Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

mercredi 15 mars 2017

Hommage à Prévert

Le 19e Printemps des Poètes s'associe à l'anniversaire Jacques Prévert 1900 - 1977

Comment lui rendre hommage ? J'ai l'impression depuis ma toute petite enfance, d'avoir appris à grandir, à penser, à vivre, sous sa bienveillante tutelle.


En chemin de fer derrière l'hiver ... je me vois encore la chanter par coeur dans la cour après l'école ...
Clic --->
"et le printemps nous a salués
C'était lui le garde-barrière
et il nous a bien remerciés
et toutes les fleurs de toute la terre
soudain se sont mises à pousser
pousser à tort et à travers
sur la voie du chemin de fer
qui ne voulait plus avancerde peur de les abîmer"
quand je vous disais qu'on avait éveillé ma conscience écologique très tôt.

C'était un temps raisonnable où Prévert était enseigné à l'école, avec le sourire de tous,
même avec Le cancre

caricature allemande, 1849, Domaine public
Le saviez-vous, le bonnet d'âne n'était pas une humiliation à l'origine :
L'âne, animal considéré comme intelligent, devait par son bonnet, transmettre un peu de son intelligence à cet élève qui semblait en avoir besoin ...

Mais le poème qui avait emporté l'unanimité dans les cœurs des élèves, c'était Pour faire le portrait d'un oiseau

Prévert était un poète de la vie, un poète des mots, un poète des images, que ce soit avec des crayons et des pinceaux, de la colle et des ciseaux, ou des caméras.
Un poète des petites phrases incisives. 
J'aurais tant aimé lui obéir quand il disait :
" Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple. "
Jacques Prévert, Spectacle, Intermède, 1951, p221 de l'édition folio n°104 de 1972
mais c'est bien difficile d'oublier que :
"Les sorciers, lorsqu'ils font de terrifiantes conneries, on accuse toujours l'apprenti." Jacques Prévert, Fatras, 1966
Quoi ? Comment ? vous dîtes ?
"Toutes les opinions sont respectables. Bon. C'est vous qui le dites. Moi, je dis le contraire. C'est mon opinion, respectez-la donc !" 
Jacques Prévert - 1900-1977 - Spectacle - 1951
Article inspiré de celui que j'avais écrit en 2012 A comme apprendre avec Prévert
Mes autres hommages à Prévert :
jeudi dernier sur ce blog Enfants délurées au grand bal du printemps
pour Martine et le défi n°170 des croqueurs de mots : Broder l'oiseau
La véritable histoire de Crépin l'escargot
et mes pensées vagabondes (suivre les liens)
Alphabet en poésie des nombres : I comme inventaire à la Prévert ...

©Jeanne Fadosi, dimanche 12 mars 2017,


6 commentaires:

  1. Difficile de s'arrêter de lui rendre hommage tant il nous a laissé, et pourtant ce n'était pas gagné d'avance au regard de sa vie... Merci à lui et merci à toi de t'associer si positivement à l'hommage que nous lui rendrons ce soir.

    RépondreSupprimer
  2. Plus qu'un poète, c'était un génie cet homme! J'adore ses poèmes !

    RépondreSupprimer
  3. Merci aussi Jeanne, il y a tant à dire de Jacques, tant à aimer, tant à relire... bises

    RépondreSupprimer
  4. J'ai toujours adoré sa tendre poésie. Et quand en plus j'ai appris qu'il était collagiste, alors je l'ai encore plus aimé. Belle page...

    RépondreSupprimer
  5. Superbe hommage Jeanne pour ce grand poète. Bravo. Bisous

    RépondreSupprimer
  6. Florence - Testé pour vous
    Bonjour...Jacques Prévert a, à moi aussi, été enseigné à l'école...il berçait mes soirées lorsque je bûchais pour apprendre et avoir une bonne note le lendemain si j'étais interrogée.
    Lorsque j'étais en primaire, on apprenait le texte sans aucune explication...juste du par coeur à ressortir sans réfléchir...et c'était un 10/10 assuré. Puis plus tard, j'ai décortiqué avec les professeurs certains textes qui m'expliquaient la vie, la philosophie...et ma foi, c'est surtout de ces textes là dont je me rappelle ;-) comme quoi le par coeur n'est pas forcément le meilleur ;-)
    Je te souhaite une très très bonne journée, à très bientôt

    RépondreSupprimer