Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 12 avril 2019

Il était un grand navire

Pour la page 139 de l'Herbier de poésie

Ce soir-là était doublement un grand soir pour le moussaillon. Il venait de franchir pour la première fois la ligne invisible de l'équateur, le jour même de ses douze ans. Selon la tradition, les marins lui offriraient sa première pinte d'alcool fort et il monterait tout en haut du grand mât.

La mer démontée
se soulevait en montagnes
dans les rugissants.

Depuis qu'il avait embarqué, il s'y était accoutumé mais la tempête était si rude que l'ordinaire de son dîner avait fini par nourrir les poissons par-dessus le bastingage. après le déchaînement des vagues, le breuvage acheva de lui mettre la tête à l'envers. Mille fois il manqua de dévisser du mât avant d'atteindre la hune. Mille fois il dérapa encore en allant toujours plus haut.

Dans la nuit opaque
une nef illuminée
semblait le narguer

"Le Hollandais volant" cria la petite voix étranglée du sommet de la grand voile. En ces temps d'ignorance et de rites païens, la première cuite faisait l'homme. Le cri était parole d'homme, reprise par tout l'équipage. Nul doute que la forme mousseuse trouant la nuit ne pouvait être que le vaisseau fantôme. Les marins en convainquirent jusqu'au capitaine et son illustre passager.

D'un vaisseau d'écume
qui dansait dans les éclairs
surgit la légende.
©Jeanne Fadosi, jeudi 11 avril 2019
pour l'herbier de poésies 139
à découvrir le vendredi soir  ou le samedi
avec les autres brins sur la page 139 de L'Herbier

Louis M. Eilshemius, Le Hollandais Volant, 1908, huile sur bois, 58 x 63 cm, 
Whitney Museum of American Art, New York
illustration musicale :
Marin Marais (1656~1728)
《Alcyone》tragédie en musique, 1706, Tempête (Jordi Savall & Le Concert des Nations)

Une illustration qui me fait évidemment penser à la comptine « Il était un petit navire » mais plus encore à son pastiche trouvé consigné dans le cahier de chansons de mon père et dont j'ai repris les paroles sur mon blog : Il était un petit navire

7 commentaires:

  1. J'ai aimé cette naissance d'une légende. Bon weekend et à lundi. Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Un texte qui me parle Jeanne ! Il accompagne si bien le tableau de Louis M. Eilshemius. Bravo !
    Bises et bon vendredi

    RépondreSupprimer
  3. "Boire la première tasse" ... Une autre tradition, encore plus terrible : On attachait le mousse, et on lui faisait traverser le bateau ... sous la coque.

    RépondreSupprimer
  4. Une légende qui naît avec la tradition, le moussaillon est vraiment membre de l'équipage. Rude apprentissage !

    RépondreSupprimer
  5. Une mise à l'épreuve terrible pour ce moussaillon bravo pour ton interprétation de la légende .
    Je connaissais der Fliegende Hollander de Wagner mais pas cette tempête de Marin Marais , j'aime .
    Bon vendredi
    Bises

    RépondreSupprimer
  6. Comme c'est BON, Jeanne ! Bravo mousaillon et bravo Jeanne ! Bonne fin de semaine ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  7. Et c'est très beau... merci, Jeanne.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.