Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 4 octobre 2019

Feu le grand hêtre

Pour la page 150 de l'Herbier de Poésies
Pour une fois, cette page fait suite à la page 81 de l'Herbier de poésies et à ma page 81, Le messager.
Le grand hêtre n'est plus. La hache qu'il craignait tant a fait son œuvre, rognant les boursouflures des marques immémoriales du temps. du moins le bûcheron lui a laissé ses racines. Il pourra encore un temps dialoguer en réseaux souterrains et transmettre les secrets à lui confiés.

L'enfant épuisé
qui lui confiait ses chagrins
qu'est-il devenu ?
Toutes les larmes du monde ne suffisent plus à abreuver les grands arbres de sagesse. Les jardiniers dit-on se sont résignés à trancher. Trop fragiles, trop exposés ... D'autres épicéas sont tombés sous l'attaque des parasites mortifères, pour limiter la contagion.

Aurait-il suffi
d'en protéger les prédateurs
en fragile équilibre ?

Les frondaisons du fayard, pleines des chants d'oiseaux nicheurs se contentaient de menacer, lors des dernières tempêtes, la proximité d'une galerie.

Un toit de bardeaux
à des livres voyageurs
fera protection

L'enfant recru de chagrin
en trouvera-t-il les mots ?

©Jeanne Fadosi, mercredi 2 octobre 2019
à découvrir le vendredi soir  ou le samedi
avec les autres brins sur la page 150 de L'Herbier

Au Parc de La Tête d’Or, Mon grand bel Hêtre, le beau Fayard n’est plus ...
La suite du reportage chez la Vieille Marmotte










illustration musicale : Julien Clerc,Sous mon arbre
album A nos amours, sortie 2017

10 commentaires:

  1. Bel hommage à ce Fayard, j'ai connu un marronnier, celui de ma cour d'école abattu un jour, moi adulte, suis tombée dessus ce jour-là, un crève cœur quand on l'a côtoyer…. bises

    RépondreSupprimer
  2. C'est toujours triste de voir un arbre disparaître même quand c'est nécessaire de l'abattre. j'ai aimé ton poème. Bises

    RépondreSupprimer
  3. Tu nous propose un très beau texte pour rendre hommage au grand hêtre de Vieille Marmotte. La photo est belle et le reportage émouvant !
    Bises et bon vendredi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'était bien triste de voir ce qu'il est advenu de cet arbre qui nous avait déjà servi de support quand il était encore entier bises

      Supprimer
  4. Sa tête est tombée
    sa mémoire reste au cœur du parc
    suffirait-il de quelques livres
    pour que les pages se tournent ?

    Les oiseaux sont en deuil
    boudant presque l'arbre voisin
    L'enfant séchera-t-il ses larmes
    en lisant un conte ?

    RépondreSupprimer
  5. Un tres bel hommage rendu à ce hêtre , toujours aussi émouvant de voir le devenir de tels arbres .
    Bonne soirée
    Bises

    RépondreSupprimer
  6. Que c'est bon, ton texte, Jeanne ! Bien oui, en suivant le lien, je trouve que ce fut une excellente idée d'en faire un abri pour les livres voyageurs. Espérons que l'enfant en trouvera les mots !!! Bonne soirée ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  7. C'est si triste de voir tomber un bel arbre mais il y en aura dautres à nouveau bien vivants et l'enfant séchera ses larmes, bravo pour ce texte jeanne

    RépondreSupprimer
  8. L'enfant retournera le voir, il lira peut-être, il comprendra que ceux qui ne sont plus ont sans doute une autre vie, ailleurs.
    Ton texte est magnifique !
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.