions, le berceau des sentiments, l'origine du vivre ensemble.
©Jeanne Fadosi, mercredi 15 novembre 2017
à découvrir avec les autres brins sur la page 91 de L'Herbier

image pour l'herbier 91, sans titre

Exposition "Maya de l'aube au crépuscule",
Musée du Quai Branly 2011



13 commentaires:

  1. Bien joué Jeanne, ton oeil en vu des choses...avec du recul je le vois, ce visage... ;-) merci, jill

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je n'ai vu que lui d'abord et tu y as vu tous les visages du monde disparu merci à toi

      Supprimer
  2. Bravo Jeanne ! Excellente interprétation de l'image ! Bon vendredi ! Bises♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un regard qui s'est imposé à moi. Impossible alors d'y voir autre chose

      Supprimer
  3. Très belle et poétique interprétation que j'aime beaucoup. Bon week-end et à lundi.

    RépondreSupprimer
  4. ...et je ne vois plus que l'antique statue Maya et le minuscule papillon blanc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cette vision s'est imposée, obsessionnelle
      le papillon blanc a pris son temps et les mots ont buté sur cette matière sous nos crânes mais je n'en ai pas trouvé d'autres alors qu'en écrivant ce commentaire, ils viennent tout seuls
      "la matière sous son crâne" ce serait mieux que "sa matière grise" il me semble.

      Supprimer
  5. bonjour Jeanne-
    le visage oui un peu en agrandissant la photo -
    ce n'est pas flagrant pour moi- oups-
    une belle participation poétique--- tu en as vu des choses --
    j'aime beaucoup cette ancienne statuette inca !! elle a de l'âge !
    bonne continuation - bisous-

    RépondreSupprimer
  6. Je n'arrive pas vraiment à capter ce visage qui s'est imposé à toi, probablement parce que ma première sensation a été toute autre. Cependant j'aime ton texte et j'essaie de le lire sur l'image...

    RépondreSupprimer
  7. Effectivement, on voit un visage avec la bouche ouverte.Je vois même ce qui ressemble à un bras tout près à gauche . J'aime bien ton joli poème . Bon week end

    RépondreSupprimer
  8. Une tres belle interprétation de l'image , tout un monde qui s'offre à nous .
    Bravo
    Bonne journée
    Bises

    RépondreSupprimer
  9. Je l'ai cherché ce visage et je n'ai vu que les traces grises et bleutées d'une colère démesurée, de celles qui peuvent voler une vie .
    Il est préférable de rêver sur la poésie et la grâce de la statue Maya et du minuscule papillon blanc !

    RépondreSupprimer
  10. Tu as l'oeil... et beaucoup de mémoire. J'adore les rapprochements que tu fais.
    Merci pour cette page, Jeanne.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.