Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 26 mars 2020

Complainte du fusillé, de Jacques Prévert

Il était moins une ! J'allais oublier le jeudi poésies des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°234 que nous propose Durgalola :
Participons avec joie, au printemps des poètes.
Le 1er jeudi poésie : 26 mars avec le mot ou thème COURAGE

Je sais que normalement je devrais demander l'autorisation à qui d'ailleurs ? mais en ces temps tourneboulé, et pour ce texte de circonstance, il me semble qu'on peut faire exception ...

Trois remarques : 1) j'ai programmé ce billet vers 19h40, sans même savoir que le chef de l'Etat français prendrait la paroles quelques minutes plus tard.
2) sur wikipedia, je n'ai pas retrouvé ce poème dans la liste des textes de Paroles. Je n'ai pas pu sourcer ce texte. Soit il n'est rien précisé, soit il est supposé faire partie du recueil Paroles. J'aimerais être éclairée
Quichottine m'a apporté une partie de la réponse en indiquant que ce poème a été publié dans Fatras voir son commentaire ci-dessous. L'histoire des parutions et remaniements de Fatras étant complexe, la date que j'ai indiquée n'est pas certaine quant à l'insertion de Complainte du fusillé.
3) ce matin vers 6h, j'ai salué mentalement les éboueurs passant comme chaque semaine ramasser le contenu des poubelles.
Complainte du fusillé
Ils m'ont tiré au mauvais sort
par pitié
J'étais mauvaise cible
le ciel était si bleu
Ils ont levé les yeux
en invoquant leur dieu
Et celui qui s'est approché
seul
sans se hâter
tout comme eux
un petit peu a tiré à côté
à côté du dernier ressort
à la grâce des morts
à la grâce de dieu.

Ils m'ont tiré au mauvais sort
par les pieds
et m'ont jeté dans la charrette des morts
des morts tirés des rangs
des rangs de leur vivant
numéroté
leur vivant hostile à la mort
Et je suis là près d'eux
vivant encore un peu
tuant le temps de mon mal
tuant le temps de mon mieux.

La guerre déclarée
j'ai pris mon courage
à deux mains
et je l'ai étranglé.

Le Ministre de la guerre :
Je poursuis.
Un hôpital détruit : dix, cent -
et je suis modeste -
peuvent être reconstruits
Et, le projet adopté à l'unanimité,
la nuit est tombée,
l'hôpital a sauté avec aux alentours quelques bribes du quartier.
Le jour se lève sur la ville
où le rire s'amenuise, se dissipe et disparaît.
Tout redevient sérieux.
La vie, comme la Bourse, reprend son cours
et la mobilisation générale se poursuit de façon normale.


Jacques Prévert, recueil Paroles, 1946 Fatras 1966*


Avec un immense merci pour tous ces gens qui font un immense et magnifique travail pour que ne sombre pas ne navire Hôpital sans oublier tous ceux qui vaquent aux tâches indispensables à notre survie individuelle et collective.

Du coup je n'ai pas le temps de chercher une illustration qui serait pertinente, à moins que vous n'en ayez à me proposer

8 commentaires:

  1. Tous ces poètes de la guerre nous offrent de belles leçons de vie !

    RépondreSupprimer
  2. En fait, ce n'est pas dans Paroles, mais dans Fatras... mais, comme je n'ai pas retrouvé mon recueil (je sais que je l'ai, mais il faut que je remette la main dessus) je ne peux pas te donner la page.
    J'ai retrouvé le titre dans un table des matières sur le site de BNFA.fr
    Voici le début de la table :

    LETTRE OUVERTE
    SAINTE ÂME
    LES RÈGLES DE LA GUERRE
    ANALECTES
    ... FORS L'HORREUR
    COMPLAINTE DU FUSILLÉ
    LES OVATIONS CÉLÈBRES
    L'ARGUMENT MASSU
    ET LES CABIRES ONT DANSÉ
    IN VINO VERITAS
    JE VOUS SALIS, MA RUE
    L'HEURE DU CRIME

    Par contre, il y a un autre poème dans "Histoires" :

    Le fusillé
    Les fleurs les jardins les jets d'eau les sourires
    Et la douceur de vivre
    Un homme est là par terre et baigne dans son sang
    Les souvenirs les fleurs les jets d'eau les jardins
    Les rêves enfantins
    Un homme est là par terre comme un paquet sanglant
    Les fleurs les jets d'eau les jardins les souvenirs
    Et la douceur de vivre
    Un homme est là par terre comme un enfant dormant.
    (p110 de ma version en poche, Le livre de poche 1992)

    Passe une douce journée. Bisous.

    RépondreSupprimer
  3. Un excellent choix, pour relever le défi, Jeanne ! Bon après-midi ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  4. Un tres bon choix de poème pour ce thème du courage .
    Un grand merci oui à tous ceux qui œuvrent pour que nous ne sombrions pas .
    Bon vendredi
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. C'est un texte magnifique et si triste….

    RépondreSupprimer
  6. je ne peux pas une fois de plus commenter sur les blogs d'Ekla.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.