Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 16 février 2017

Hymne à la beauté, de Charles Baudelaire

Pour le défi n°180 des CROQUEURS DE MOTS Jill Bill, depuis son bateau-château, nous convie à écrire sur une drôle de maison du bonheur et comme tout est affaire de goûts et de couleurs, les fils conducteurs des jeudis poésie (facultatifs) sont "beauté" puis "laideur".
Il y a des mots qui dans ma tête sont comme des boutons-mémoire à bribes de poésie

Là tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté ...
     Baudelaire, L'invitation au voyage
Bien sûr ! Non pas encore, elle est trop connue. Je ne m'en lasse pas d'accord, mais je l'ai déjà mis en ligne plus d'une fois et pas que moi.
Gouguel, stp, poésie + beauté : en troisième occurrence, Baudelaire bien sûr, ce magnifique poème interrogeant le sens, l'origine, le pourquoi de la Beauté.

Viens-tu du ciel profond ou sors-tu de l'abîme,
Ô Beauté ! ton regard, infernal et divin,
Verse confusément le bienfait et le crime,
Et l'on peut pour cela te comparer au vin.
Tu contiens dans ton oeil le couchant et l'aurore ;
Tu répands des parfums comme un soir orageux ;
Tes baisers sont un philtre et ta bouche une amphore
Qui font le héros lâche et l'enfant courageux.
Sors-tu du gouffre noir ou descends-tu des astres ?
Le Destin charmé suit tes jupons comme un chien ;
Tu sèmes au hasard la joie et les désastres,
Et tu gouvernes tout et ne réponds de rien.
Tu marches sur des morts, Beauté, dont tu te moques ;
De tes bijoux l'Horreur n'est pas le moins charmant,
Et le Meurtre, parmi tes plus chères breloques,
Sur ton ventre orgueilleux danse amoureusement.
L'éphémère ébloui vole vers toi, chandelle,
Crépite, flambe et dit : Bénissons ce flambeau !
L'amoureux pantelant incliné sur sa belle
A l'air d'un moribond caressant son tombeau.
Que tu viennes du ciel ou de l'enfer, qu'importe,
Ô Beauté ! monstre énorme, effrayant, ingénu !
Si ton oeil, ton souris, ton pied, m'ouvrent la porte
D'un Infini que j'aime et n'ai jamais connu ?
De Satan ou de Dieu, qu'importe ? Ange ou Sirène,
Qu'importe, si tu rends, - fée aux yeux de velours,
Rythme, parfum, lueur, ô mon unique reine ! -
L'univers moins hideux et les instants moins lourds ?
Charles BAUDELAIRE, Les fleurs du mal, Spleen et idéal, éd augmentée de 1861 

Charles Baudelaire, 1821 - 1867, poète
Les Fleurs du mal, première édition 1857 complétée jusqu'à sa mort
Exemple de commentaire composé du poème

griffonnage Jeanne Fadosi pour Je voulais faire silence ...

12 commentaires:

  1. Grand merci Jeanne, ce Baudelaire "Hymne à la beauté" convient parfaitement au thème de ce jeudi/poésie ! Quant à ta petite maison griffonnée, chut, je ne voudrais pas la réveiller... bon jeudi, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as raison il ne faut pas réveiller le passé bises

      Supprimer
  2. Réponses
    1. j'ai supprimé ton doublon. J'espère que cela n'aura pas de conséquence sur le filtrage de tes commentaires bises

      Supprimer
  3. Ton griffonage est bien joli...
    Baudelaire et ses Fleurs, sont à elles seules toute la beauté du monde.
    Merci Jeanne pour cette page.
    eMmA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et dire qu'il a fallu 1949 pour que soit révisée sa condamnation pour outrage aux bonnes moeurs (à l'unanimité moins une voix !!! wikipedia ne précise pas si le magistrat s'est abstenu ou a voté contre !)
      Baudelaire et Les fleurs du mal une histoire d'imprimerie d'enfance pour moi, dans les allées où le courageux Poulet-Mallassis a bravé la censure pour que cette merveille de beauté existe

      Supprimer
  4. En lisant le poème, je me disais qu'il faudrait à notre monde plus de poètes pour lui rendre la beauté qu'il perd chaque jour.

    Merci pour le partage.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois pas qu'il n'y a pas assez de poètes, il n'y a pas assez de passeurs qui les feraient connaître et aimer
      bises et douce soirée Quichottine

      Supprimer
  5. J'étais sure que je le trouverai ce poème pour ce jeudi poésie .J'ai eu la chance de l'avoir à analyser au bac et visiblement nous étions sur la même longueur d'ondes avec l'examinateur . A cette époque en classe scientifique nous avions un oral et pas d'écrit seule la philo était en épreuve écrite .
    Merci pour ce rappel
    Joli coup de crayon
    Bonne soirée
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie que cela te rappelle un souvenir qui visiblement était satisfaisant Je trouve que c'est un poème magnifique et si plein de sens.
      bises

      Supprimer
  6. J'aime beaucoup ce poème comme nombreux chez cet auteur.
    Ton griffonnage allie bien poésie et beauté.
    Merci pour ce partage.
    Bisous.
    Domi.

    RépondreSupprimer