Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 28 mai 2015

Si musique et douce poésie s'accordent, de Richard Barnfield, traduction François-Victor Hugo

Si lilou a mis le défi n°146 des CROQUEURS DE MOTS en musique, elle nous a laissé le champ libre pour le jeudi en poésie. Musique, un bien beau fil conducteur pour la poésie.

Musique des hommes ou musique de la nature, ce ne sont pas en effet les exemples de poèmes qui me manquent ; à commencer par la référence musicale de la poésie. J'ai résisté à la tentation un peu paresseuse, beaucoup passionnée, de rééditer Art poétique, de Paul Verlaine ou La musique, de Charles Baudelaire.

Vous le savez, je ne dédaigne pas Wikipedia, ce fabuleux livre ouvert participatif qui s'alimente des contributions et partages de savoir. Cette fois-ci, en interrogeant Google, j'ai trouvé ce lien et je crois que je vais mettre du temps à l'explorer.


J'ai cliqué sur "Si musique et douce poésie s'accordent". Je ne sais pourquoi ce titre m'évoquait le XVIe siècle. Je n'en étais pas loin.


Si musique et douce poésie s’accordent…

Si musique et douce poésie s’accordent comme le doivent deux sœurs, alors nous devons bien nous aimer, toi et moi, car tu aimes l’une et j’aime l’autre.

Ton goût est pour Dowland, dont la touche céleste sur le luth ravit les sens humains ; le mien est pour Spenser, dont la pensée est si profonde que, dépassant toute pensée, elle échappe à l’éloge.

Tu aimes entendre le doux son mélodieux que Phébus tire de son luth, ce roi de la musique, et moi je suis surtout noyé dans des délices profondes quand il se met à chanter.

Poésie et musique ont le même Dieu, dit la fable : toutes deux ont le même amoureux, car toutes deux vivent en toi.
Richard Barnfield, Le Pèlerin passionné

Traduit par François-Victor Hugo

Caravage, Joueur de luth, 1595


Richard Barnfield, 1574 - 1620, poète anglais
François-Victor Hugo, 1828 - 1873, journaliste, écrivain, traducteur de Shakespeare, 4e enfant de Victor Hugo

et pour continuer la promenade sonore Jeudi sonore en poésie

8 commentaires:

  1. Et bien je découvre cet auteur Jeanne traduit par le fils de Hugo... merci à toi, bon jeudi, bises

    RépondreSupprimer
  2. Très joli texte. J'aime la poésie tu le sais et ne supporte pas la musique Beau jeudi.

    RépondreSupprimer
  3. quand la poésie s’accorde avec la musique l'harmonie du monde se construit !

    RépondreSupprimer
  4. Musique et poésie sont les deux sœurs complices de l'harmonie! l'une peut se passer de l'autre, l'autre peut se proposer sans l'une mais, ensemble elles amplifient et les notes et les mots ... et se font un doux baume à tous nos maux! la chanson en est une bien agréable variante! Bonne fin de semaine; Simone

    RépondreSupprimer
  5. J'ai décidément quelques difficultés pour te déposer mes commentaires; je (re) tente:
    la musique et la poésies sont les deux sœurs complices de l'harmonie; l'une peut vivre sans l'autre et l'autre peut avancer sans l'une mais ensemble elles amplifient et les notes et les mots. La chanson n'en est-elle pas un bien agréable exemple! Bonne fin de semaine; Simone

    RépondreSupprimer
  6. Je découvre aussi.... Merci, Jeanne.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
  7. Une très belle définition de l'accord existant entre deux arts majeurs!

    RépondreSupprimer
  8. Personnellement pour ce défi poésie je me suis retenue de ne laisser que quelques clichés de ma collection sur un fond de musique. Celles proposées par Lilousoleil à elles toutes seules se suffisent!!!
    Bises de la nuit!!!
    Domi.

    RépondreSupprimer