Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

dimanche 16 octobre 2016

L'adepte, pour Mil et Une

Pour miletuneVoir ou non l'image support du jeu d'écriture avant de lire bla, bla, bla*
Pour l'image de la  semaine 41/2016  où la contrainte supplémentaire et facultative est d'insérer le mot générateur.

L'adepte
Il n'a rien vu venir, rien senti.
Les mots miel suscitaient ses mots à lui.
Il se sentait écouté. Tu parles !
Les mots se sont mis en mode miroir,
en générateur d'écho.
Le fil des mots était aussi invisible
que celui de l'araignée.
Aussi solide aussi.
Il n'a rien vu venir, rien ressenti,
rien anticipé.
Quand il s'est retrouvé lié,
au mieux, il ne pouvait plus s'échapper,
au pire, il s'et mis à tisser le fil
autour d'un nouveau bleu
en quête d'idéal
qui se retrouvera féal.
Jeanne Fadosi, 12 octobre 2016, pour l'image 16-41 de miletune

Pour aller plus loin écouter FranceInter, Interclass du 16 octobre sur les algorythmes du Web

* Les mots lus ne sont jamais tout à fait les mêmes que les mots écrits, y compris quand ils sont relus par leur auteur. Les mots impulsés par une image échappent eux aussi, et c'est tant mieux, à un seul déterminisme bi-univoque. Mais il n'est pas gratuit de lire sans voir l'image, ou en l'ayant vu ou en la voyant. Quel que soit votre choix, découvrir l'image support avant ou après, vous ne pourrez remonter le temps pour comparer les expériences.
Le choix de l'une interdit les autres.

3 commentaires:

  1. Terrible Jeanne ce genre de relation humaine... bises

    RépondreSupprimer
  2. un très bon texte qui donne à réfléchir. Bises

    RépondreSupprimer
  3. Hélas !
    Cela arrive trop souvent.
    Ton poème est très beau, Jeanne. Je n'ai pas eu besoin d'aller voir l'image...

    RépondreSupprimer