Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, encore 123 en 2017, 121 en 2018 ? 101 femmes depuis le 1e janvier 2019 en France (2 septembre 2019) , soit une femme tous les deux jours ! accélération ou meilleure visibilité ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

dimanche 8 mars 2020

Elles aussi

Pour marquer in extremis en cette fin de dimanche le 8 mars , ancienne journée internationale de la femme devenue journée internationale des droits des femmes, raccourci par l'ONU en journée internationale des femmes, une journée qui devrait être de tous les jours? j'avoue avoir hésité.


- remonter mes premières indignations ?
- remonter le fil de l'Histoire ?
- épingler un article où je mettais à l'honneur quelques femmes ... Un billet qui commence mal en tressant des lauriers à une dame longtemps admirée, prix Nobel de la paix, mais désormais exécutrice complice ou otage des factions extrémistes contre une partie de son peuple ?
- remonter ce billet écrit au lendemain du 8 mars 2014, juste Pour changer de regard et le plaisir de partager à nouveau ce lien Et pourtant j'communique

A l'occasion d'un jeu d'écritures des CROQUEURS DE MOTS en décembre 2017 j'écrivais ceci



Dans l'encre noire de l'interminable nuit polaire, à quoi rêve l'inuk, le nénètse, le sami, le renne blanc ?
A peine une lueur
en trait s'union d'un jour l'autre
abstraction du temps
Craignent-ils la disparition de la lumière ? Séléné, pâle reflet sur la neige, leur propose mille nuances de blancs, et autant de mots pour la nommer. 
Là-bas, à près de vingt mille kilomètres vers le sud, de l'autre côté du méridien, un indien insomniaque de Patagonie contemple la fusion de deux jours sans nuit en pleurant
Quand le cépuscule
cède le pas à l'aurore blême
Terre et ciel s'admirent
Il pleure, inconsolable, sa grand-mère Angela, la dernière ona tandis que loin au nord  le sang inuk d'une femme au sang mêlé s'élève dans la nuit pour dire "moi aussi".

©Jeanne Fadosi, lundi 4 décembre 2017
pour le défi 196 des CROQUEURS DE MOTS



Illustrations :
première photo, nuit polaire à Mourmansk, Russie, 2 déc 2013
deuxième photo, jour sans fin en Suède, au bord d'un lac, juillet 1974, 3 heures du matin

2 commentaires:

  1. Belle remontée dans le temps de ce texte proposé pour le défi 196 des CROQUEURS DE MÔTS. Bravo !
    Bises et bon début de semaine

    RépondreSupprimer
  2. Tu avais bien des possibles, j'aime beaucoup ce que tu as choisi de montrer.
    Merci !
    Bisous et douce journée.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Merci de patienter, je ne les valide pas toujours à la minute ni même quelquefois à la journée.
Les commentaires anonymes et non signés d'une manière ou d'une autre ne seront pas validés.
Comments are moderated. Thank you for your patience, I don't valide them immediatly.
anonymous comments are never validated except if they are signed in the text.