Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 10 octobre 2019

Le Legs, de Robert Desnos

Jill Bill à la barre du défi n°225 des CROQUEURS DE MOTS nous invite pour le premier jeudi poésies à un héritage en famille. Hasard ou pure coïncidence ? Robert Desnos, dont je partageais avec vous un poème publié en 1943  à mots masqués, a aussi publié, évidemment sous pseudonyme, le texte suivant, le 14 juillet 1943, avec d'autres, à l'initiative de Pierre Seghers, Paul Eluard et Jean Lescure aux Editions de Minuit clandestine dans L'Honneur des Poètes.
Dans cette même revue et sous un autre pseudo, il a publié Ce coeur qui haïssait la guerre

Le Legs

Et voici, Père Hugo, ton nom sur les murailles !
Tu peux te retourner au fond du Panthéon
Pour savoir qui a fait cela. Qui l’a fait ? On !
On c’est Hitler, on c’est Goebbels… C’est la racaille,

Un Laval, un Pétain, un Bonnard, un Brinon,
Ceux qui savent trahir et ceux qui font ripaille,
Ceux qui sont destinés aux justes représailles
Et cela ne fait pas un grand nombre de noms.

Ces gens de peu d’esprit et de faible culture
Ont besoin d’alibis dans leur sale aventure.
Ils ont dit : « Le bonhomme est mort. Il est dompté. »

Oui, le bonhomme est mort. Mais par-devant notaire
Il a bien précisé quel legs il voulait faire :
Le notaire a nom : France, et le legs : Liberté.
Robert DESNOS alias Lucien Gallois
Recueil collectif : "L'Honneur des Poètes" , 14 juillet 1943

portrait de Victor Hugo par Nadar vers 1884

plaque au 19 rue Mazarine, Paris VIe
cliché licence creative commons


Robert Desnos, 1900 - 1945, poète français, fait partie du réseau Agir en 1942. Il est arrêté le 22 février 1944 et envoyé au camp de concentration de  Terezin en Tchécoslovaquie. Il est mort du typhus au moment de la libération du camp.

L'Honneur des poètes, 1943, recueil clandestin de poètes résistants, paru symboliquement le 14 juillet 1943




Post scriptum du jeudi matin : j'avais programmé ce poème et ce billet dès lundi et mardi.
Depuis hier et l'actualité qui déraisonne, mon coeur de terrienne pleure et saigne de la folie des hommes, le rebond d'une guerre absurde en Syrie, la folie meurtrière d'un héritier de ces noms infâmes cités dans le poème ci-dessus,

18 commentaires:

  1. Bonjour Jeanne, nous traînons cet affreux héritage, deux guerres, et pour ne pas oublier on se remémore les dates, que de morts et de souffrances, utiles… !? Merci à toi pour ce jeudi/poésie, moussaillon JB bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on évoque avec émotion Victor Hugo, je suis toujours émue de voir le parcours de cet homme qui de jeune homme bien installé à droite et pendant longtemps puisque encore au début de la IIe république il est élu député de droite et soutien du "petit" Napoléon Bonaparte est devenu le tribun de l'émancipation de l'homme et l'ardent défenseur des droits de l'homme ! bises

      Supprimer
  2. Je ne connaissais que de nom Robert Desnos merci de nous faire connaître ce poème et et de nous en dire quelques mots. Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi qui as des petits enfants, fais-leur découvrir Chantefables et Chantefleurs. Tu les trouveras peut-être en bibliothèque. bises et belle journée

      Supprimer
  3. Magnifique poème de Robert Desnos Jeanne pour ce défi. Un mot qu'il ne faudra jamais oublier:LIBERTÉ.
    Bises et bon jeudi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis toujours méfiée de ce beau mot de liberté sur lequel un professeur de français de collège nous avait donné à réfléchir dans une composition française.
      Je suis épouvantée par exemple de savoir que sur les réseaux sociaux tant de gens aient pu voir la vidéo de la tuerie d'Allemagne avec sa propagande néo-nazie !!!

      Supprimer
  4. Un excellent choix, Jeanne, que ce poème de Robert Desnos ! Bravo et bonne poursuite de ce jeudi,
    Bises♥

    RépondreSupprimer
  5. Excellent choix Jeanne pour ce thème , un héritage précieux que celui de la liberté tellement bafouée de tous temps .
    Quant à l'actualité oui elle est terrible, cette haine exacerbée qui refait surface en Allemagne et cette Syrie qui de nouveau est mise à mal , il y a vraiment de quoi avoir peur.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une liberté à géométrie plus que variable il semblerait ! bises

      Supprimer
  6. Je connais beaucoup de poème de Desnos, merci d'avoir publié celui-ci. N'oublions jamais l'importance de notre liberté...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas seulement la nôtre mais celle de tous ceux qui respectent celle des autres

      Supprimer
  7. Merci Jeanne pour ce poème qui hélas sera encore longtemps d'actualité

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en espérant que ce beau mot reste dans les mémoires et la réalité

      Supprimer
  8. Merci pour ce très beau poème et pour les infos que tu donnes. D'autre part, je ne me fais pas d'illusion, il n'y aura jamais de paix sur la terre. Et nous devrons faire avec cette idée, malheureusement. Bon week end et bises.

    RépondreSupprimer
  9. Je ne connaissais pas ce poème... j'aime énormément.
    Merci pour la découverte.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
  10. Magnifique ! Il ne pouvait pas dire mieux!
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour ce rappel, il semble que le peuple, ne prend toujours pas leçon du passé. Quelle tristesse.
    Merci pour ton partage
    Bisous
    Domi.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.