Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

mercredi 20 mai 2015

L'épitaphe de Mathurin

Mathurin* n'aime tant régner
Que sur les jeux de société**

C'est dans les lieux de débauche
Qu'il les observe et qu'il ébauche
Des vers d'une grande acuité
Sur les travers des gens bien nés.
La vie le brûle par tous les bouts
Et quand il parviendra au bout
Il a prévu un compliment
Qui résume le garnement :
"J'ai vécu sans nul pensement,
Me laissant aller doucement
A la bonne loi naturelle,
Et il m'étonne fort pourquoi
La mort osa penser à moi
Qui ne songeai jamais à elle"
Mathurin Régnier, Epitaphe
transcrit en français moderne

Ce qui donne en "françois" de l'époque (XVIIe siècle) :
J'’ay veſcu ſans nul penſement,
Me laiſſant aller doucement
A la bonne loy naturelle,
Et ſi m’eſtonne fort pourquoy
La mort oſa ſonger à moy.
Qui ne ſongeay iamais à elle.
..........................Mathurin Régnier, Epitaphe

* Allusion à Mathurin Régnier, poète satyrique français, 1573 - 1613
** Allusion au célèbre jeu de paume ouvert à Chartres par son père, appelé "Le tripot Régnier"
En même temps, j'avoue que si le nom m'est revenu tout de suite à l'esprit, je me demande si j'en ai lu le moindre vers. Mais en fouillant, à la vérité ...
j'ai hésité à joindre le lien suivant, mais le texte sur Mathurin Régnier y est fort intéressant : Mathurin Régnier, sur La presse anarchiste.net

En illustration, une sculpture d'un autre Mathurin : Mathurin Moreau, sculpteur français, 1822 - 1912

Mathurin Moreau, Les exilés, vers 1889


Pour les participations des écolier(e)s : Rassemblement à la cour
Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB

17 commentaires:

  1. Bonjour élève Jeanne, cette épitaphe me parle, je l'ai déjà lu, merci pour le lien joint, en vieux françois comme on disait autrefois... et la statue que je découvre de cet autre Mathurin... qu'il soit le bienvenu à la cour de récré, MERCI à toi, bises de m'dame JB ,-)

    RépondreSupprimer
  2. Merci de nous faire découvrir ce poète qui a eu bien raison de profiter des plaisirs de la vie.... J'aime bien ton petit poème de présentation. Beau mercredi.

    RépondreSupprimer
  3. Merci de nous rafraîchir ainsi la mémoire, j'avoue que je l'avais oublié.....

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connais ce poète que de nom. J'aime beaucoup ton épitaphe qu'il aurait aimé aussi je pense! Bravo pour la traduction en vieux "françois "
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. mais son compliment est tout à fait sensé :-) moi je l'approuve en meme temps que je découvre le poète
    bises

    RépondreSupprimer
  6. voilà ce que j'apprécie, apprendre à chaque jeu... j'ignorai ce rapport entre Mathurin Regnier et le jeu de paume !
    merci Jeanne

    RépondreSupprimer
  7. Mathurin mord dans la vie (et non mort dans la vie)
    Très intéressant.Merci!

    RépondreSupprimer
  8. Super Jeanne, moi, je n'ai fait aucune recherche, me concentrant sur mon ancêtre du côté de ma mère. Bonne et belle poursuite de ce mercredi ! Amitiés♥

    RépondreSupprimer
  9. ainsi va la mode des prénoms .. tu as trouvé un Mathurin de qualité !
    merci pour cette découverte
    et vive la liberté d'expression ! ;-)

    RépondreSupprimer
  10. Merci d'avoir joint l'utile à l'agréable, je découvre le sculpteur et cet épitaphe avec ce billet . Comme dit Josette c'est fou ce qu'on peut apprendre avec les défis .
    Bonne soirée
    Bisous
    Jazzy57

    RépondreSupprimer
  11. C'est, en effet, le paradoxe que ce sont souvent ceux qui pensent le moins à la mort qui se font le plus rapidement rattrapés par cette 'faucheuse'! mais qui dit 'paradoxe' sous entend 'explication possible' : quand tu brûles ta vie au jour le jour ... la chandelle se consume plus vite que si tu l'économise! Belle fin de semaine; Simone

    RépondreSupprimer
  12. Tu as quand même fait de sacrées recherche pour ce prénom. merci et bravo

    RépondreSupprimer
  13. Chaque Mathurin suit gentiment son chemin sur ton blog, et cela fait de bien jolies rencontres!

    RépondreSupprimer
  14. Très intéressant comme toujours...
    Je connaissais l'épitaphe, mais je crois bien n'avoir jamais rien lu d'autre... quant au sculpteur, j'ai beaucoup aimé les oeuvres que j'ai vues.
    Merci, Jeanne.
    Passe une douce soirée.

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour Jeanne,

    j'apprécie l'humour de cet épitaphe. Je pense qu'on pourrait la placer sur beaucoup de tombes.
    La mort est mérite bien son surnom de "la Faucheuse"
    Je ne connaissais pas. Merci pour la découverte Jeanne

    Bises

    RépondreSupprimer
  16. la mort n'oublie jamais....mais c'est dit avec un humour qui frôle (ou mime) le détachement...

    RépondreSupprimer