Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

lundi 16 mars 2020

Défi n°233 : Deux naissance de rêve à la Une

Pour le défi n°233 des CROQUEURS DE MOTS, Marie nous propose le jeu suivant :
pour lundi 16 mars,  défi 233 croqueurs de mots
Il nous est arrivé sans doute à toutes et tous d’être plongés dans un doux rêve et de nous réveiller  en sursaut. Comme  nous aurions aimé  poursuivre ce rêve inachevé !

Je vous avoue ne pas trop avoir la tête à écrire en ce moment alors, sans tout à fait répondre au sujet, je réédite un texte écrit pour un autre défi des Croqueurs.

"Et si Jésus naissait de nos jours…
Cela donnerait la «une»  dans tous les journaux télévisés …
A vous de broder autour de cette histoire."
Telle était la consigne de notre Câpitaine Dômi pour ce défi n°190 des CROQUEURS DE MOTS qui ouvrait la nouvelle saison.

Je disais alors que pour la rentrée, Dômi faisait fort ! Un sujet dont je ne voyais pas trop par quel bout le prendre. Jusqu'à ce matin-là et le souvenir de mon dernier rêve. J'ai brodé tout autour bien sûr pour en faire une histoire, mais l'essentiel était là.
Allez savoir déjà comment dans le rêve un chien brun s'était transformé en vache blanc-beige. (Je n'avais même pas l'excuse de rêver du salon de l'agriculture !). 
 Qu'est-ce que c'était cette poche grise qui pendouillait sous son ventre et ... mais oui elle devenait de plus en plus grande et lourde jusqu'à tomber de ... son  nombril. De plus en plus intrigant ! D'ailleurs la vache semblait elle-aussi déroutée par cette bulle inattendue. Meu-euh ...
-Bêêêêh !!!!!
Je n'avais pas la berlue, j'entendais bien.
- Ben v'là aut'chose, la Rose qui vèle d'un biquet !
- Mais non voyons, c'est un veau, regarde ses pattes, là et cette tête, ici qui cherche déjà le pis de la Rose.
- Bêêêêhhh !!!!
Aucun doute la poche comptait plusieurs nouveaux-nés. Quatre, c'était inédit et ...  beaucoup trop ! Tu crois qu'ils sont morts ? Ces deux-là en ont bien l'air ! Quel dommage. C'était un beau veau !
- et une belle biquette ! Incroyable ! et tiens j'te l'disais bien. Y a un veau à tête de chèvre et une chèvre à tête de veau qui ont l'air bien vivants.
- Mais comment est-ce possible ? On a sauvé la Rose de la réforme pour une douce vieillesse. Tu es sûre que le véto n'a pas fait d'insémination artificielle en douce ?
- Oh c'ti-là, aucun risque, il nous l'aurait fait payer. D'ailleurs la Marguerite nous a donné un bien joli p'tit veau il y a deux jours. Alors ???
- Alors c'est l'immaculée conception !
- Non !!!!
- Si !!!! A moins que ...
- A moins que quoi L'Emile ? Toi aussi tu penses au Deux Pan du père Grégoire ?
- Pas Deux Pan la Marie, Dieu Pan ! comme le héros de la mythologie grecque.
- mouais ... Je croyais pourtant que ce qu'on disait de sa femme était des racontars.
- Tu as sans doute raison, la Jeanne. Moi je crois qu'elle s'est enfuie parce que le Grégoire, quand il revenait du marché et qu'il avait bien trop bu, il la battait comme plâtre ! Il était bien content que la rumeur la fasse passer pour une sorcière du Sabbat.
- N'empêche que ces bestioles sont bien troublantes. Une vache et un bouc ?
- Un vieux bouc la Jeanne et à moitié châtré en plus.
- Ah oui j'avais oublié ce "détail".
- L'père Grégoire avait missionné sa femme chez le vétérinaire. C'était une autre époque qui ne suscitait aucune protestation. Il parait qu'on les leur coupait à cru et que la pôv bête a tellement crié à la première que la pôv femme touchée par la souffrance du bouc a demandé au vétérinaire d'arrêter. C'est après ça qu'elle est partie tiens !
- Ah mon Emile ! Ce n'est pas "il parait", j'étais dans la salle d'attente. Je n'ai pas assisté à la scène mais j'ai entendu les hurlements, on aurait presque dit des pleurs. J'ai même vu la pince, cet instrument de cette torture.
Les deux chimères se portaient bien, la vache maigre et usée faisait de son mieux pour leur proposer ses mamelles.
- Comment va-t'on faire l'Emile ? On n'a pas les moyens de les garder.
- T'inquiète pas de ça la Jeanne, ces spécimens vont faire la Une des JT j'tel'promets ! Je m'occupe de la communication, il suffit de bien choisir leurs petits noms. Que dis-tu de Jésus et Dollar ?
- Bên ! Jésus, je vois mais Dollar ?
- Comme Dolly la brebis clonée. Tu me suis ? Avec ces deux-là j't'garantis, on va se faire du lard, avec de beaux dollars et des c... en or...
- Si tu l'dis !
Goya, Le sabbat des sorcières, 1797-1798
Récemment, j'ai lu le roman 180 jours  de Isabelle Sorente et nul doute que j'aurais écrit différemment à la lumière de ce récit glaçant sorti trop tôt pour la reconnaissance médiatique qu'il méritait et qui connaît avec sa sortie en poche une nouvelle naissance. Et vous savez quoi, est-ce un hasard ? Son dernier roman (que je n'ai pas (encore lu) a pour titre Le complexe de la sorcière

12 commentaires:

  1. Quelle histoire que cet accouplement hors norme… bêtes de foire, dans le sens cabinet de curiosité, certes et pis y a des gens qui payent pour voir ,-) bon lundi Jeanne, jill

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des chimères créées par les humains qui m'inquiètent bien plus

      Supprimer
  2. Que d'imagination. Un tableau qui t'a bien inspirée. Belle semaine et bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me souviens plus d'où m'étais venues ces idées ... bises

      Supprimer
  3. Une excellente réédition Jeanne, Merci !
    Bise et bon début de semaine, en observant le maximum de vigilance vis à vis de la contamination du coronavirus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des choses simples à faire et à respecter. Ce n'est pas une petite grippette comme je l'entends encore trop et l'on entend du n'importe quoi en mode majeur comme en mode mineur ! bises

      Supprimer
  4. Je crois que le contexte actuel nous obligerait tous à écrire autrement...
    Merci pour la rediffusion tout à fait cohérente.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou à ne pas écrire du tout en attendant des jours meilleurs pour la planète et les humains qui l'habitent et la détériorent ... bises

      Supprimer
  5. Bravo pour cette réédition, Jeanne ! Bon mardi !
    Prends bien soin de toi,
    Bises♥

    RépondreSupprimer
  6. Beaucoup d'imagination ; des naissances miraculeuses .Mais ils ont bien les pieds sur terre pour tirer profit de cela! Bonne journée

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour cette réédition je n'avais pas lu cette participation .
    Bonne journée Jeanne
    Bises

    RépondreSupprimer
  8. Tout une histoire qui méritait bien d'être réédité !!!! Et oui il se passe parfois des choses bizarre en notre monde !!!!

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.