Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

lundi 20 février 2017

Défi n°180 "La maison du bonheur"

Faites-nous sourire voire rire,
Émouvoir avec cette maison, pas comme les autres,
Le facteur Cheval serait-il battu...?
Ah ma foi... !! sarcastic
C'est ainsi que Jill Bill, maître à la manœuvre des CROQUEURS DE MOTS conclut sa feuille de route pour le défi n°180, en prose ou en poésie, MAIS ... avec une mot imposé : "Idiosyncrasie"


Je vous l'ai dit à demi-mots, mon quotidien actuel pompe mon énergie et grignote mon envie d'écrire. J'espère que des jours plus prévisibles et calmes reviendront. Ainsi va la vie. Et le sujet éveille en moi des souvenirs sensibles et douloureux qui parasitent d'autres évocations possibles et souriantes tels :
Cette ferme traditionnelle perchée à flanc de colline dans les Maramures, accessible uniquement à travers champs au bout d'une grimpée rapide de plus d'une demi-heure ?
Cette maisonnette de bois livrée par les canadiens en réparations de guerre et dont les habitants avaient posé le panneau "Ça m'suffit" ?
Cette cabane que j'avais vu prospérer et devenir pimpante semaine après semaine avant de devenir cendres. (chut ne la réveillons pas me chuchotait Jill jeudi dernier) Il y en avait peu à l'époque (2008, cela me semble un siècle) ?
Cette habitation cossue que nous avions investi à quatre colocataires où nous nous étions partagé chacun une grande chambre, aménagé une autre chambre en bureau et mis en commun le rez-de-chaussée que nous pouvions réserver pour nos besoins privés ? Une parenthèse sans accroc après la défection d'une des colocataires pour incompatibilité d'humeur avec une autre et la venue en pointillé de l'amie d'un autre. Une coloc agrémentée souvent la semaine des professeurs vacataires venus de loin en remplacement car nous avions encore une petite chambre en dépannage, gratuit je précise. Ce partage où nous avions chacun nos aises et notre autonomie fut interrompue prématurément par le décès de notre propriétaire et l'obligation des héritiers de vendre.

De ces années de la fin de la décennie 1970 où je débutais ma vie professionnelle, je me souviens de jours fériés, essentiellement le dimanche, à parcourir la Mayenne, mon département d'adoption, à la découverte de ses paysages et de son patrimoine.

Il faut dire qu'avec Ambroise Paré, le Douanier Rousseau, Alfred Jarry ou Alain Gerbault nous étions en bonne compagnie, nous les "immigrés" de l'intérieur, parachutés là car, il faut bien le dire, Laval ne faisait pas rêver les jeunes jeunes titulaires en quête d'un premier poste.

Ce sujet me donne l'occasion de mettre à l'honneur  Robert Tatin, cet autre génial bâtisseur avec le Facteur Cheval, plus connu dans le monde entier que dans son propre pays, et sa surprenante "Maison des Champs" magnifique expression de ce qu'un artiste peut produire quand il met en oeuvre sans la brider, avec sa tête, son coeur et ses savoir-faire au bout de ses mains, son idiosyncrasie.

Une modeste maison ancienne au départ, dont il a voulu et réussi à faire "une oeuvre monumentale ancrée dans la nature, qui se ferait le carrefour de toutes les civilisations à travers la création d’un langage universel, un « pont entre l’Orient et l’Occident »". 

Un lieu que j'ai visité plusieurs fois car j'y emmenais volontiers mes visiteurs et où il nous est arrivé d'avoir comme guide le maître des lieux avec la fougue de son enthousiasme.

Une Maison des Champs devenue musée Robert tatin qui a obtenu en 2007 le label Maison des illustres

Site officiel du Musée Robert Tatin
Robert Tatin, 1902 - 1983, artiste français
Idiosyncrasie, définition du Cnrtl







16 commentaires:

  1. Bonjour Jeanne, j'espère que rien de fâcheux, il est de périodes ainsi ou la vie vous accapare au point de ne plus voir passer le temps... bref, Robert Tatin rivalise avec le facteur Cheval ! Je ne me souviens d'avoir vu un jour, en tous cas merci à toi pour le tout, bon lundi, bises de jill

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Soucieux en tous cas et sans solution acceptable. Il est des périodes comme cela où l'on subit et où l'on est démuni sans pouvoir aider efficacement. Robert Tatin est très connu à l'étranger mais curieusement pas dans son propre pays !
      bises

      Supprimer
  2. Pause petites filles terminée. Je n'ai pas pu participer. J'ai bien aimé tes souvenirs. Je garde un excellent souvenir de la visite du facteur cheval. Belle semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas eu l'occasion de visiter le palais du Docteur Cheval ; Celui-ci est moins connu en France mais tout autant à l'étranger ...
      belle semaine à toi aussi

      Supprimer
  3. Entre souvenirs et réalité, un musée qui parlent d'architectes hors normes... Tout ce qui sort des rails dérange et pourtant !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que cela me donnait l'impression d'un fatras plus dérangeant qu'esthétique. Mais quand on observait chaque sculpture séparément ...
      et la verve du guide nous emportait loin dans ce qu'il voulait dire sur le monde et la façon des les hommes l'investissaient. A sa manière, c'était un visionnaire beaucoup plus qu'un imaginatif.

      Supprimer
  4. On aime ou on n'aime pas,mais on ne peut qu'être époustouflé devant cette construction complètement hors du temps et des règles de construction classiques! Moi j'aime beaucoup .
    J'espère que tu seras mieux bien vite . Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait il adaptait ses propres règles (c'était un maçon-charpentier à la base, un bâtisseur réputé, pas un autodidacte comme le Facteur Cheval) aux observations qu'il ramenait de ses nombreux voyages, notamment en Orient et en Amérique. J'ai aimé, beaucoup, plus le détail que l'impression d’ensemble que je trouvais désordonnée. Aurais-je le même regard maintenant que j'ai pris de l'âge et du recul ? bises
      Ce n'est pas moi qui vais mal encore que le mal-être soit difficile à supporter physiquement et moralement. J'aide comme je peux, mal sans doute et surtout sans vraie solution.

      Supprimer
  5. Bonjour jeanne, Merci pour tes visies et toujours gentils commentaires auxquels je ne pouvais pas répondre (blocage informatique), j'utilise maintenant "google chrome ", il semble que ça fonctionne. Alors MERCI ! et à très bientôt j'espère. bises bien amicales.
    Henri.

    RépondreSupprimer
  6. Quelle intéressante participation, Jeanne ! Je t'accompagne de toute mon amitié ! Grosses bises♥

    RépondreSupprimer
  7. En dehors de la tarte je ne connaissais pas ce Tatin hihi!!!
    Tu as toujours le don de nous faire découvrir des choses intéressantes.
    Je lis ta réponse au commentaire précédent, je sais par expérience que ce n'est pas facile voire impossible de sortir quelqu'un de son mal être.
    Je te souhaite force et courage !!!
    Bisous.
    Domi.

    RépondreSupprimer
  8. Belle évocation Jeanne et magnifique partage qui donne vraiment envie d'aller visiter ce musé! Merci à toi! Ne laisse pas trop ton quotidien te grignoter même si je sais que bien des fois on n'a pas vraiment le choix et il faut faire face! Je suis aussi un peu dans ce cas depuis un moment et pas facile de se garder toujours un espace à soi pourtant tellement nécessaire pour garder un équilibre. bon courage. Chloé

    RépondreSupprimer
  9. Je découvre le domaine de cet artiste, tu as raison qui mérite amplement qu'on s'attarde sur son oeuvre . Merci de nous l'avoir présenté .
    Bon courage pour les soucis que tu as en ce moment
    Bisous

    RépondreSupprimer
  10. Coucou Jeanne

    Très honnêtement, ce décor m'étouffe ! Peut être que les explications m'auraient fait changer un peu d'optique...???
    Bon courage à toi ma chère Jeanne... Je t'envoie tous nos plus beaux rayons de soleil pour réchauffer ton quotidien. Bcp de bisous

    RépondreSupprimer
  11. ce domaine n'est pas si éloigné et la Mayenne un magnifique département !
    pour le prochain défi on peut avoir gare, maison hôtel ou terrain pour raconter une histoire suivant l'humeur des dés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Josette, je vais d'abord voir si j'ai encore un jeu de Monopoly à la maison ou si je l'ai donné à la collecte des jouets de Noël. Ce n'était pas mon jeu préféré car cela pouvait durer des heures ...
      Bonne idée et merci de tenir la barre.
      Comme d'hab en ce moment, je ferai selon mes disponibilités difficiles à prévoir
      bises

      Supprimer