Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 10 février 2017

Le vaisseau

Pour l'herbier de poésie 65 chez Adamante


Pris dans la nasse des temps déchaînés
le fringant vaisseau qu'il était hier
bringeballe comme frêle esquif.

Là-bas en retrait de la côte
le désespoir des mères qui attendent.
©Jeanne Fadosi, mercredi 8 février 2017
pour l'herbier de poésie 65
à voir chez Adamante

Seascape, Peder Balke, about 1860  Photo: Asbjørn Lunde, New York
Inspirations :
Les berceaux, de Sully Prudhomme Clic --->
mis en musique par Gabriel Fauré Clic --->

Les déferlantes, roman de Claudie Galay Clic --->

9 commentaires:

  1. Joli. Douloureuse attente des femmes de marins. Bon week-end. Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Oh oui Jeanne, mère, épouse, enfant... ça tremble dans la tempête tout comme le marin sur le flot déchaîné ! Merci bises

    RépondreSupprimer
  3. Coucou Jeanne,
    Quel beau tableau qui t'a inspiré ces belles lignes et surtout l'inquiétude des mères qui savent leurs fils pris dans la tempête !
    Bises et bon vendredi
    http://zazarambette.fr

    RépondreSupprimer
  4. Femmes courageuses qui tiennent la maisonnée pendant que son homme tient la barre !
    Ma participation cet après-midi sur mon blog...

    RépondreSupprimer
  5. Je t'ai lu chez Admante et j'ai beaucoup aimé.
    Merci, Jeanne.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
  6. J'aime bien moi aussi l'interprétation d'Yves Montand. Je ne la connaissais pas. En revanche, je connaissais celle de Patricia Petibond, une de mes Chouchoutes !
    J'aime bien ce parallèle entre le balancement des flots, et celui des berceaux ....

    RépondreSupprimer
  7. Les mères, les femmes et les enfants attendent toujours celui qui doit rentrer et quelquefois dans l'angoisse. Eux n'ont pas ce sentiment, ils n'en ont pas le temps. Après oui lorsque le calme est revenu.
    Merci pour les liens Jeanne.
    Bon week-end

    RépondreSupprimer
  8. violence du combat, violence de l'attente

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour ce très beau texte et ces liens enrichissants.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.