Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 10 mars 2017

Enfant de nulle part

Pour la page 69 de l'herbier de poésies


Douleur d'avoir perdu sa terre natale, douceur douloureuse qui fait tenir debout.
Quelle Terre a-t-il emporté en poussière dans ses poches, l'enfant du voyage né entre deux rivages, ou dans la boue d'un camp immonde ?
De quelle Terre se sent-il né, cet enfant de l'errance ballotté de rejets en rejets ?
Vers quelle Terre peut-il espérer construire son monde dans ce monde ?
A quelle Terre peut-il se confier, l'enfant de la Terre, d'où qu'il soit, où qu'il aille, là où il est cet instant, pour quelques heures ou pour l'éternité ?
©Jeanne Fadosi, mardi 07 mars 2017
à voir sur L'Herbier de poésies


En écho Sur les routes d'exil, pour miletune, lundi 1er août 2016 (écrit le 30 juillet 2016) avec cette précision dans mon tapuscrit :

"plus de 3035 migrants sont morts depuis le début de l'année (2016) en tentant de traverser la méditerranée, chiffre révélé hier par l'organisation internationale des migrations. C'est deux fois plus de morts ces sept derniers mois que sur la même période l'an dernier" information France Inter 28 juillet 2016 aux infos de 7h"
une des dernières images du documentaire
de Yolande Moreau Nulle part en France
(dans la jungle de calais et de grande Synthe)

5 commentaires:

  1. Citoyen du monde comme un autre et plus qu'un autre même mais que deviendra t-il ? Beau week-end et à lundi.

    RépondreSupprimer
  2. Son pays, sera celui où il sera accueilli, où il sera entouré d'amour, où il grandira...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le crois aussi... mais il y aura toujours en lui cette blessure...

      Supprimer
  3. Je vois que je ne suis pas la seule à être à la fois triste et révoltée par le sort de tous les enfants victimes des guerres et injustices, un peu partout dans le monde.
    De petits pieds dans la boue, des enfants blessés qui souffrent et meurent , quelle horreur !
    Merci pour ce billet courageux .
    Gros bisous, Jeanne ! Francine.

    RépondreSupprimer
  4. Un sujet très dur et hélas un sujet qui perdure !!!!!

    RépondreSupprimer