Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 10 novembre 2016

Un jour un jour, de Louis Aragon

Josette depuis sa cachette prend le relais de Durgalola pour le défi n°173 des CROQUEURS DE MOTS avec, pour les jeudis 3 et 10 novembre la suggestion suivante :
Voici la période des citrouilles et des mois noirs, vos poésies pourraient prendre des teintes oranges et ou noires.
En cette veille de 11 Novembre où l'on peut lire entre les lignes d'Aragon le noir trop noir, je propose une nouvelle fois la couleur orange avec ce poème d'espoir écrit en ces jours noirs de l'occupation allemande ou même de la guerre d'Espagne.


Bonus ajouté en hommage à Leonard Cohen, mort dans la nuit du 10 au 11 novembre 2016

extrait de l'album hommage pour les 50 ans de l'assassinat de Federico Garcia Lorca
sur des paroles du poète

UN JOUR UN JOUR
Tout ce que l'homme fut de grand et de sublime
Sa protestation ses chants et ses héros
Au dessus de ce corps et contre ses bourreaux
A Grenade aujourd'hui surgit devant le crime
Et cette bouche absente et Lorca qui s'est tu
Emplissant tout à coup l'univers de silence
Contre les violents tourne la violence
Dieu le fracas que fait un poète qu'on tue
Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange
Un jour de palme un jour de feuillages au front
Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche
Ah je désespérais de mes frères sauvages
Je voyais je voyais l'avenir à genoux
La Bête triomphante et la pierre sur nous
Et le feu des soldats porté sur nos rivages
Quoi toujours ce serait par atroce marché
Un partage incessant que se font de la terre
Entre eux ces assassins que craignent les panthères
Et dont tremble un poignard quand leur main l'a touché
Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange
Un jour de palme un jour de feuillages au front
Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche
Quoi toujours ce serait la guerre la querelle
Des manières de rois et des fronts prosternés
Et l'enfant de la femme inutilement né
Les blés déchiquetés toujours des sauterelles
Quoi les bagnes toujours et la chair sous la roue
Le massacre toujours justifié d'idoles
Aux cadavres jeté ce manteau de paroles
Le bâillon pour la bouche et pour la main le clou
Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange
Un jour de palme un jour de feuillages au front
Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche 
Poème de Louis Aragon, Le fou d'Elsa, Gallimard 1963
chanté par Jean Ferrat, Barclay janvier 1967


Louis Aragon, 1897 - 1982, poète, romancier et journaliste français
Jean Ferrat, 1930 - 2010, auteur-compositeur-interprête français. Il a mis en musique de nombreux poèmes de Louis Aragon

Un jour un jour de Louis Aragon, par Jean Ferrat

8 commentaires:

  1. Je découvre ce poème d'Aragon. Dans une période bien noire de notre histoire, une touche d'optimisme. Beau partage.

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas souvenir de cet écrit même en chanson, merci Jeanne, bises

    RépondreSupprimer
  3. Ce texte et cette chanson de Ferrat sont d'une telle beauté...

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de mettre en même temps la vidéo de Jean Ferrat, je ne connaissais pas ni le poème ni la chanson . Un grand merci à toi pour ce billet .
    Bonne fin de journée
    Bisous

    RépondreSupprimer
  5. le mal existe sûrement, le bien aussi. J'aime beaucoup ce poème et Jean Ferrat qui le chantait. Bises

    RépondreSupprimer
  6. belle inspiration Jeanne Lorca, Aragon...belle lignée

    RépondreSupprimer
  7. J'aurais voulu faire un hommage à Léonard Cohen également mais cela fait beaucoup, j'avais des notes préparées. Cela n'empêche pas d'être triste par cette disparition. Je ne connaissais pas UN JOUR UN JOUR. Je viens de l'écouter sur Youtube. Merci beaucoup pour cette note riche et de circonstance. Bon week end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un poème que j'ai relir. Il est magnifique et émouvant, à donner des frissons. Nous avons le CD de Jean Ferrat.

      merci Jeanne
      Bises

      Supprimer