Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

samedi 16 mai 2015

Un échafaud, extrait de Le Pape, de Victor Hugo, 1e partie

Début de cet extrait que je publie en raison de l'actualité mondiale de la peine de mort (source Le Pape, de Victor Hugo, wikisource)
Je ne cherche pas à convaincre. Le suis-je moi-même ? Juste avec les mots de Victor Hugo, à donner de la substance à la réflexion

Lire la Suite ---> ; Lire la Fin ---> (les trois morceaux peuvent se lire séparément, et même dans le désordre)

UN ÉCHAFAUD[modifier]



LE JUGE sur son siège. LE CONDAMNÉ lié de cordes.
LE BOURREAU, la hache à la main. Au fond la foule.

LE PAPE, regardant l’échafaud.
Je ne comprends pas.


LE JUGE

                                Prêtre, écoute : un homme tue
Un autre homme.


LE PAPE
                        Il commet un crime.


LE JUGE

                                                      C’est pourquoi
On le prend, on lui fait son procès, et la loi
Le tue. Est-ce clair ?


LE PAPE

                                     Oui. La loi commet un crime.


LE JUGE
Qui te donne le droit de nous juger ?


LE PAPE

                                                     L’abîme.


LE JUGE

Prêtre, respect aux lois.


LE PAPE

                                         Juge, respect à Dieu.
Cet univers visible est un immense aveu
D’ignorance devant l’univers invisible.


VOIX DANS LA FOULE

― Qu’il meure ! ― Il a tué ! ― Le talion ! ― La Bible !
― Le code ! ― Allons, bourreau, frappe. Va, compagnon !


LE PAPE, à l’assassin condamné.
Toi qui donnas la mort, sais-tu ce que c’est ?


L’ASSASSIN

                                                             Non.

LE PAPE, au bourreau.

Toi qui va la donner, le sais-tu ?


LE BOURREAU

                                                         Je l’ignore.


LE PAPE, au juge.

Et toi, sais-tu, devant ce ciel qu’emplit l’aurore,
Ce que c’est que la mort, juge ?


LE JUGE

                                                  Je ne sais pas.


LE PAPE

O deuil !


LE JUGE
                         Qu’importe !


Victor Hugo, Le Pape, Un échafaud, 1875 - 1876, paru en 1878
première partie ; lire la suite ---> ; lire la fin --->

2 commentaires:

  1. Je ne suis pas du genre oeil pour oeil dent pour dent, même dans l'odieux, il arrive que des criminels se suicident... je pense à Hitler entre autres.... le mieux ici bas ne pas en arriver à tuer son prochain mais... merci Jeanne, bises de JB

    RépondreSupprimer
  2. Peine de mort: nulle part, jamais.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.