Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 24 novembre 2017

"Poussières d'étoiles"*

Pour la page 92 de l'Herbier de poésies sur une image proposée par Adamante

Laisser s'envoler les idées parasites.Tout doucement fermer les yeux, puis les ouvrir et les laisser peu à peu apprivoiser la nuit. Elle est rarement tout à fait noire.
La voûte étoilée
soulève un coin de son voile
et de l'espace-temps.

Tant de ses poussières
s'offrent à combien de regards
dans le même instant ?
Des poussières, mortes depuis combien de siècles avant que la lumière ne les fasse parvenir dans la banlieue de la terre ? 
Observer le ciel.
Extase de l'immensité !

Et nos vies,
nos vies minuscules.

©Jeanne Fadosi, mercredi 22 novembre 2017
à découvrir avec les autres brins sur la ou les pages 92 de L'Herbier

une image, aléatoire ou œuvre d'art ? 

* Titre emprunté à l'un des premiers livres pour le grand public de l'astro-physicien Hubert Reeves, Poussières d'étoiles, 1984

12 commentaires:

  1. Je vins de découvrir chez Adamante que c'est une photo céleste... Oui Jeanne de jour comme de nuit, plus encore, c'est magique, la preuve ! Merci, bises

    RépondreSupprimer
  2. Bravo vraiment très beau sur un tableau tellement sombre et désespéré. Beau week et à lundi.

    RépondreSupprimer
  3. Fascinant, tout comme cette récente info concernant Oumuamua, cet astéroïde venu d'un autre système solaire et observé par des scientifiques de la NASA.
    Tu as joliment mis cette image énigmatique en mots.
    Bonne journée à toi, à tous.
    eMmA

    RépondreSupprimer
  4. "Poussière, tu n'es que poussière ..."

    RépondreSupprimer
  5. Nous savoir microscopiques face à l'univers, savoir regarder, admirer et trouver sa place sans casser, l'homme a une lourde tâche malgré sa petitesse....

    RépondreSupprimer
  6. L'image est magique et j'aime énormément ton poème.
    Merci pour ce partage.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
  7. Notre ciel, cet inconnu où chacun peut projeter ses rêves, ses angoisses, ses interrogations et nous, si petits devant l'immensité, nous espérons encore !

    RépondreSupprimer
  8. Oh ! Que tes mots sont superbes, Jeanne en accompagnement de cette photo ! Mille bravos ! Bonne poursuite de ce vendredi ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  9. L'immensité du ciel m' aide à me remettre à ma place.

    RépondreSupprimer
  10. C'est vrai nos vies sont minuscules, Jeanne, mis aussi la nuit est rarement tout à fait noire...
    Merci et bisous

    RépondreSupprimer
  11. Bravo pour cette interprétation poétique , loin de nous faire plonger dans le noir elle nous éclaire .
    Bonne soirée
    bisous

    RépondreSupprimer