Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

mercredi 12 octobre 2016

Gloire le Picard

sixième prénom de la saison 8 des prénoms du mercredi et comme vous vous en êtes peut-être aperçus, j'en profite pour revisiter les anciennes provinces.


Au lendemain de la défaite
Il n'était pas à la fête
Le futur père de Gloire !
Le nectar du Père Magloire,
le petit lait de Normandie,
Loin de leur Picardie,
L'avait trop rapproché de sa moitié
Pour se réchauffer.
Sur les routes de l'exil
Que leur arrivait-il ?
La France était occupée,
Ils ne savaient plus où aller.
Une autre bouche à nourrir,
Ils n'avaient plus qu'à revenir
Cultiver leur hortillonnage
en attendant des jours plus sages,
Aidés des bras des autres mioches,
Sauf l'aîné, prisonnier des boches.
Quatre ans plus tard
En pays picard,
Quand l'occupant est en déroute
Ils trinquent avec modération d'une petite goutte,
et conçoivent une petite sœur pour Gloire
Qu'ils nommeront Victoire,
Les parents de Gloire.

costume traditionnel picard de travail
image du grand dépoussiérage
Les hortillonnages d'Amiens, sont des jardins flottants cultivés depuis le Moyen-Âge, longtemps en maraîchage plus maintenant comme jardins d'agrément
Histoire de la Picardie

La liste des prénoms chez Jill Bill (Jill Bill nous a déjà concocté une liste de prénoms pour la reprise de septembre)
Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB

20 commentaires:

  1. J'ai aimé ton poème. Des temps très difficiles qu'on vécu mes grands parents. J'ai depuis longtemps envie de visiter les hortillonnages d'Amiens. C'est tout près de chez moi et quand nous allions en baie de somme, nous passions à Amiens. Belle journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui de Cergy c'est rapide. Maintenant il vaut mieux attendre l'an prochain pour profiter des fleurs

      Supprimer
  2. Bonjour élève Jeanne, ah un temps pas très glorieux que toute cela... Ma grand-mère maternelle a fui aussi en Normandie... s'est réchauffée à son homme sur un tard, un enfant à 40 ans...Bref on est content quand tout cela est derrière soi, les guerres ! Gloire sois le bienvenu à la cour de récré, MERCI à toi, bises de m'dame JB ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Émue de faire écho à tes souvenirs. Mes parents habitaient la Normandie et ont hébergés des gens du Nord pendant l'exode ma mère et ses enfants étant eux-même revenus des bords de Loire, mon père étant resté réquisitionné pour le travail.
      bises et belle journée

      Supprimer
  3. Je ne connaissais pas du tout ce prénom. Il faut le porter ! En fait, pas pire que Victoire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. difficiles à porter en effet mais j'ai rencontré ici ou là, surtout en littérature, des Victoire mais jamais de Gloire

      Supprimer
  4. Bonjour Jeanne,
    Ah, c'est magnifique, les Hortillonnages d'Amiens ! Je recommande !
    Sinon, Bien vu la petit soeur de Gloire nommée Victoire...
    Belle journée de ce mercredi.
    FP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui je les ai visités en barque sous le soleil de fin d'été il y a deux ou trois ans et c'était une promenade bien agréable
      belle journée

      Supprimer
  5. Gloire et Victoire, auront eu une vie plus facile que celle de leur parent dans ces merveilleux hortillonnages, une richesse de la Picardie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Victoire sans aucun doute, pour Gloire les privations de la guerre ont été sans doute un début difficile même s'il ne s'en souvient guère contrairement à ses aînés.
      D'accord avec toi les hortillonnages sont une merveille

      Supprimer
  6. Des temps difficiles dont les jeunes devraient s'inspirer avant de se plaindre tout le temps pour un oui ou pour un non. Après gloire, la victoire ! Que demander de plus !

    RépondreSupprimer
  7. Nous étions dans le sud de la France, nous ne nous sommes pas exilés, mais la vie était aussi très difficile comme dans toute la France.
    Les Belges et le Nord de la France ont beaucoup souffert, encore plus que nous, ce sont des gens très courageux qui ont reconstruit leur vie avec enthousiasme.
    Ton poème avec la beauté de tes mots raconte si bien leur peine.
    Passe une belle journée
    Maryse

    RépondreSupprimer
  8. Entre Gloire et Victoire, une guerre...
    J'ai aimé Amiens et ses hortillonnages. Une découverte à faire absolument, et ce n'est pas si loin. :)
    Bises et douce journée Jeanne. Ta participation est très belle.

    RépondreSupprimer
  9. Ces prénoms ont sûrement été bien à la mode à cette époque ! Bises

    RépondreSupprimer
  10. Quand je pense qu'il y en a qui se plaignent la bouche pleine
    Merci à toi
    Bonne journée :)

    RépondreSupprimer
  11. Une époque à ne pas oublier ! Excellente participation Jeanne ! Bonne poursuite de ce mercredi! Bises♥

    RépondreSupprimer
  12. La guerre est souvent une question de gloire...mais c'est dans le paix qu'est la victoire...

    Super!!!

    RépondreSupprimer
  13. une bien originale participation Bravo. bizzz

    RépondreSupprimer
  14. Excellent ton poème pour ne pas dissocier Gloire et Victoire . Quant aux hortillonnages d'Amiens le fiston me les a fait visiter , c'est superbe .il est devenu picard d'adoption après ses études dans cette ville , je suis en train de calculer cela doit faire une douzaine d'années maintenant si ce n'est pas plus . Amiens est vraiment une belle ville et mérite qu'on s'y attarde .
    Bon jeudi
    Bisous

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour Jeanne
    Les enfants bien nommés dont les noms sont d'actualité dans l'époque durement vécue par leurs parents
    Bisous Jeanne et bonne journée
    Frieda

    RépondreSupprimer