Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 22 avril 2021

Au bout de l'ascension

Laura, à la manœuvre pour le défi n°249 (et non 149 comme sur son site) des CROQUEURS DE MOTS nous demande pour le jeudi poésie du 22 avril qu'il soit question d'ascension, religieuse ou non.

J'ai initialement pensé rééditer le texte Papotages écrit en 2019 au lendemain d'un retour embouteillé un dimanche de week-end d'ascension. Il me semblait être un bon prolongement du jeu d'écriture du Nid des mots de samedi : "Quand on parle bien, on oublie les choses simples". Finalement, je vous propose plutôt deux Hai bun pour deux ascensions, l'une en mer dans les huniers, l'autre en montagne.

Dans les huniers

Il était un grand navire 

Ce soir-là était doublement un grand soir pour le moussaillon. Il venait de franchir pour la première fois la ligne invisible de l'équateur, le jour même de ses douze ans. Selon la tradition, les marins lui offriraient sa première pinte d'alcool fort et il monterait tout en haut du grand mât.


La mer démontée
se soulevait en montagnes
dans les rugissants.

Depuis qu'il avait embarqué, il s'y était accoutumé mais la tempête était si rude que l'ordinaire de son dîner avait fini par nourrir les poissons par-dessus le bastingage. après le déchaînement des vagues, le breuvage acheva de lui mettre la tête à l'envers. Mille fois il manqua de dévisser du mât avant d'atteindre la hune. Mille fois il dérapa encore en allant toujours plus haut.


Dans la nuit opaque
une nef illuminée
semblait le narguer

"Le Hollandais volant" cria la petite voix étranglée du sommet de la grand voile. En ces temps d'ignorance et de rites païens, la première cuite faisait l'homme. Le cri était parole d'homme, reprise par tout l'équipage. Nul doute que la forme mousseuse trouant la nuit ne pouvait être que le vaisseau fantôme. Les marins en convainquirent jusqu'au capitaine et son illustre passager.


D'un vaisseau d'écume
qui dansait dans les éclairs
surgit la légende.

The Flying Dutchman, de Charles Temple Dix, vers 1860

Dans la montagne :

Le chalet sur la montagne

Sur les bancs de l'école, au temps de l'insouciance et des grandes espérances, ils avaient fait un pacte.

Ils l'avaient rêvé
leur cabane du bout du monde
pendant tant d'années.

Au temps des fenaisons, ils allaient aider aux foins, main d'oeuvre docile oubliant l'école et ses leçons. A flanc de montagne ils partaient en escapade pendant que les grands se reposaient.

Ils l'avaient trouvé
disparaissant sous les herbes
désarticulée.

Au fil des étés, elle a abrité leur amour candide d'enfants, leurs émois adolescents, pendant que les grands négociaient des alliances.

Ils l'ont rebâtie,
clou après clou, planche à planche
pour y habiter.

Les anciens se moquaient d'eux. On disait "les amoureux". Ils protégeaient leur secret. Longtemps ils ont hésité à son nom, "Paradis" ou "Ça m'suffit"

Ils l'ont enrichi
de dentelles de papier,
des rires des enfants,

Des arpents à cultiver,
leur entente indestructible.

Rudolf von Alt‎Le Dachstein dans le Salzkammergut‎ détail, 1840

12 commentaires:

  1. De poèmes ascension en mer et en montagne que j'ai beaucoup aimés. Bravo. Mes petites filles arrivant demain, je fais une pause blog d'une semaine. Bises

    RépondreSupprimer
  2. Super belle page Jeanne, bravo... et doux jeudi... bises ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Deux magnifique rééditions pour ce dernier jeudi pour Laura.
    Bravo Jeanne.
    Bises et bon jeudi

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup les deux histoires ,avec une préférence pour la seconde. Bise

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ces deux superbes poèmes pour le jeudi poésie , en plus tres bien illustrés.
    Un grand bravo Jeanne, j'aime beaucoup cette forme de poésie.
    Bonne soirée
    Bises

    RépondreSupprimer
  6. Deux excellents poèmes pour relever ce défi, Jeanne ! Super !!! Bravo ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  7. magnifique ta participation j'ai relu avec plaisir tes haibuns
    bravo et bises Jeanne

    RépondreSupprimer
  8. Les deux poèmes sont très beaux...
    l'un ou l'autre pourrait convenir pour nos horizons...
    Bisous et douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu trouves ? Lequel alors ? Je te laisses choisir ? je rame à contenir un texte inédit et j'avoue que cela me soulagerait car je vois la date du 15 mai avancer à grande allure. bises et belle fin de journée

      Supprimer
    2. Merci... je vais prendre le second si tu veux bien... j'aime énormément et il m'émeut beaucoup.
      Ce sera parfait. :)

      Supprimer
    3. ok je t'avais dit de choisir bises

      Supprimer
  9. De très belles images se dégagent de tes deux textes, tu as bien fait de rééditer !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.