Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, combien en 2018 ? 20 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (info du 12 février) 30 au dimanche 3 mars, soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 10 janvier 2019

Claire fontaine, de Nérée Beauchemin

Fanfan à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°214 ou 215 (il va falloir l'autorité de l'âmirale Dômi a tranché pour lever cette incertitude) veut nous mettre au turbin (même les retraités comme elle et moi ! si si ! ) et ce malgré l'hiver, le froid ... et l'envie de rester au coin du feu qu'elle nous somme de glorifier en chanson ou en poème pour les deux jeudis de poésie.
Alors voilà, pour le premier jeudi, je suis allée chercher un poème de l'hiver canadien, me souvenant vaguement d'un Beauchemin dont j'avais lu quelques vers lors de la visite dans ma bourgade de lointains descendants québécois de percherons.


Claire fontaine où rossignole
Un rossignol jamais lassé,
N’es-tu pas le charmant symbole
D’un cher passé ?

Source de fraîche mélodie,
Qui fait fleurir, sous nos frimas,
Ce rosier blanc de Normandie,
Qui ne meurt pas !

À ce bouton de rose blanche,
L’hiver ne fut jamais fatal,
Non plus qu’au chêne qui se penche
Sur ton cristal.

Oh ! c’est une peine immortelle
Qui s’épanche, en larmes d’amour,
Dans la naïve ritournelle
De l’ancien jour.

C’est un reflet des ciels de France,
Ô fontaine, que tu fais voir,
Dans la limpide transparence
De ton miroir.


Rossignol au rosier, Katsushika Hokusai,
image du Domaine public
Charles-Nérée Beauchemin, 1850 - 1931, médecin, écrivain et poète québécois
Katsushika Hokusai, ~1760 - ~1849, peintre dessinateur graveur japonais, son oeuvre la plus célèbre est La Grande vague de Kanagawa.

J'ai aussi choisi ce poème parce que en regagnant ma voiture vers 3 heures du matin ce 1er janvier après un réveillon chaleureux entre amis, un oiseau chantait ainsi dans les grands arbres du parc tout près du parking. Je ne le voyais pas. Etait-ce un rossignol à son heure nocturne, ou un merle trompé par l'excès de lumière ? J'aime à penser qu'il s'agissait bien d'un rossignol.


7 commentaires:

  1. L'hiver canadien est plus rude que chez nous et dure… merci Jeanne, je découvre ce poème, j'ai en peut-être lu d'autre de lui sur la blogo ! Bises, JB

    RépondreSupprimer
  2. Tu as choisi l'un des nôtres, Jeanne : super ! Et ce choix est si bien justifié, donnant suite à ce matin du 1er janvier ! Merci aussi pour l'adorable choix d'oiseau !
    Bon jeudi !
    Bises♥

    RépondreSupprimer
  3. Une très joli poème Jeanne.
    Toi aussi tu ne sais plus te situer dans les numéros de défis. J'ai opté pour le NR 215 en toute logique puisque la lettre au Père Noël nous a été présentée comme le défi 2014. Signalé aux autorités supérieures mais à ce jour pas de réponse.
    Bises et bon jeudi

    RépondreSupprimer
  4. Un beau poème qui semble dénoncer une certaine nostalgie de la France , chez l'auteur..
    Bise

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ce rossignol en poème et en vidéo . Je l'entendais autrefois en promenant la chienne le soir mais maintenant je ne l'entends plus
    Bonne journée
    Bisous

    RépondreSupprimer
  6. C'est une découverte aussi pour moi.
    Merci pour le partage, Jeanne.
    J'aime beaucoup.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.