Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 20 octobre 2016

Le voyage, de Charles Baudelaire, I

Durgalola à la barre du défi n°172 des CROQUEURS DE MOTS nous invite au "Voyage" et pour ce 1er jeudi en poésie d'écrire ou de choisir une poésie sur le voyage.


Le voyage

A Maxime Du Camp2.

I

Pour l'enfant, amoureux de cartes et d'estampes,
L'univers est égal à son vaste appétit.
Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes !
Aux yeux du souvenir que le monde est petit !

Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme,
Le coeur gros de rancune et de désirs amers,
Et nous allons, suivant le rythme de la lame,
Berçant notre infini sur le fini des mers :

Les uns, joyeux de fuir une patrie infâme ;
D'autres, l'horreur de leurs berceaux, et quelques-uns,
Astrologues noyés dans les yeux d'une femme,
La Circé tyrannique aux dangereux parfums.

Pour n'être pas changés en bêtes, ils s'enivrent
D'espace et de lumière et de cieux embrasés ;
La glace qui les mord, les soleils qui les cuivrent,
Effacent lentement la marque des baisers.

Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent
Pour partir, coeurs légers, semblables aux ballons,
De leur fatalité jamais ils ne s'écartent,
Et, sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons !

Ceux-là dont les désirs ont la forme des nues,
Et qui rêvent, ainsi qu'un conscrit le canon,
De vastes voluptés, changeantes, inconnues,
Et dont l'esprit humain n'a jamais su le nom !
Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, 1861
La mort, CXXVI Le voyage I




Le texte intégral de Le voyage sur wikisource

1.- Charles baudelaire, poète, 1821 - 1867
2.- Maxime Du Camp, écrivain et photographe, 1822 - 1894



10 commentaires:

  1. Il y a voyage et voyage, celui qui fuit sa patrie avec sa petite valise et l'autre qui s'en va juste se rincer l'oeil dans un ailleurs... merci Jeanne, je le connaissais, mais le relire fut plaisant, bises

    RépondreSupprimer
  2. Très beau poème de Baudelaire que je relis avec plaisir. Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage... En pensant à ces deux poèmes je pense aux skippers du Vendée Globe qui vont bientôt partir pour leur tour du monde à la voile en solitaire. J'admire. Bon jeudi.

    RépondreSupprimer
  3. Le voyage pour le voyage et non pour une fuite en avant...
    Quelle beauté !

    RépondreSupprimer
  4. Baudelaire, j'ai tant lu et tant aimé... le lire c'est déjà s'évader...

    RépondreSupprimer
  5. Un très bon choix Jeanne ! J'♥ beaucoup ! Bon vendredi ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  6. J'aime les poèmes de Baudelaire et celui ci est très beau.
    Je voyage beaucoup dans ma tête, oui je suis rêveuse.
    Plus jeune je voyageais en voiture, je n'avais pas trop le temps de rêver.
    Passe une belle journée
    Bises
    Maryse

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour ce poème de Baudelaire que j'aime beaucoup , il faisait partie de la liste pour le bac à l'oral de Français ce qui ne date pas d'hier.... je suis tombée sur Baudelaire pour mon plus grand plaisir mais pas sur ce poème , un régal pour l'examen .
    Bon week - end
    Bisous

    RépondreSupprimer
  8. sourire ...j'ai failli publier aussi ce poème...je ne peux qu'aimer ce choix
    bonne fin de semaine
    bises

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour jeanne,

    Un choix des plus judicieux, magnifique ce poème de Baudelaire, un immense plaisir de lecture. Merci !
    Bises très amicales.

    Henri.

    RépondreSupprimer
  10. J'ai un peu de retard pour venir lire cet excellent poème. fatigue, rhino pharyngite ... et désir de voyage aussi. Bises et merci pour ta participation.

    RépondreSupprimer