Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 17 mars 2017

Le petit bal de ...

Pour la page 70 de l'herbier de poésies

Attrapées par distraction, la voix de Guillaume Gallienne dans le poste de radio dans "ça n'peut pas faire de mal", celle de Dominique Blanc lisant la première phrase de la dernière page du livre de Annie Ernaux Les années (à partir de la minute 43'00) :
"Le petit bal de Bazoches-sur-Hoesne avec ses auto-tamponneuses"


Grande plongée dans ces soirs de fête où j'allais à ce bal jeunette, petite dernière chaperonnée gentiment par mes aînées et mes aînés.
Après la retraite aux flambeaux et le feu d'artifice.
Avant les heures de la nuit, vers trois ou quatre heures, quand les danseurs cédaient la place aux bandes et aux risques de bagarres.
De trop rares occasions d'entendre maman raconter ses bals du Trocadéro ou au Bullier, les recommandations de Mémé Louise, mon étonnement de la grande liberté dont elle disposait au même âge que le mien dans les années 1925.
Son carnet de bal qui rendait concret mes lectures romanesques, longtemps précieusement archivé à l'abri de la jalousie de mon père supportant mal qu'elle ait eu une vie sentimentale avant lui. En tout bien tout honneur précisait-elle les yeux brillants.
Un carnet où elle notait la qualité de danseur de ses cavaliers, où un nom exotique revenait souvent. Il dansait si bien ...

Collision de deux mémoires, intrusion d'un grand livre d'écrivain dans le souvenir vrai de mon adolescence ...
Pour ...
"sauver le temps, le mien, celui des autres" (Annie Ernaux)
©Jeanne Fadosi, mercredi 15 mars 2017
à voir sur L'Herbier de poésies
"Au bal" de Berthe Morisot -  musée Marmottan-Monet

En références :
l'émission du 5 novembre 2016 sur France Inter, ça peut pas faire de mal (à partir du point 43'00 pour la citation)
Annie Ernaux Les années, dans Un jour un livre, j'ai cité de mémoire ses derniers mots dans l'entretien.(archive INA accessible à l'essai ou sur abonnement)

illustration musicale Sidney Béchet Si tu vois ma mère


Bonus en hommage à Chuck Berry, mort le samedi 18 mars 2017 à 90 ans, pionnier de la musique Rock'n Roll

11 commentaires:

  1. Maman tenait une sorte de carnet de bal comme un bulletin scolaire, sourire, ah oui papa valait mieux que, merci aussi Jeanne chacun ses heures de bal n'est-ce pas, bises

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Jeanne,

    Une interprétation très intéressante où aujourd'hui cotoie hier. Ce tableau a fait remonter tes souvenirs. C'est joli et émouvant
    Bises
    ;)

    RépondreSupprimer
  3. On est gâtés chez toi aujourd'hui : beau et nostalgique souvenir des bals popupulaires d'antan, la référence à Annie Ernaux dont je crois avoir lu tous les livres ou à peu près, et... le magnifique "Si tu vois ma mère" de Sidney Bechet (j'en adore aussi la version interprétée par Woody Allen pour son film "Midnight in Pars" que je reverrais cent fois).
    Ce beau tableau de Berthe Morisot me fait immanquablement penser à la chanson "Wallflower" de Dylan, également interprétée avec délicatesse par Diana Krall ( to be a wallflower = faire tapisserie).
    Merci Jeanne. Bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
  4. Un très bel extrait Jeanne, merci pour le lien.
    Bises et bon vendredi

    RépondreSupprimer
  5. Le temps passe, les bals ne sont plus ce qu'ils étaient ... De jolis souvenirs de jeunesse . Nous ne risquions pas de faire des bêtises , car nous étions surveillées comme le lait sur le feu!
    Bon week end

    RépondreSupprimer
  6. Cette remontée de souvenirs est charmante Jeanne et je vois si bien les yeux brillants de ta maman!
    Dans tes jolis mots nous découvrons un nouveau petit bout de toi, merci.

    RépondreSupprimer
  7. Depuis longtemps abandonné, ce carnet de bal !!! Quand les souvenirs refont surface, l'émotion n'est jamais bien loin !

    RépondreSupprimer
  8. une belle participation- je n'ai pas connu ces carnets- c'étaient des beaux bals alors -- comme dans les films à la tv ?
    étonnante habitude de noter les cavaliers--
    de nos jours avec le rock pas de carnet ! lol
    bonne soirée- bisous-

    RépondreSupprimer
  9. Comme le son de Sidney Bechet va bien avec le côté sépia de ces carnets de bal... J'aime te lire, Jeanne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne pouvais que reprendre le choix musical d'Annie Ernaux dans l'émission de Guillaume Gallienne. Mais je serais tentée de rajouter un morceau mythique de Chuck Berry sur lequel j'ai de toute évidence dansé dans ce petit bal, en dépit du comportement scandaleux et d'ailleurs condamné en son temps du personnage. D'ailleurs pourquoi pas. J'aime mieux écouter Bechet, mais danser sur Berry, wouah ! quels souvenirs

      Supprimer
  10. J'aimerais énormément rencontrer Annie Ernaux... elle ne vit pas si loin.
    Ses livres m'ont tous beaucoup émue.
    Passe une douce journée Jeanne. Un grand merci pour cette page.

    RépondreSupprimer