Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

mercredi 15 novembre 2017

la corneille de Saint-Corneille

Pour ce prénom du mercredi qui porte le nom d'un oiseau, je renouerai avec le fil conducteur de la récré à Bigornette tout en faisant étape dans une province de France riche d'Histoire. la grande, pas toujours reluisante et plus précisément à Compiègne, ville impériale et dans la clairière de Rethondes.


Corneille
sur sa corniche de pierre
veille 
sur les livres de Pierre
les vers du grand Corneille
que tiraille la vengeance
"Rodrigue as-tu du coeur ?"
A quelques encablures d'ailes
corneille s'envole
et veille
sur l'espoir de la paix
restée depuis en chantier.

Le wagon
symbole d'affront
à la mémoire assassinée
par un excité au bras levé
disant venger
son (?) pays humilié
et par un maréchal effondré
ayant perdu sa dignité
et sa liberté de penser.
"Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie !
N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?
Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers
Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ?"
un vingt-deux juin quarante
la signature infâmante
d'un vieillard sans états d'âme
pour le diable vendait son âme
livrant la France à des vainqueurs
menés par un dictateur
mettant l'Europe aux abois
à sa botte au pas de l'oie.

le wagon est redevenu musée 
en même temps que mémorial
immémorial
pour ne jamais oublier

Compiègne depuis la bibliothèque Saint Corneille

* Le Cid, tragi-comédie, 1637 (puis tragédie dans sa version définitive, 1661) célèbre de Pierre Corneille, 
Pierre Corneille, dit "le Grand Corneille", 1606 - 1684, dramaturge et poète français
Compiègne, sous-préfecture du département de l'Oise (60), région Hauts de France, ancienne province de l'Isle de France, à la limite des pays du Valois et du Soissonnais
Abbaye Saint-Corneille de Compiègne. après restauration, elle abrite depuis 2007 la bibliothèque Saint-Corneille, l'une des trois bibliothèques municipales de Compiègne.
La clairière de l'armistice ou clairière de Rethondes, clairière ou se situait le wagon dans lequel ont été signés les armistices du 11 novembre 1918 et du 22 juin 1940

pour ne pas perdre nos habitudes gourmandes : quelques spécialités culinaires de l'Oise


17 commentaires:

  1. Bonjour élève Jeanne, ah de biens tristes heures que celles des années de guerre, front pour les hommes et les femmes livrées à elles-mêmes... à tout cela qu'il est doux de se tenir à table dans l'Oise, Corneille sois le bienvenu à la cour de récré, MERCI à toi, bises de m'dame JB ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Magnifique participation historique, Jeanne ! J'♥ beaucoup ! Bravo et bon mercredi tout entier ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  3. Un moment terrible de notre histoires bien conté. Belle journée.

    RépondreSupprimer
  4. Bravo Jeanne, quelle belle correspondance entre ce dramaturge célèbre et cette ville de l'Oise.
    Depuis mon enfance, j'associe le nom de Pierre Corneille, dès que celui-ci est évoqué, à la ville de Rouen et surtout de Petit-Couronne, ville de naissance de mon époux. D'ailleurs, certaines photos de notre mariage y ont été prises devant le Musée Pierre-Corneille.
    L'ironie de l'histoire c'est que JM, généalogiste, a trouvé qu'il est cousin au 36ème degré avec Rodrigo Diaz de Bivar (El Cid Campeador, roi de Valence, né en 1043 à Bivar près de Burgos, mort à Valence en 1099) !
    Belle journée à toi, à tous.
    eMmA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sourires, demain je republie un poème d'une poétesse née à Petit Couronne en 1890 et dont la maman était l'amie de Colette
      Intéressante cette découverte généalogique et bravo à la persévérance de JM ce n'est pas facile de remonter au delà du XVIIe siècle alors jusqu'à l'aube du XIIe !!!
      belle journée

      Supprimer
  5. Un moment historique qui rappelle des souvenirs tragiques.
    Je suis une inconditionnelle de Corneille , je connais encore des passages du Cid par ooeur !
    Bonne journée; bise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai juste eu besoin de vérifier pour le 3e vers du quatrain dont je n'avais plus que blanchi et guerrier. Le reste est encore dans ma mémoire avec bien sûr d'autres vers.
      bises

      Supprimer
  6. Voilà une belle façon de visiter l'histoire avec Corneille et l'abbaye de Ste Corneille .
    Bonne journée
    Bises

    RépondreSupprimer
  7. au pas de l'oie, pour un corbeau.... c'était de circonstance....☺

    en tout cas belle histoire que le raconterais à mes CID-devants de petits enfants !

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Jeanne et merci pour ta visite... bravo pour ton texte où se mêlent poésie, histoire de France et jeu... Sacrée mémoire, la mienne hélas me fait souvent défaut. Bon après-midi. Bises

    RépondreSupprimer
  9. comme toujours de la poésie, de l'histoire, de la culture !
    bravo pour tes écrits
    bises

    RépondreSupprimer
  10. une belle participation !
    jz découvre l'abbaye du même nom !!
    bravo c'est super- bisous-

    RépondreSupprimer
  11. je me souviens encore...avec qq trous !... du Cid, Horace (les lamentations de Camille) des stances de Polyeucte...ce théâtre classique était un régal

    RépondreSupprimer
  12. Fabuleux auteur Pierre Corneille
    Je te souhaite une douce soirée Jeanne
    Bisous
    Frieda

    RépondreSupprimer
  13. Comme toujours chez toi Jeanne, de l'histoire , de la littérature et de la culture avant toute chose!
    Merci

    RépondreSupprimer
  14. Une petite touche du Cid comme chez moi, enfin, plus chez toi que chez moi !

    RépondreSupprimer
  15. J'aime toujours autant tes rappels historiques.
    Merci pour cette page, Jeanne.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer