Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 27 mars 2020

Au delà du jardin

Pour la page 161 de l'Herbier de poésies 
en hommage à Manu Di Bango

C'était un jardin extraordinaire, immense dans ses yeux de petite fille de cinq ans.Le mur lisse qui séparait la cour goudronnée du jardin voisin dérobait d'abord au regard le poulailler et la volière aux pigeons, une partie du verger herbeux et la porte de tous ses rêves.

Il avait rejoint son amoureuse dans la ruelle à l'abri des regards derrière le poteau électrique et en deçà du coude qui les protégeait de la rue basse.


De l'autre côté s'épanouissait un grand potager et une remise ouverte abritant les outils et les clapiers. Le long des hauts murs s'étalaient des rosiers au-dessus des groseilliers, des framboisiers et des cassis.

Au milieu, pommiers et cerisiers échelonnaient leurs généreuse floraison avant l'offrande de leurs fruits. Dès juin les juteux bigarreaux puis les griottes pour les tartes et les confitures, enfin les montmorency roses et blanches même mûres pour des fruits à l'eau de vie réservés aux adultes dans de bien jolis bocaux.

Mais le paradis de la fillette ne lui suffisait pas et elle se donnait la permission de promener son chien, un petit ratier comme Milou mais à la robe grise et beige. La sente pierreuse et escarpée ne faisait guère plus d'une centaine de mètres et elle ne s'échappait jamais plus de quelques minutes qui lui semblaient être le début du bout de son monde.

Quand la petite fille avait ouvert la porte dérobée pour sa fugue ce jour-là, les amoureux s'étaient trouvés tout bêtes. Mais elle avait souri, refermé discrètement la porte et renoncé à sa promenade. La corête sur le déclin faisait encore mille petites boules jaunes comme des étoiles et le seringa, dans sa blancheur immaculée, saturait l'air de son puissant parfum.

Longtemps après, en écoutant la biographie de Manu Dibango, la fillette devenue femme se plaisait à imaginer qu'elle avait peut-être surpris l'artiste en devenir, venu dans le coin participer à l'animation d'un bal de village comme il le faisait alors. Après tout, ils n'étaient pas si loin de Saint Calais et son hôte avait de la famille dans le coin. Avait-il même et pourquoi pas, déjà tenté, sinon réussi à faire graver et presser un 45tours chez Decca ?

Tourtereaux d'un jour
promesse d'une grande histoire ?
Ils vivaient l'instant

Du jardin leur parvenaient
roucoulades et fragrances.


©Jeanne Fadosi, mercredi 25 mars2020
pour l'herbier de poésies 161
à découvrir à partir de vendredi et au fil des jours
avec les autres brins sur la page 161 de L'Herbier

Jardin André Van Beek
Manu Dibango, 12 décembre 1933 - 24 mars 2020, saxophoniste et chanteur camerounais mondialement connu, mort des suites du coronavirus responsable d'une pandémie en 2019-2020
Annonce Le Monde


Manu Dibango, dans les coulisses de ma vie

annonce Ouest France


8 commentaires:

  1. Une belle histoire Jeanne, on est mieux à grandir dans un coin de nature, que dans les rues de la ville, pas les mêmes souvenirs, merci JB

    RépondreSupprimer
  2. Bravo pour ton texte superbe sur ce beau tableau. Bisous

    RépondreSupprimer
  3. Ton récit est un magnifique hommage... merci, Jeanne.
    J'ai aimé, énormément.
    Un grand artiste disparaît... hélas.
    Mais sa musique restera.
    Passe une douce journée. Merci pour tout.

    RépondreSupprimer
  4. Un très bel hommage à ce grand artiste. Merci Jeanne.
    Bises, bon vendredi, prends de soin de toi

    RépondreSupprimer
  5. Un grand artiste victime du virus . Un fin de vie triste . Nous avons eu de la neige ;l'hiver est encore là! Bonne journée"

    RépondreSupprimer
  6. Que de portes ouvertes
    aux jardins de nos enfances
    gravés comme bonheur à cœur

    Quel bel hommage !

    RépondreSupprimer
  7. C'est tout à fait super, Jeanne ! Bravo !
    Douce soirée,
    Bises♥

    RépondreSupprimer
  8. Des personnes connues de nous tous qui partent à cause de ce satané virus, ça fait encore plus mal au coeur. Dans ton histoire, un jardin comme on n'en voit plus beaucoup. Le plus souvent, les nouveaux jardins sont faits de pelouse, de fleurs, mais rarement d'arbres ou arbustes fruitiers que tu nommes ici.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.