Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

mercredi 26 octobre 2016

Hector du Périgord

L'automne avance et nous en sommes déjà au huitième prénom du mercredi pour cette saison.
Aujourd'hui vous l'avez deviné, le Périgord


Hector du Périgord

Hector était métayer
au coeur du Périgord.
Du Périgord noir.
Son trésor
c'est la truffe noire
du Périgord.
Dans sa métairie
il bichonnait une truie
qui n'avait pas son pareil
surtout pour la noël
de flairer
dans la chênaie
les meilleurs coins truffiers.
Ça ne l'empêchait pas de danser
Le soir dans la grande salle à la veillée.
Hector fut trop vieux.
Il contait et faisait le vielleux.
Ses enfants n'ont pas voulu
Ou plus sûrement n'ont pas pu
reprendre son dur labeur
Plus tant promesse de valeur.
La forêt laissée en friche
qui sans le faire riche
avait nourri sa famille
Fut envahie de charmilles
Vite à l'abandon
Sans les cochons
Fieffés truffiers.
Elle ne produit plus cet or,
le diamant noir du Périgord
Chut, il y a des coins à cèpes
du côté des châtaignes.
et devant sa maison de pierre
où grimpent les lierres
le vieux noyer centenaire
offre ses noix
aux promeneurs pour leur joie.

costumes du Périgord noir
source Les Ménestrels Sarladais
avec leur aimable autorisation

pour en savoir plus sur le Périgord
Les Menestrels Sarladais
La truffe noire du Périgord
Gastronomie du Périgord
Histoire du Périgord clic , clic,

La liste des prénoms chez Jill Bill (Jill Bill nous a déjà concocté une liste de prénoms pour la reprise de septembre) et Les liens du rassemblement
Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB

10 commentaires:

  1. Bonjour élève Jeanne, ah que c'est dommage sans relève, bon reste des choses à glaner tout de même... le jeunesse veut se faire de l'or, ne pas se contenter d'une petite paie, ainsi va la vie d'aujourd'hui, allez mon brave Hector sois le bienvenu à la cour de récré, MERCI à toi, bises de m'dame JB ;-)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai beaucoup aimé. Tu verras il y a une grande ressemblance entre nos deux poèmes. J'ai décrit aussi un métier de passionné en voie de disparition mais un métier de ville et pas au grand air comme truffier mais plutôt confiné. Beau mercredi

    RépondreSupprimer
  3. La terre offre des trésors
    minéraux ou végétaux
    que nombre d'Hector ou de Médor s
    avent dénicher, qu'ils soient en Périgord
    ou aux confins d'autres bords...

    RépondreSupprimer
  4. Tout un savoir que celui du truffier avec son fidèle compagnon qu'il soit cochon ou chien , dommage qu'il se perde sans succession . Ah le Périgord un petit paradis de la gastronomie , mes papilles sont en émoi rien que de lire ton poème
    Bonne journée
    Bisous

    RépondreSupprimer
  5. C'est bien dommage alors que c'est de l'or, surtout au palais à ce qu'on dit, de laisser en friche....Bizzz

    RépondreSupprimer
  6. Oui, bien dommage, pour Hector, en effet ! La vie change et tout change aussi, hélas ! Bravo Jeanne ! Bonne soirée ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Jeanne
    A chaque génération la passion et ses trouvailles
    Les promeneurs connaisseurs en profitent
    Bisous et belle soirée Jeanne
    Frieda

    RépondreSupprimer
  8. Un excellent pastiche brillamment raconté pour nous présenter le Périgord. Bravo. Bon jeudi, amicalement, Marie Louve

    RépondreSupprimer
  9. hélas oui , on revient à l"éco pâturage par ici et c'est une bonne chose que de lutter contre lierre et ronces qui étouffent tout !!
    bises

    RépondreSupprimer
  10. dans le Périgord il y a des trésors :-) j'aime cette région que j'ai découvert un peu rapidement ...je viens d'être contacter par un conteur du Périgord ....j'aime ce bouche à oreille qui perdure ...
    bisous

    RépondreSupprimer